251 fans | Vote

Les répliques de la saison 1

Répliques VO

Répliques VF

Photo de Reddington se rendant au FBI s1e1

RED: Will you admit you were wrong?
COOPER:
I was wrong.
RED:
Yes, you were wrong

 (épisode1)

RED : Vous aviez tord !
COOPER: J'avais tord.
RED : Oui, vous aviez tord.

(épisode 1)

TOM : We both woke up seven minutes ago. My shirt’s on backwards and my eyes can barely focus. You’re dressed, composed and as beautiful as you were the day we met.

(épisode 1)

TOM : On s'est réveillés, il y a à peine sept minutes, je suis presque certain que j'ai mis mon pantalon à l'envers, j'ai du mal à y voir claire, mais toi tu es habillée, calme, sereine, et aussi belle que le jour où je t'ai rencontré.

(épisode 1)

 RESSLER: Agent Keen?
He flashes his badge. Liz blinks in disbelief.
RESSLER: Donald Ressler. Washington Field
Office. I need you to come with me right away. Liz holds out her finger, dangling the keys to Tom.
LIZ: (dumbstruck) I don’t think I’ll need the car

(épisode 1)

[Ressler arrive avec toute une délégation de voiture et un hélicoptère]
RESSLER: Agent Keen. Donald Ressler. FBI. Bureau de Washington. Je vous demande de me suivre immédiatement.
LIZ: Tu peux la prendre chéri, j'en ai plus besoin.
[En parlant de la voiture]

(épisode 1)

 COOPER : You think we are put you on the Sheraton,
RED : Save your starwood points, Harold, the Sheraton isn't my scene.

(épisode1)

COOPER :Si vous croyez qu'on va vous mettre au Sheraton.
RED :
Economisez vos points fidélité, Harold, le Sheraton ce n'est pas mon genre.

(épisode 1)

LIZ: Why involve me? I'm nobody. It's my first day. Nothing special about me.
RED: Oh. I think you're very special

(épisode 1).

LIZ: Pourquoi me mêler à ça ? Je ne suis personne. C'est mon premier jour. Je n'ai rien de spécial.
RED : Oh. Vous êtes quelqu'un de très spéciale.

(épisode 1)

LIZ: I'm supposed to believe you.
RED: Of course not. I'm a criminal. Criminals are notorious liars. Everything about me is a lie. But, if anyone will give me a second chance it's you. The two of us have overcome so much.

(épisode 1)

LIZ : Et vous pensez que je vais vous croire?
RED : Mais bien sûr que non! Je suis un criminel. Les criminels sont des menteurs notoires. Tout ce qui me concerne n'est que mensonge. Mais si quelqu'un peut me donner un seconde chance, c'est vous.

(épisode 1)

 

 RED:You won't find the girl until you learn to look at this differently.
LIZ: And how should I look at this?
RED: Like a criminal. May come easier than you think. Shall I show you?

(épisode 1)

RED: Vous ne trouverez pas cet enfant tant que vous ne regarderez pas les choses autrement .
LIZ : Et comment devrai-je les regarder?
RED : Comme un criminel. C'est peut être plus facile que vous ne le pensez. Dois-je vous montrer?

(épisode 1)

COOPER:Ranko Zamani's been dead for six years. He's a non-existent threat.
RED: Then a dead man just stepped off United 283 from Munich to Dulles.

(épisode 1)

COOPER : Ranko Zamani est mort depuis six ans. Il n'est plus vraiment une menace.
RED :Alors dans ce cas, c'est un homme mort vient d' arriver à Washington par le vol United en provenance de Munich . 

(épisode 1)

[Reddington has given Keen info on Zamani]
LIZ: And how do you know this?
RED: Because I'm the one who got him into the country.
LIZ: And I'm supposed to believe you?
RED: [laughing] No, of course not! I'm a criminal. Criminals are notorious liars. Everything about me is a lie. But if anyone can give me a second chance, it's you.

(épisode 1)

LIZ : Et comment le savez-vous? 
RED : Parce que c'est moi qui l'ai fait entrer dans ce pays.
LIZ : Et vous pensez que je vais vous croire?
RED : Mais bien sûr que non! Je suis un criminel. Les criminels sont des menteurs notoires. Tout ce qui me concerne n'est que mensonge. Mais si quelqu'un peut me donner un seconde chance, c'est vous.

(épisode 1)

COOPER: You have my attention.
RED: Were you wrong?
COOPER: I was wrong.
RED: Yes, you were wrong. At least it's not the first time.

(épisode1)

COOPER : Vous avez mon attention.
RED : Aviez-vous tort?
COOPER : J'avais tort.
RED : Oui, vous aviez tort. Mais ce n'est pas la première fois. C'est courant. 

(épisode 1)

 RED: You've discovered something curious about your husband, haven't you, Lizzy?

(épisode1) 

RED : Vous venez de découvrir une chose surprenante sur votre mari, n'est-ce pas , Lizzy? 

(épisode 1)

 RED: Well ,this was fun. Let's do it again. Really, let's do it again. Understand, Zamani was only the first.
 COOPER: The first what ?
RED: Name. On the list.

(épisode 1)

RED : C'était amusant, non. On remet ça? je vous assure, on devrait recommencer. En fait Zamanin' était que le premier.
COOPER : Le premier quoi?
RED : Nom, sur la liste.

(épisode 1)

 RED:But if I die. You'll never know the truth about your husband.

(épisode 1)

RED :Si vous me laissez crever ici, vous ne connaîtrez jamais la vérité sur votre mari.

(épisode 1)

 RED:We're gonna make a great team.

(épisode 1)

RED : On va faire une bonne équipe.

(épisode 1)

RED: I'm going to make you famous, Lizzy

(épisode 1)

RED : Je vais vous rendre célèbre, Lizzy.

(épisode 1)

LIZ: So you want to go to the party?
RED: I thought you'd never ask.

(épisode 2) 

LIZ : En fait vous voulez venir à la réception ?
RED :  A enfin, merci j'en mourrai d'envie.

(épisode 2)

RED:We never really know anyone, do we

(épisode 2)

RED : Qui peut-être sûr , de tout savoir de quelqu'un? 

(épisode 2)

RED:This is going to be a gas!

(épisode 2)

RED : Je sens qu'on va bien s'amuser! 

(épisode 2)

RED: Where is that woman with the mushroom puffs ?

(épisode 2)

RED : Où est passé la serveuse avec les bouchées aux champignons?

(épisode 2) 

RED: Hey Donald, how about that cheese cart ?

(épisode 2)

RED :  Donald, ce fromage est-ce que ça vient?

(épisode 2)

RED: What is it with you and hotel rooms and pens in people's necks?

(épisode 2)

RED : C'est une manie chez vous d'agresser les clients de chambre d'hôtel en leur plantant un stylo dans le cou ? 

(épisode 2)

RED:What if I were to tell you that all the things you come to believe about yourself are a lie.

(épisode 2)

RED : Comment réagiriez-vous si je vous disais que tout ce qui fait de vous la personne que vous croyez être n'est qu'illussion.

(épisode 2) 

RED:The FBI works for me now.

(épisode 2)

RED : Le FBI travaille pour moi, maintenant.

(épisode 2) 

WUJING: [Greeting] My friend.
RED: Don't be cheeky, Wujing. You don't have any friends.

(épisode 3)

WUJING : (saluant)Mon ami.
RED : Ne soyez pas insolent, Wujing. Vous  n'avez pas d'amis.

(épisode 3)

TOM: [Speaking to Liz] I just hate that there are things you have to hide from me.

(épisode 3)

TOM :(parlant à Liz) Quand tu dois me cacher des choses ça ne me plait pas.

(épisode 3) 

RED: What's the question?
LIZ: Why me?
RED: Because of your father.

(épisode 3)

RED: Quelle était la question?
LIZ: Pourquoi moi?
RED: A cause de votre père.

(épisode 3) 

RED (to Liz): I have you.

(épisode 3)

RED : (à Liz)Je vous ai vous.

(épisode 3)

 RED (playing chess): I prefer to play with myself in private.

(épisode 3)

RED : (jouant aux échecs)Je préfère être seul quand je joue contre moi-même.

(épisode 3) 

RED:A farmer comes home one day to find that everything that gives meaning to his life is gone. Crops are burned, animals slaughtered, bodies and broken pieces of his life strewn about. Everything that he loved taken from him - his children. One can only imagine the pit of despair, the hours of Job-like lamentations, the burden of existence. He makes a promise to himself in those dark hours. A life's work erupts from his knotted mind. Years go by. His suffering becomes complicated. One day he stops - the farmer who is no longer a farmer - sees the wreckage he's left in his wake. It is now he who burns, he who slaughters, and he knows in his heart he must pay.

(épisode 4)

RED : Un jour, un fermier de retour chez lui découvre que tout ce qui faisait sa joie et son bonheur dans la vie s'est envolé. Ses plantations ont brûlées, son troupeau a été égorgé, les corps et les fragments de sa vie détruite sont éparpillés çà et là . Tout ce qu'il lui était cher à son coeur, lui a été dérobé. Ses enfants. On ne peut qu' imaginer la profondeur du désespoir, les heures vouées aux innombrables  lamentations, le poids infernal d'une telle existence. Il se fait une promesse à lui-même dans la tourmente de ses heures sombres.L'esquisse d'un nouveau destin a fini par jaillir de son esprit tortueux. Les années passent. Sa souffrance devient de plus en plus compliquée. Un jour, il s'arrête. Le fermier qui n'a plus rien d'un fermier, regarde les ravages qu'il a laissé dans son sillage. C'est lui désormais qui brûle. C'est  lui qui égorge et détruit et il sait du fond de son coeur qu'il mérite de payer.

(épisode 4)

 RESSLER: [Red tips The Stewmaker into his own stew, gets on his knees, and interlaces his fingers behind his head as the FBI breaks in the door] Where's Kornish?
RED: We've had a little incident. Agent Keen needs medical attention.
MEERA: How did you get in here?
RED: That's a pretty blouse.

(épisode 4)

RESSLER : Où est Stanley Kornish? 
RED : Il s'est produit un incident. L'agent Keen requière de soins médicaux.
MEERA : Qu'est que vous faites ici?
RED : Quel joli chemisier vou avez là.

(épisode 4)

 RED:I shouldn't have to remind you that I did not offer my services so I could help you round up your run-of-the-mill drug lord or what have you. You all seem to be doing a perfectly mediocre job of that all on your own. I'm after the big game, Lizzie. The ones that matter.

(épisode 4)

RED : Dois-je vous rappeler que je ne vous ai pas offert mes services dans le but de vous aider à attraper de vulgaires trafiquants ou criminels. Le FBI semble faire preuve d'une grande médiocrité dans ce domaine là déjà. Ce qui m'intéresse moi ce sont des poids de taille. Celles qui ont de l'importance.

(épisode 4)

 RED:See Lizzie, now I'm interested. The Stewmaker's in town. You're gonna need a plumber.

(épisode 4)

RED : Voilà quelque chose qui m'intéresse . Le Marmiton est dans les environs. Appelez donc un plombier.

(épisode 4)

 

 RED:Your witness is dead, you lost Lorca, and he took Agent Keen. I'd say my meeting with Lorca might be the equivalent of you falling on your ass and falling on a pile of Christmas.

(épisode 4)

RED : Votre témoin est mort, Lorca s'est envolé et il a enlevé l'agent Keen. Alors je suis votre meilleur chance de reprendre le contrôle de la situation à moins que vous ne croyez encore au Père Noël encore à votre age.

(épisode 4)

 
LIZ (speaking to the Stewmaker):I was wrong about you. You're not perfect.
(épisode 4)

LIZ : En fait, j'avais tort à propos de vous. Vous n'êtes pas parfait.

(épisode 4)

 
RED:Okay. Should we get started?
(épisode 4)

RED : Ok, si on commençait.

(épisode 4)

 
 
LIZ (to Red):You're no better than him.
(épisode 4)

LIZ : Vous n'êtes pas mieux que lui.

(épisode 4)

 
RESSLER: But Lorca got away.
RED: The cost of doing business.
RESSLER: No. You're not going to just let him go. He was offensive. You didn't like him.
RED: He is on my jet.
(épisode 4)

RESSLER : Mais Lorca s'est enfui.
RED : Que voulez-vous c'est le business.
RESSLER : Non. Vous ne le laisserez pas disparaitre.Vous l'avez trouvé insolant, il vous a hérité.
RED : Il est à bord de mon jet.

(épisode 4)

 

RED: Have you ever wondered how criminals who know they can't trust one another are still able to conduct business with each other?
LIZ: They replace trust with fear and the threat of violence.
RED: The next target on the Blacklist is the physical embodiment of both. He's known as the Courier, and his involvement in a transaction virtually guarantees its success. Once he's hired to make a delivery, he can't be bribed, he can't be stopped. If either party attempts to double cross the other, he kills them both. The perfect middleman for an imperfect world

(épisode 5)

RED : Vous êtes vous déjà demandé comment les criminels tout en sachant qu'ils ne peuvent pas se faire confiance arrivent comme même à faire des affaires ensemble ?
LIZ : Ils remplacent la confiance par la peur et la menace.
RED : La prochaine cible de la liste noire est une personnification des deux. On l'appelle le Coursier et son engagement dans une transaction en garantit presque à coup sûr le succès.Lorsqu'il est engagé pour effectuer une livraison, on ne peut pas le soudoyer on ne peut pas l'arrêter. Si une des partie tente de doubler l'autre, il les tue tous les deux. L'intermédiaire parfait pour un monde imparfait et amorale.

(épisode 5)

 

 RED: Thank you.
LIZ: For what?
RED: For being honest with me. In my life, I don't encounter that frequently.

(épisode 5)

RED : Merci.
LIZ : Pour quoi ?
RED : Pour votre honnêteté envers moi. C'est pas une attitude que je rencontre très souvent dans ma vie.

(épisode 5)

 

RED : He knows you better than I do. And I know where that lovely little freckle is.

(épisode 5)

 

RED : Il vous connait mieux que moi. Pourtant moi je sais où se trouve cette jolie tâche de rousseur.

(épisode 5)

 

RED : She owns that nightclub. Last time I was there, we had a great deal of fun, until she tried to strangle me with her stocking.

(épisode 5)

 

RED : Elle est propriétaire d'une boîte de nuit. La dernière fois que nous nous y sommes vu, c'était très agréable jusqu'à que cette dame essaie de m'étrangler avec son bas de soie .

(épisode 5) 

RED: [about the seller the FBI is tracking] If you really want her to talk, I should meet with her.
RESSLER: Every time you "meet", someone ends up dead.
RED: We've gotten off to a rocky start.
COOPER: You've killed three people.
RED: I'm not perfect.

(épisode 5)

RED : Si vous voulez vraiment qu'elle parle, il faut que je la vois.
RESSLER : Quand vous rencontrez quelqu'un, à chaque fois il meurt.
RED : On rencontre parfois des difficultées.
COOPER : Vous avez tué trois personnes.
RED : Je ne suis pas parfait.

(épisode 5)

 

 LIZ: You're not telling us everything.
RED: Let me put your mind at ease. I'm never telling you everything.

(épisode 5)

LIZ : Vous ne nous dites pas tout.
RED : Si cela peut vous rassurez, sachez que je ne vous dis pas tout.

(épisode 5)

 

 MEERA: [Ressler knocks out a doorman and forces his way into a nightclub] That was hot.
LIZ: You know he can hear you, right?
MEERA: Yup.

(épisode 5)

MEERA : C'était sexy.
LIZ : Il peut vous entendre?
MEERA : Et alors.

(épisode 5)

 
LIZ: We need to talk.
TOM: That's funny. I was just about to say the same thing to you.
(épisode 5)

LIZ : Il faut qu'on parle.
TOM :Tu vois c'est marrant. J'allais te dire exactement la même chose.

(épisode 5) 

 LIZ: [while talking to Ressler about Reddington, her phone rings] Speak of the devil, it's the devil.

(épisode 5)

LIZ : Quand on parle du loup, il sort du bois.

(épisode 5)

 

 MEERA:Obviously good cop bad cop isn't working here. So let's try bad cop worse cop. How's the arm? It looks painful.

(épisode 5)

MEERA : On dirait que le bon flic, mauvais flic ne marche pas. Alors essayons mauvais flic et pire flic.

(épisode 5) 

RED: I died once in Marrakech...Two and a half minutes...You wouln't believe what I saw on the other side.

(épisode 5)

 
RED : Je suis mort un jour à Marrakech.. pendant deux minutes et demie...vous n'imaginez pas ce que j'ai vu de l'autre côté.
(épisode 5)

 RED: [outside the White House with Elizabeth] People think it matters who occupies that house. It doesn't. Multinational corporations and criminals run the world.

(épisode 6)

 

RED : (devant la Maison Blanche)Les gens s'imaginent que le pouvoir siège à la Maison blanche. Mais c'est faux. Les multinationales et le crime organisé sont les dirigeants de la planète.

(épisode 6)

 RED:Gina Zanetakos is a corporate terrorist. And frankly, she's the best of the bunch.

(épisode 6)

 

RED : Gina Zanetakos est une terroriste économique. Et entre nous soit-dit, c'est la meilleure du marché.

(épisode 6)

 RED: You've obviously heard of corporate espionage - companies trying to beat other companies to be the first hand on the dollar. But what if it were taken... a few steps further? In 1982, seven people in Chicago were killed by an over-the-counter drug laced with potassium cyanide. The company's market share went from 35 to 8. It was never determined how the drug was poisoned, but I will tell you someone was hired to do that. Remember those tire recalls? Chernobyl? Deliberate and malevolent actions taken by corporations to protect their vital interests. Nothing happens by chance.

(épisode 6)

 

RED : L'espionnage industriel, ça vous dit forcément quelque chose- des sociétés qui essaient de battre d'autres sociétés pour amasser plus de dollars. Mais et si cette pratique avait été poussé à l'extrême? En 82 à Chicago 7 individus sont morts empoisonner par un médicament en vente libre qui avait été contaminé par du cyanure. Les actions du groupe pharmaceutique sont tombées de 35 à 8 dollars. Il n'a jamais été établi d'où venait la contamination mais je suis sûr d'une chose il s'agissait bien d'un sabotage. Comme cette histoire de rappels de pneus défectueux ? Ou la catastrophe de Tchernobyl? Autant d'actes malveillants ordonnés par des groupes économiques afin de protéger leurs seuls intérêts. Rien ne se produit par hasard.

(épisode 6)

TOM:Are you telling me, like what? You think I murdered a KGB defector. Like I'm Bond. Tom Bond and I just between Social Studies and recess I go around assassinating people.
(épisode 6)

TOM : Quoi mais qu'est ce que tu crois que j'ai assassiné un transfuge du KGB de sang froid, je suis James Bond tiens ? Je suis Tom Bond. Et entre la pause récré et les études de sciences sociales , je voyage et je liquide des cibles.

(épisode 6)

 

LIZ: Why? Does she know Tom?
RED: Because she's Tom's lover.

(épisode 6)

LIZ : Pourquoi? Elle connaît Tom?
RED : Parce que elle est sa maîtresse.

(épisode 6) 

 RED: You can trust me.
LIZ: I needed you to be wrong about him.

(épisode 6)

RED : Ayez confiance en moi
LIZ : Je voulais tellement que vous vous trompiez.

(épisode 6)

 

 APPLE MAN: Only thing that's clear to me is that he doesn't work for Reddington.
OTHER SURVEILLANCE MAN: Then who the hell does he work for?

(épisode 6)
APPLE MAN : La seule certitude que j'ai, c'est qu'il ne bosse pas pour Reddington.
OTHER SURVEILLANCE MAN : Alors pour qui est-ce qu'il bosse ?
(épisode 6)
 
RED:I can only lead you to the truth. I can't make you believe it.
(épisode 6)

RED : Je ne peux que vous guidez vers la vérité. pas vous obligez à la croire.

(épisode 6)

 

RED: Yuri talks faster than a cheerleader after a «nooner» under the grandstands. Probably not a metaphor you understand.

(épisode 6)

 

RED :  Yuri est encore plus bavard qu'une cheerleader qui se fait sauter sous les gradins. Une métaphore donc le sens t'échappe , certainement.

(épisode 6)

 

 

RED: Agent Keen, I have a tip. You're a winter, not an autumn. Stop wearing olive.
LIZ: You know, I don't have time for this.
RED: You're not the one who had to listen to that god-awful hold music for seven minutes, which wouldn't have been necessary if you'd take my calls.

(épisode 7)

RED : Agent Keen, j'ai un tuyau. C'est l'hiver, l'automne est fini. Ne portez plus de vert olive.
LIZ : Je n'ai pas le temps de m'amuser.
RED : Ce n'est pas vous qui avez dû écouter une horrible musique pendant 7 minutes. Ce qui aurait pu être évité si seulement vous répondiez à mes appels.

(épisode 7)

 

RED: The man you're looking for is named Frederick Barnes, a former defense research scientist out of Arpax Systems in Annapolis. You may not be familiar with his name, but you're likely familiar with his work - biochemical agents such as cytochlorin, black phosphorous, paratoxin. Barnes headed the project team that developed all of them. But he was more than just a research scientist. He was gifted. A savant of government-sanctioned mass killing.
RESSLER: What do you mean "was"?
RED: Five years ago, the man quit his job, sold his house, and entered the free market. Started selling his creations to the highest bidder - autocrats, terrorists, me.
LIZ: Betraying your country and auctioning off its secrets. Where have I heard that before?
RED: [laughs] You wanna compare him to me? Be my guest. I'm perfectly comfortable with what I am. But please, make no mistake - Frederick Barnes is a very special animal. One with the tools and know-how to kill thousands and thousands of people all at once. What he's lacked until now has been the desire.
RESSLER: So what's changed?
RED: Well, that's the question. Barnes has always operated with a certain level of... detachment - always the designer, the seller. Never the delivery agent of his own weapons. But if Barnes is now willing to use his work to kill indiscriminately, then he is, quite literally, the most dangerous man in the world.

(épisode 7) 

RED : L'homme que vous recherchez s'appelle Frédérick Barnes, un scientifique qui travaillait pour la défense chez Arpax System à Annapolis. Vous ne connaissez peut-être pas son nom, mais vous sûrement ses travaux sur les agents chimiques tel que la cytochlorin, le phosphore noir, la paratoxine. Barnes était à la tête de l'équipe qui menait toutes ses recherches. Mais il était beaucoup plus qu'un simple scientifique. C'était un grand savant, très doué.Ses recherches sur les meurtres de masse, avaient été approuvé par le gouvernement.
RESSLER : Pourquoi parlez au passé ?
RED : Il y a 5 ans, notre homme démissionne, vend sa maison et se lance sur les marchés parallèles. Il a commencé à vendre ses créations aux plus offrants, aux dictateurs, aux terroristes, à moi.
LIZ : Trahir son pays en vendant ses secrets aux plus offrants. C'est étrange mais ça me rappelle quelqu'un ?
RED : (riant) Vous voulez me comparer à lui ? Mais vous pouvez. J'assume complétement ce que je suis. Mais vous commettez une petite erreur , Frédérick Barnes est un spécimen d'un genre particulier. Il a le savoir et les outils pour tuer à grande échelle, il peut exterminer des milliers et des milliers de gens d'un seul coup. Et jusqu'à présent , il n'avait pas de raison de passer à l'acte.
RESSLER : Qu'est-ce qui a changé,alors ?
RED : Voilà la question. Barnes a toujours opéré avec une certaine indifférence, avec  détachement même : il était le concepteur, le vendeur. Mais il ne livrait jamais ses armes lui-même. Si maintenant il a décidé de se servir de ses nombreux travaux de recherches pour tuer au hasard, alors dans ce cas vous pouvez le considérer comme l'homme le plus dangereux au monde.

(épisode 7) 

RED: Strontium 90 isn't something you can just pick up at your local piggly wiggly. It's a waste by-product of nuclear reactors - toxic, highly regulated. There's only a handful of people in the world who can procure it in sizable quantities.
RESSLER: And let me guess, you happen to know one of them.
RED: Actually, I happen to know three of them. The first of whom was apprehended by Russian authorities last month, the second vaporized by a drone in Quetta, courtesy of your colleagues in the five-sided foxhole.
MEERA: And the third?
RED: Is likely Barnes' supplier.
COOPER: Cut to it. I want a name.
RED: I'm afraid it wouldn't do you any good. The FBI has no jurisdiction where he operates. In any case, I've already set a meeting with him for this afternoon.
LIZ: And what makes you think he knows how to find Barnes?
RED: He knows how to get paid by him. That should be sufficient.
RESSLER: And he's just willingly hand over this information?
RED: We'll cross that bridge when we get to there, Donald. Look, we're wasting precious time. You want to catch a mass murderer before he strikes again, and for that to happen, I need to catch a plane.

(épisode 7)

 

RED : Le strontium 90 ne se trouve pas à l'épicerie du coin.En fait c'est un déchet produit par les réacteurs nucléaires, un matériau toxique et très réglementé. Il y a très peu de personnes dans le monde qui peuvent le fournir en quantités importantes.
RESSLER : J'imagine que vous en connaissez une.
RED :J'en connaît trois pour tout vous dire. La première a été appréhendé par les autorités russes le mois dernier, la deuxième vaporisé par un drone à Quetta, un drone qui était téléguidé par vos collègues du Pentagone.
MEERA : Et le troisième ?
RED : Sans doute le fournisseur de Barnes.
COOPER : Abrégeons, je veux un nom.
RED : J'ai bien peur que ça ne vous serve pas à grand chose. Le FBI ne peut rien contre lui, il n'opère pas dans votre juridiction. J'ai déjà rendez-vous avec lui cet après-midi de toute façon.
LIZ : Vous pensez que lui saura où trouver notre homme?
RED : Il sait comment se faire payer par Barnes, ça devrait lui suffir
RESSLER : Et il va vous donner cette information bien gentiment ?
RED : Nous nous occuperons de ce problème en temps voulu, écoutez nous perdons un temps précieux. Vous voulez arrêter un tueur de masse, avant qu'il ne frappe encore et pour que celà , moi il faut que j'aille prendre un avion.

(épisode 7) 

RED: I'm not a gumball machine, Lizzy. You don't get to just twist the handle whenever you want a treat.

(épisode 7) 

 RED : Je ne suis pas un distributeur de bonbons, Lizzy. Il ne suffit pas de tourner la poignée pour avoir une friandise.

(épisode 7)

 RED: I can identify the man you're looking for, Lizzy.
LIZ: Okay. Who is he?
RED: Phones are so impersonal. Why don't we meet for show and tell in thirty minutes? Dembe will forward you a location. If you care to hear me out, wonderful. Otherwise, good luck with your case.

(épisode 7)

RED : Je peux identifier l'homme que vous cherchez, Lizzy.
LIZ : Très bien, qui est-ce ?
RED : Le téléphone c'est impersonnel. Nous pourrions nous voir pour en discuter d'ici 30 minutes ? Dembé vous indiquera le lieu du rendez-vous. Si vous voulez m'entendre, tant mieux, sinon bon chance pour votre affaire.

(épisode 7)

LIZ: There is no universe in which I let you stick that thing in his neck.

(épisode 7)

LIZ : Il est hors de question que je vous laisse faire cette injection.

(épisode 7) 

 RED:Perhaps this day can be salvaged after all

(épisode 7)
RED : Cette journée sera peut-être sauvée enfin de compte.
(épisode 7)

 DEMBE: Did he take the bait?
RED: Like a trout to a butterworm.

(épisode 7)

DEMBE : Il a mordu à l'hameçon ?
RED: Maintenant il n'y a plus le ferrer.

(épisode 7)

 

 RED: Every cause has more than one effect. Say what you will about Frederick, but someone who's willing to burn the world down to protect the one person they care about ... that's a man I understand.
LIZ: Is that meant to be directed at me?
RED: Aren't you presumptuous?
LIZ: Is that how you somehow justify your actions, by some misguided notion of protecting me? From whom? My husband, I suppose. I don't need your protection.
RED: Maybe not.

(épisode 7)
RED : Chaque cause a bien souvent plus d'un effet. Dites ce que vous voulez sur Frédérick mais un homme qui est prêt à mettre le feu au monde entier, pour protéger le seul être qu'il aime...Voilà une personne que je comprends.
LIZ : J'ai l'impression que ça  s'adresse à moi ?
RED : Ne soyez pas présomptueuse ?
LIZ : Alors c'est comme ça vous justifiez vos actes de cette manière en vous mettant dans la tête que vous faites tout çà pour me protéger ? De qui ? De mon mari, j'imagine. Je n'ai pas besoin de votre protection.
RED : Peut-être pas.
(épisode 7)
 
RED:You know the problem with drawing lines in the sand? With a breath of air, they disappear. You may not like me. You may not understand how or why I do what I do. But I'm here because you want answers to questions you haven't even thought of yet.
(épisode 7)
RED : Vous savez quel est le problème quand on trace des lignes dans le sable ? Au premier coup de vent , elles disparaissent. Vous ne m'aimez peut-être pas. Comme vous ne comprenez pas sans doute comment ni pourquoi je fais ce que je fais. Mais je suis ici parce que vous cherchez des réponses à des questions que vous ne vous êtes même pas encore posée.
(épisode 7)
 
RED : Strange, it seemed bigger
LULI : I don't understand about the places, Doha, Seychelles, Florence...why this place ?
RED : I raised my family here.
LULI : It's lovely.
RED : No, it's not but it used to be.
(épisode 7)
RED : C'est étrange, elle était plus grande dans mon souvenir.
LULI : Je ne comprend pas, avec toutes nos planques, Marigo, Doha,Florence, Les Seychelles. Qu'est ce qui te plaît ici ?
RED : J'ai vécu avec ma famille dans cette maison.
LULI :Elle est charmante .
RED : Non, pas du tout. Mais elle l'était avant.
(épisode 7)
 

LULI : That place must be full of memories for you.
RED : I spend every day tried to forget what happened here. It should help.

(épisode 7)

 

 

LULI : Tu dois avoir beaucoup souvenirs ici.
RED: Je passe mes journées à tenter d'oublier ce qui s'y est passé...ça devrait aider un peu.

(épisode 7)

 

COOPER: Absolutely not. I'm not give you access to the FBI's ViCAP system.
RED: Then you'll just have to find another criminal to talk to Elizabeth Keen and make fun of Agent Ressler.

(épisode 8) 

COOPER : Il n'est pas question que je ne laisse accéder aux fichiers FBI des crimes violents.
RED :Alors faites appel à un autre criminel pour traiter avec Elisabeth Keen et se moquer de l'agent Ressler.

(épisode 8)

 

RED:I'm not your consultant. I have no interest in cases that I have no interest in.

(épisode 8)

RED : Je ne suis pas un consultant.Je ne vois aucun interêt à consacrer du temps à des dossiers sans intérêt.

(épisode 8)

 

RED: I find it so reassuring. The movie stars, the pop singers, they really are just like the rest of us.

(épisode 8)

RED :C'est vraiment rassurant. Ces célébrités du cinéma ou de la chanson, et qui finalement sont comme monsieur ou madame tout le monde, comme vous et moi.

(épisode 8)

 

 LIZ: You have a suburban housewife printing fake money out of her garage.
RED: Mary is an artist. She has a tremendous gift.

(épisode 8)

LIZ : Vous faites imprimer des faux billets par une femme au foyer dans son garage .
RED : Marie est une grande artiste.Avec un immense talent de faussaire.

(épisode 8)

 

RED:[chuckling] I never tire of being correct.

(épisode 8)

RED : Qu'il est doux d'avoir tout le temps raison.

(épisode 8) 

 LIZ:You want me to protect some plastic surgeon who may be linked to a terrorist organization.
RED: Yes.

(épisode 8)

LIZ : Vous me demandez de laisser en liberté un chirurgien qui est peut-être lié un groupe terroriste ?
RED : Oui.

(épisode 8)

 

RED: Abraham! I refer important clients to you, people who are vital to my business. People whose livelihood depends on your confidentiality, and you roll over like a cockapoo wanting his belly scratched?
LIZ: You said this guy was sold!
ABRAHAM MALTZ: Wait a minute.
RED: Some woman who claims to be an FBI agent makes a few ham-fisted threats, and you hand over one of your own clients? That's dirty pool. God forbid, this little incident ever gets back to poor Nathaniel Wolff.
MALTZ: Red, I don't know what's going on here...
RED: What other secrets have you just given away?
MALTZ: Nothing!
RED: Who knows about the work I've had done?
MALTZ: Nobody, truthfully. You know me.
RED: I brought Christina to you specifically for your discretion and expertise. I assured her you were trustworthy.
[to Keen]
RED: I'm sorry I was wrong.
[to Abraham]
RED: Shame on you, Abraham!
[to Keen]
RED: I know another doctor. Let's go.
MALTZ: No! Ray! We can make this right. You know me. I would never give out a name of any client.

(épisode 8)

RED : Abraham, je t'envoie d'importants clients en consultation, des gens qui sont des rouages cruciaux pour mes affaires, des gens dont l'activité serait menacé en cas d'indiscrétions de ta part et voilà que toi, tu craches le morceau à la première occasion.
LIZ : Je croyais que c'était quelqu'un de sérieux !
ABRAHAM MALTZ : Quoi ! Mais comment ça.
RED : Une femme qui se prétend agent du FBI vient te voir, balance deux trois menaces cousues de fil blanc et toi tu trahis un de tes propres clients? Non mais bravo, c'est du joli. J'espére que ça n'arrivera jamais aux oreilles du pauvre Nathaniel Wolff.
MALTZ : Red, mais je n'y comprend rien..
RED : Quels autres secrets as-tu déballer ?
MALTZ : Aucun, jurer !
RED : Qui s'est pour mes interventions ?
MALTZ : Personne, c'est la vérité, enfin tu me connais.
RED : Je t'ai recommandé à Christina tout particulièrement pour ta grande discrétion et tes compétences. Je lui ai assuré que tu étais digne de confiance.
RED :(à Liz) Toutes mes excuse hein, j'avais tort.
RED :(à Abraham) Tu devrais avoir honte, Abraham !
RED : (à Liz) Allons-y,je connais un autre docteur.
MALTZ : Non, Ray !Attend , il doit y avoir un moyen pour tout arranger. Enfin,tu me connais. Je ne donnerais jamais le nom d'un client.

(épisode 8)

 

RED: I finally had a chance to see her, Sam. There's a fire inside she got from you. She's volatile, unpredictable, soft, and hard, and... soft again. Stronger than she knows. You gave her an incredible gift, Sam. Taking her in and loving her as your own.
SAM: They've given me six weeks. For what? So I can lay here and watch them take me apart. I wish they'd said six hours. And I told them, I said, "You can get rid of those damn machines. Go monitor somebody who's actually got vital signs." I need to tell Lizzy.
RED: No
SAM: I know what we agreed, but before I go I have to tell her.
RED: I can't let you do that.
SAM: She deserves the truth...
RED: You will always be her father, Sam. I can only hope to... love her and protect her as you have.

(épisode 8) 

RED : J'ai enfin eu l'occasion de la rencontrer, Sam. Il y a comme un feu qui brûle en elle qu'elle tient de toi. Elle a de ces volte-faces, elle est imprévisible, tantôt elle se fait douce tantôt intransigeante...et de nouveau douce. Surtout elle est beaucoup plus forte qu'elle ne le croit. Tu lui a fait le plus cadeau possible, Sam. En l' accueillant chez toi .. en l'aimant comme ta fille.
SAM : J'ai plus que 6 semaines à vivre. Quelle vie allongé sur un lit d'hôpital, à les regarder me découper petits bouts par petits bouts. J'aurai préféré n'en avoir plus que pour 6 heures. Et je leur ai dit aux médecins , je leur ai dit: « Virez-moi toute ces saletés d'appareils, faites-en profiter un type à qui il reste des signes vitaux ».Raymond, je dois tout dire à Lizzy.
RED : Non.
SAM : C'est vrai c'est ce qu'on avait convenu, mais je peux pas partir sans lui avoir dit.
RED : Je ne peux pas te laisser faire ça.
SAM : Elle a le droit de savoir la vérité.

(épisode 8)

 

RED: It's hard to... not say goodbye. I have lost so many people. Never seems to get any easier. 
TOM: I don't know what I'm gonna say... to my wife. I've been sitting here for I don't know how long, trying to... figure out how to tell her. My wife and her dad, they had something... He took her in when she was four-years-old. Adopted her. And raised her as a single parent. She's gonna be heartbroken.
RED: Yes. It'll undoubtedly take some time. But I'm sure she'll be fine. He'll always be there with her. Standing in the shadows to keep her safe. Laughing with her in the light. Watching through her eyes, all those who get close. He'll always be there. She will be fine.
TOM: I hope your right.
RED: I know I am.

(épisode 8) 

 

RED :C'est dur de...ne pas pouvoir dire adieu. J'ai perdu bon nombre de proches. Avec le temps ce n'est pas plus facile.
TOM : Je ne sais pas encore comment lui annoncer... je veux dire à ma femme. Je suis assis là depuis.. je ne sais pas, j'essaie de trouver comment lui dire la nouvelle. Ma femme et son père étaient très liés... En fait il l'a recueilli quand elle avait 4 ans , il l'a adopté. Il l'a éle tout seul, père célibataire. Elle va complètement s'effondrer.
RED : Peut-être. Il lui faudra du temps pour s'en remettre. Mais elle saura reprendre le dessus. Il sera toujours là, à ses côtés, tapi quelque part dans l'ombre à l'affût de tous dangers.Où riant avec elle sous le soleil. Guettant à travers ses yeux, tous ceux ou celles qui voudraient s'approcher trop près. Il sera toujours à ses côtés. Et elle reprendra le dessus.
TOM : J'aimerais vous croire.
RED : Vous le pouvez.

(épisode 8)

SAM:Shut up and hand me that Snickers bar, would you?

(épisode 8) 

 

SAM : Fermez là et passez-moi une barre chocolatée.

(épisode 8)

LIZ:Did you hear me? I said I need his new name. Give it to me or I'll have the Miami Field Office tear your practice apart faster than you can say tummy tuck.
(épisode 8) 

LIZ : Vous m'avez entendu ? Quel est son nouveau nom d'emprunt. Donnez le moi ou je fais débarquer tout le bureau de Miami ici avant que vous puissiez dire le mot liposucion.

(épisode 8)

 
RED: Hello, Sam. It's been far too long...(épisode 8)
RED : Bonjour, Sam. Ca fait bien longtemps... 

(épisode 8)

 
SAM:I love you too, Butterball.
(épisode 8) 
SAM : Je t'aime ma petite caille.
(épisode 8)
 
RED: Can't let you do that.
SAM: She deserves the truth.
(épisode 8)
 

RED : Je ne peux pas te laisser faire ça.
SAM : Elle a le droit de savoir la vérité. 

(épisode 8)

 
 

RESSLER: [bleeding out from a gunshot wound] Why save me?
RED : Because that's what you do when someone's dying in front of you.

(épisode 9)

RESSLER :(saignant d'une blessure par balle) Pourquoi me sauver ?
RED : Parce que c'est ce qu'on doit faire quand on voit une personne mourrir sous ses yeux.

(épisode 9) 

 

RED: We become who we are. We can't judge a book by its cover... But you can by its first few chapters, and most certainly by its last.

(épisode 9)

RED :Nous devenons ce que nous sommes. Vous ne pouvez pas juger un livre sur sa page couverture. Mais on le peut à partir  des premiers chapitres et plus certainement encore quand on a lu le dernier.

(épisode 9)

 
 

RESSLER: We are not going to live through this...
RED: I think we will.
RESSLER: How?
RED: Have you ever sailed across an ocean, Donald...
RESSLER: No.
RED: ...on a sailboat, surrounded by sea with no land in sight, without even the possibility of sighting land for days to come? To stand at the helm of your destiny. I want that, one more time. I want to be in the Piazza del Campo in Siena. To feel the surge as 10 racehorses go thundering by. I want another meal in Paris, at L'Ambroisie, at the Place des Vosges. I want another bottle of wine. And then another. I want the warmth of a woman and a cool set of sheets. One more night of jazz at the Vanguard. I want to stand on the summits and smoke Cubans and feel the sun on my face for as long as I can. Walk on the Wall again. Climb the Tower. Ride the River. Stare at the Frescos. I want to sit in the garden and read one more good book. Most of all I want to sleep. I want to sleep like I slept when I was a boy. Give me that, just one time. That's why I won't allow that punk out there to get the best of me, let alone the last of me.

(épisode 9)

RESSLER : De toute façon on va y rester...
RED : Je crois pas non.
RESSLER : Comment on va s'en sortir ?
RED : Vous avez déjà traversé un océan sur un voilier, Donald ?
RESSLER : Non.
RED : ...sur un voilier entouré par la mer sans aucune terre à l'horizon, sans même la possibilité de voir la terre pendant des journées et des journées.Restez là à tenir la barre de sa destinée.Je veux  revivre çà.Au moins encore une fois. Je veux aller à la Piazza Del Campo à Sienne, sentir le souffle et la puissance de 10 chevaux de courses qui passent tout près de moi. Je veux dîner une autre fois à Paris, à l'Ambroisie, Place de Vosges. Je veux une autre bouteille de vin et une autre. Je veux encore sentir une femme blotti contre moi dans la fraicheur des draps.Et passer une nuit au Vanguard à écouter du jazz. Je veux me tenir debout sur les sommets et fumer des cubains et sentir le soleil caresser mon visage des heures durant. Marcher sur la muraille de Chine, grimper au sommet d'une tour, voguer sur un fleuve. Admirer des fresques. Je veux m'asseoir dans un jardin et lire encore un bon roman. Et par-dessus tout je veux dormir. Je veux dormir comme je dormais quand j'étais un petit garçon. Qu'on me l'accorde, une fois seulement, c'est tout ce que je demande. C'est pourquoi je ne laisserai pas ce minable avoir le dessus sur moi et encore moins m'éliminer.

(épisode 9)

RED :Anslo, what are you doing here?
(épisode 10) 
RED : Anslo, qu'est-ce que tu fais là ?
(épisode 10)
LIZ :Are you my father?
RED: No.
(épisode 10)
 

LIZ : C'est vous mon père ?

RED : Non.

(épisode 10)

 
RED :Lizzy. Be careful of your husband.
(épisode 10)

RED : Lizzy. Méfiez-vous de votre mari.

(épisode 10) 

FITCH :[Speaking to Red] There's no one you can trust to keep you from us.

(épisode 10)

 

FITCH : (parlant à Red) Personne en qui tu peux compter pour te protéger de nous.

(épisode 10)

 

DIANE FOWLER :[Red has escaped from Garrick and is on the lam] As of this moment, the only target on the Blacklist is Raymond Reddington.

(épisode 10)

DIANE FOWLER : (Red s'est échappé et est en fuite). Seule compte un nom à présent sur la liste noire et votre cible c'est lui Raymond Reddington.

(épisode 10)

 

RED :This is a Colt .45 1911. I can strip and reassemble this weapon in well under two minutes.
ARAM : Mr. Reddington, please.
RED : Once I have it reassembled, I'm gonna reload the mag and if, at that time, your task remains incomplete, I'm gonna empty that mag into your head.
ARAM: That's really messed up.
RED : Don't look so stricken. The first shot will kill you.

(épisode 11)

RED : Ceci un colt 45 de 1911. Je peux démonter et remonter cette arme en moins de 2 minutes.
ARAM : Mr. Reddington, s'il vous plaît.
RED : Quand j'aurais fini de le remonter, je remplirais le chargeur de balles et si dans le même temps vous n'avez pas terminé ce que je vous ai demandé, je vous mettrai toutes ses balles dans la tête.
ARAM: Vous ne pouvez pas , c'est absurde.
RED : Ne prenez pas un air si consterné. La première balle vous tuera.

(épisode 11)

 

RED :[to the wife of a business acquaintance he has just shot] Janice, if you don't stop your yammering, I'm gonna have to shoot through this door. Which will be a shame, because I won't have any idea what I'm shooting at.

(épisode 11)

RED : Janice, si vous n'arrêtez pas de gémir, je vais être obligé de tirer à travers la porte. Ce qui serait  dommage parce que je ne sais pas du tout sur quoi je vais tirer.

(épisode 11)

RED : The suspense is killing me.
(épisode 11) 
RED : J'aimerais faire durer le plaisir mais ce suspense est insoutenable.
(épisode 11)
 

RED :Give me a name, Henry, or I'am going to drag you out, throw you in the trunk, fly you to Papoua New Guinea and have your head stuck on a pole.

(épisode 11)

 

RED : Donnez-moi un nom, Henry, sinon je vous traîne dehors, je vous jette dans ma voiture, je vous envoie en Papouasie Nouvelle-Guinée et votre tête se retrouvera au bout d'une pique.

(épisode 11)

 

RED : (answering a call from Elizabeth] Just out of curiosity, what number am I on your speed dial?
LIZ: Seven.
RED: Who's six?
LIZ: Chinese takeout. Can we come back to this later? I need your help.

(épisode 12)

RED : Juste par curiosité, vous m'avez mis en numérotation rapide?
LIZ : Le sept.
RED : Qui est au six ?
LIZ :Un traiteur chinois.On peut passer à autre chose. Il faudrait que vous m'aidiez .

(épisode 12) 

 

RED :Hello, Meera. I trust you know why I'm here
MEERA : You're here to kill me. Because I'm the mole.

(épisode 12)
RED : Bonjour, Meera. Vous devez vous doutez de ce qui m'amène ici ?
MEERA : Oui, vous êtes venu pour me tuer. Parce que c'est moi la taupe.
(épisode 12)
 

RED :Our business is done, Agent Malik.

(épisode 13)

RED : J'en ai fini avec vous, agent Malik.

(épisode 13) 

RED :[Speaking to Liz] There's nothing more profound and of lasting consequence than the decision to have a child. The exploitation and perversion of that decision is the stock and trade of a truly evil organization, The Cyprus Adoption Agency.

(épisode 13)

RED : Il n'y a rien de plus profond et qui entraine autant de conséquences durables que la décision d'avoir un enfant. Exploiter, pervertir et tirer profit de cette décision c'est devenu aujourd'hui le fond de commerce d'une organisation véritablement diabolique. L'agence d'adoption Cyprus.

(épisode 13)

 

RED : You talk too much.
DIANE FOWLER :[shot by Red] You can't shoot me!
RED: Why not? You're not one of the good guys, and as of today, you're utterly worthless to the bad guys. Fitch and I have an agreement: he goes about his business, I go about mine. You and I don't have an agreement.
DIANE: I know the truth, Red... about that night... about what happened to your family. Do you want to know the truth?
RED: More than anything in the world. But if you know the truth, Diane, then somebody else does too.
[shoots her again]

(épisode 13) 

RED : Vous parlez beaucoup trop.
DIANE FOWLER : Vous ne pouvez pas me tuer
RED : Et pourquoi ça hein ? Vous n'êtes pas du côté des gentils et à partir d'aujourd'hui vous n'avez plus aucune valeur pour les méchants. Fitch et moi  nous avons un arrangement : il ne s'occupe jamais de mes affaires, je m'occupe jamais des siennes. Vous et moi nous n'avons aucun arrangement.
DIANE : Red, je suis au courant je connais toute la vérité...sur ce qui c'est passé cette nuit-là... ce qui est arrivé à votre famille.Vous voulez connaitre la vérité ?
RED : Plus que tout au monde. Mais si vous connaissez la vérité, Diane, c'est que quelqu'un d'autre la connaît aussi.

(épisode13)

 

 RED : Last time I played around with that, I ended up naked in the desert trying to hitch a ride to Tuba City. Those navajo tacos ? Oh, heaven.

(épisode 13)

RED : La dernière fois que j'ai eu le malheur d'en prendre, j'ai terminé à poils dans le désert à faire du stop pour Tuba City. Et j'ai aussi mangé les tacos navajos ? Un vrai régal.

(épisode 13)

 RED :She's breathtakingly unattractive but she's worth over $40 million. The only Vermeer in private hands.
LIZ: That's considered a masterpiece?
RED: Last night, I got up for a scoop of orange sherbet and she caught my eye. I just stood here in the dark squinting at her. Poor thing ruined my appetite. Even after I went back to bed, all I could hear was the hideous music she must be playing. Didn't sleep a wink.

(épisode 14)

RED : Elle est d'une laideur à vous coupez le souffle mais elle vaut plus de 40 millions. Le seul Vermeer d'une collection privée.
LIZ : C'est considéré comme un chef d'oeuvre ?
RED :Hier soir je me relève pour une cuillère de sorbet je l'aperçois du coin de l'oeil . Je suis resté ici en arrêt dans la pénombre à l'observer. Cette pauvre créature m'a totalement coupé l'appétit. Et une fois retourné dans mon lit tout ce que j' entendais c'était l'atroce musique qu'elle devait jouer au piano. Je n'ai pas fermé l'oeil.

(épisode 14)

 

RED :I'm flattered you think I'm up to it, but thieving is not my strongest suit. Luckily, we have an ace of spades among us. Isn't that right, Agent Keen?

(épisode 14) 

RED : Ca me flatte que vous m'en croyez capable mais le vol n'est pas un domaine où j'excelle. Heureusement nous avons une spécialiste parmi nous, n'est-ce-pas agent Keen ?

(épisode 14)

RED :[while waltzing] Lizzy, I know this must be very difficult for you, but we both can't lead.

(épisode 14) 

RED:(valsant) Lizzy, je sais que ça doit pas être facile pour vous mais on ne peut pas conduire tous les deux.

(épisode 14)

 

RED :[to Lizzy] There you are. What the hell happened to you? You just leave me stranded with awful Algerian. He's been hitting on me for 20 minutes.
Embassy Guard: Sir, this is a secure area.
RED: [to security guard] Well, not secure enough if you ask me, sister. You know what? Why don't ask Rasil? We wouldn't even be here if it weren't for that troublemaker. Always an agenda with him. Cultural attache. Culture, my ass.
[Points at Lizzy]
RED: The things I do for this one.
[to Lizzy]
RED: Gallivanting around the globe for you little assignations with you know, hmm-hmm.
[to security guard]
RED: Carrying her furs and bikinis as if I wouldn't rather be back in Dutchess County my shelties.
[to Lizzy]
RED: Hey, don't take anything for granted. Everything you have was bought and paid for by your boyfriend.
[to security guard]
RED: Do you have any idea who's horn this tramp is blowing? Let's just say it starts with Bashiar, and ends with Assad, gassing you faster than a Sunni. So let's get her out of the hot seat and into a limo. Good God, crumbs up!
Embassy Guard: What?
RED: Your cummerbund. Pleats up. You look like Bob Yashimura in eighth grade swing choir. It's upside down.
[Red punches out the security guard]
RED: Oh god, that hurts!
LIZ: What the hell was that?
RED: I don't know it just felt so right in the moment.

(épisode 14)

RED:(à Liz)A enfin. Je peux savoir où tu avais disparu? Tu me laisses me dépatouiller tout seul avec l'autre algérien. 30 minutes qu'il me drague ce gros balourd.
GARDE : Monsieur, c'est une zone sécurisée.
RED : ( au garde) C'est certains invités qu'il aurait fallu interdire plutôt , oui. vous n'avez qu'à voir avec Rasil ? nous si on est là c'est parce quil a assisté, il a toujours une idée derrière la tête, un vrai fauteur de trouble. Toujours un ordre du jour avec lui. Attaché culturel, culturel, mes fesses. (montrant Liz)
RED : Si vous saviez tout ce que je dois me farcir. (à Liz)
RED : Les voyages à travers le monde entier pour les petits rendez-vous secrets de madame avec ce cher  hmm-hmm. (au garde)
RED : Les bikinis, les fourrures à trimbaler, comme si je ne serais pas mieux chez moi dans le comté Duchesse avec mes shetlands.(à Liz)
RED :Hé, faut pas croire que t'auras toujours la belle vie. Toutes ces choses que tu possèdes, ont été achetées par ton petit copain. (au garde)
RED : Vous ne devinerez jamais avec qui elle fait des parties de jambes en l'air ? Un petit indice ça commence par Bashar, ça finit par Assad. Et il vous gaze une population en un rien de temps . Bon merci de relâcher Madame pour qu'elle regagne la limousine. Regardez-vous ce n'est pas possible !
GARDE : Quoi ?
RED : La ceinture de smoking, les plis vers le haut. j'ai l'impression de voir Bob Yashimura à la chorale du collège. Vous l'avez mise à l'envers. (Red assomme le garde)
RED : Mon dieu, ça fait mal !
LIZ : C'était quoi ce numéro ?
RED : Je n'en sais rien. Sur le moment j'ai cru que c'était une bonne idée.

(épisode 14)

 

 

RED :I ran out of gas.
MADELINE PRATT: Huh?
RED: I was so excited to get home I didn't even both to look. My head was just... I ran out of gas.
MADELINE: What are you talking about?
RED: It was Christmas Eve. I pulled off to the side of the road, seemed like it'd been snowing for days. No traffic. No cars to come help. Just me and a car full of gifts. It was more than 20 year ago. I must have walked four miles. Five, maybe. It was so still. Just cold and white. The whole time all I could think about was them in our house. The warm light in the windows. The smoke from the chimney. The sound of my daughter at the piano. The smell of the tree, and the fire, oyster stew on the stove. I was so upset to think that I'd ruined Christmas for them, being late, leaving the gifts in the car. But the closer I got, the more I realized how funny the whole thing was. How much they'd love the story. Daddy running out of gas. How every Christmas they'd get such joy from telling that story at my expense. And then finally, I got there, I walked... I walked through the door. And there was just blood. All I saw was blood. All there was was blood. I can... I can still smell the nape of her neck. Feel her little... fingers on my cheek. Her whisper in my ear. That's why I didn't show up in Florence. It's why I haven't shown up in a lot of places over the years.

(épisode 14)

RED : Je n'avais plus d'essence.
MADELINE PRATT : Huh ?
RED : J'étais tellement excité de rentrer à la maison que je n'ai même pas pensé à vérifier. Ma tête était...je n'avais plus d'essence
MADELINE : De quoi tu parles ?
RED : C'était la veille de Noël. Je me suis garé au bord de la route, il avait neigé plusieurs jours d'affilée. Pas une seule voiture en vue.Personne pour venir à mon secours. Il n'y avait que moi et mes cadeaux dans le coffre. C'était il y a plus de 20 ans déjà. Je suis rentré à pied, ça faisait une petite dizaine de kms. Tout était si tranquille.Froid et d'une blancheur immaculée. Pendant le trajet, je les imaginais toutes les deux chez nous. Le flot de la lumière s'échappant des vitres, la fumée sortant de la cheminée.Avec ma fille assise en train de jouer. La bonne odeur du sapin, du feu de bois, et de la dinde qui rôti au four. Je m'en voulais tellement à l'idée que Noël allait être gaché par ma faute, j'arrivais en retard, j'avais dû laisser les cadeaux dans la voiture. Mais plus je m' approchais, plus je réalisais le comique de la situation. Et combien l'histoire les ferait rire, moi qui tombe en panne d'essence . J'imaginais combien elles s'amuseraient chaque Noël suivant à raconter l'histoire, la joie qu'elles prendraient à me taquiner . Et c'est là, qu'enfin je suis arrivé, j'ai poussé... j'ai poussé la porte. Il y avait du sang partout. Tout ce que j'ai vu c'était du sang. Il n'y avait que çà, du sang partout. Je sens...je sens encore l'odeur de son cou quand je me penchais sur elle pour l'embrasser. Je sens toujours la caresse de ses doigts qui venait effleurer ma joue. Je l'entends toujours me chuchoter des mots à l'oreille. C'est pour çà que je ne suis pas venu à Florence. C'est pour ça que je ne suis pas allé dans bien des endroits au fil du temps.

(épisode 14)

 

 

RESSLER :Your father's criminal record didn't show up on you background report. Maybe yours is missing too.
LIZ: I don't have a criminal record.
RESSLER : Because you never committed a crime, or because you were never caught?
LIZ: Yes. I believe my work speaks for itself.

(épisode 14)

RESSLER : Le casier de votre père n'apparaît pas dans votre dossier personnel. Le votre non plus, si ça se trouve.
LIZ : Non,je n'ai simplement pas de casier.
RESSLER : Vous êtes irréprochable ou trop futée pour qu'on vous coince.
LIZ : Les deux. Je pense vous avoir prouvé ce que je vaux.

(épisode 14)

 MADELINE :Damn you, Reddington!

(épisode 14)

 MADELINE :T'es qu'un enfoiré, Reddington !

(épisode 14)

RED :You have me. And I'm not going to let anything happen to you.
(épisode 14)
RED : Vous m'aurez moi. Je vous promets que je ne laisserai rien de mal vous arrivez.
(épisode 14) 
RED :You're not a cop tonight. You're a criminal.
(épisode 14) 
RED :  Ce soir oubliez la loi, vous êtes une criminelle.
(épisode 14)

RESSLER :Want me to rough him up for you?
LIZ: I hate this job.

(épisode 14) 

RESSLER :(parlant de Tom) Je  le dérouille si vous voulez ?
LIZ : J'en arrive à détester ce boulot.
(épisode 14)

RED :Think of him as a prisoner's Court of Last Resort. When your legal appeals have all been exhausted and there is no hope left, you can make one last plea to The Judge.

(épisode 15)

RED : Considérez le comme le tribunal du dernier recours du déténu. Quand tous les appels légaux ont été épuisés, et quand il ne reste plus le moindre espoir, on peut encore adressé une ultime requête à ce mystérieux Juge.

(épisode 15)

CONNOLLY :I thought you were gone. What happened?
COOPER: My secret weapon.
(épisode 15) 

CONNOLY : Je vous croyais mort. Qu'est-ce qui c'est passé?
COOPER : Mon arme secrète

(épisode 15) 

TOM :I'm sorry. I can't. That's why I came here. To tell you, I can't do this, because I love my wife.
JOLENE: Wrong answer. Elizabeth Keen is not your wife, she's your target.

(épisode 15)

TOM : Excuse-moi. Je ne peux pas. C'est pour ça que je suis là. Pour te dire que je ne peux pas, parce que j'aime ma femme.
JOLENE : Mauvaise réponse. Elisabeth Keen n'est pas ta femme, c'est ta cible.

(épisode 15)

 
TOM :I told you that I was in love with her, because that is exactly what I'm supposed to be. That is my job.
(épisode 15)
 TOM : Je t'ai dis que j'étais amoureux d'elle parce que c'est exactement ce que je suis supposé être. C'est mon boulot.

(épisode 15)

RED :Agent Ressler. Once you cross over, there are things in the darkness that can keep your heart from feeling the light again.
RESSLER : All I feel is hate.
RED: Good. You're gonna need it.

(épisode 16)

 RED : Une fois le pas franchi, vous risquez d'entrevoir la noirceur des ténèbres qui vous empêchera à jamais de ressentir et de jouir à nouveau de la clarté du jour.
RESSLER : Tout ce que je ressens c'est de la haine.
RED :Bien. Vous allez en avoir besoin.

(épisode 16)

 RED'S LETTER TO RESSLER : There is nothing that can take the pain away. But eventually, you will find a way to live with it. There will be nightmares.And every day when you wake up, it will be the first thing you thing about. Until one day, it will be the second.

(épisode 16)

RED : Il n'y a rien qui puisse faire disparaître la douleur. Mais avec le temps, vous trouverez le moyen de vivre avec . vous ferez des cauchemars. Et chaque jour au réveil ça sera la première chose qui vous viendra à l'esprit. Jusqu'au jour où ça sera la deuxième.

(épisode 16)

 

THE COWBOY: [to Lucy about Tom] As soon as you hang up that phone, he's gonna kill you, then he's gonna kill me.

(épisode 16)

 THE COWBOY :(à Lucy à propos de Tom) Dès que vous aurez laissé le message, il va vous tuer et ensuite ça sera mon tour.

(épisode 16) 

 

THE COWBOY:If you want me to bring her in, there's gonna be a fee, and it's gonna cost you double.
RED : Oh? Why is that?
THE COWBOY: 'Cause I don't like you. And that hat makes your head look funny.
RED: The pot meets the kettle at last.

(épisode 16)

 

THE COWBOY : Si il faut vous emmener la fille, y a un supplément, ç'est double tarif.
RED : Pourquoi ça?
THE COWBOY : Votre tête me revient pas . Et votre chapeau vous donne un drôle d'air.
RED : L'hôpital se moque de la charité.

(épisode 16)

 

TOM : (about Jolene) Don't beat yourself up. You could never have known this. You never really know people. Do you?
LIZ: I'm gonna find her. Who she works for. Whoever they are. Whatever it takes. I'm gonna find her.

(épisode 17)

 

TOM : (parlant de Jolène/Lucy)Ne te fais pas de reproche. Tu ne pouvais pas savoir. Les gens ont les connait jamais réellement. C'est vrai ?
LIZ : Je vais la retrouver et ceux pour qui elle travaille. Peu importe qui ils sont. Ce que ça coûtera. Je la retrouverai.

(épisode 17)

RED :The who-dun-it has already been solved.
(épisode 17) 
 
RED : L'énigme policière a été résolue.
(épisode 17)
RED :So the Federal Government has armed a cyber terrorist with a digital equivalent of a nuclear warfare. Another fabulous example of your tax dollars at work. Another reason why I don't pay taxes.
(épisode 17)
 
RED : Alors le gouvernement fédéral a armé un cyber terroriste avec l'équivalent d'une ogive nucléaire. Quel magnifique exemple du gaspillage de l'argent des impôts. Et une raison de plus pour que je refuse d'en payer.
(épisode 17)
RESSLER :You think he bought it?
MEERA: Well, I did.
(épisode 17) 
RESSLER : Vous croyez qu'il a marché ?
MEERA : En tout cas, j'y ai cru.
(épisode 17)
 
LIZ :You were right.
RED : Come in...
LIZ: And you wanted me...
RED:To know that everything's going to be okay. You're going to be okay. 
(épisode 17)
LIZ : Vous aviez raison.
RED : Entrez....
LIZ : Et vous vouliez que je...
RED :...pour que vous sachiez que tout ira bien. Tout ira bien.
(épisode 17)
 

[Christopher Maly jumps through the window, killing himself. Dembe runs over to look, then walks away]
RED: [Nonchalantly] Okay then.
[Walks over to window and looks down]
LIZ: What now?
[Red grabs his coat]
LIZ: What are you doing? 
RED: Putting on my coat.
LIZ: A man just jumped through the window, there's a body on the sidewalk.
RED: Yes, and your husband, the police and all the king's men will be here soon. If you care to stick around and explain, feel free. I for one will not be in attendance.
[Keen grabs coat and heads for the door]
RED: Dembe, I'll get her downstairs. After you're finished, grab the pretzels.

(épisode 18) 

 

(Christopher vient de se donner la mort en se jetant par la fenêtre)
RED :(nonchalant) Nous voilà bien.
LIZ : Et maintenant quoi ?
(Red prend son manteau )
LIZ : Qu'est-ce que vous fabriquez ?
RED : J'enfile mon manteau.
LIZ : Un type vient de sauter par la fenêtre , il est mort, étalé sur le trottoir.
RED : En effet, bientôt votre mari , la police et toute la cavalerie vont débarqué ici. Si vous tenez absolument à rester pour vous expliquer avec eux, libre à vous. Mais quand à moi, je préfère m'éclipser.
(Liz attrape sa veste et sort de l'appartement)
RED : Dembé, je l'accompagne dehors. Quand tu aura fini, chipe les bretzels.

(épisode 18)

RED :Several years ago, it came to my attention that somebody was meddling in my business. To protect myself and my interests I inventoried my vulnerabilities.
LIZ : Me.
RED: Among other. Lizzy, I've been monitoring Tom since he entered your life. About a year ago I discovered that he had purchased three passports from a trusted forger I use in Warsaw.
LIZ: That's it? He bought passports. My husband chose me, he inserted himself into my life because of you.
RED: I can only assume that's the case.
LIZ : Why? How are we connected?
RED: That is just a distraction.
LIZ: No! That is all that matters! This is my life! Tell me!
RED: Right now the only thing that matters is the immediate threat, your husband, finding out who he is and who he works for. The rest will come. I promise you.

(épisode 18) 

 

RED : Il y a quelques années de celà, je me suis aperçu que quelqu'un s'était émisé dans mes affaires. Pour me protéger moi et mes affaires j'ai fait l'inventaire de mes différents points faibles.
LIZ : J'en suis un.
RED : Oui parmi d'autres. J'ai mis Tom sous surveillance depuis qu'il est entré dans votre existence. Il y a environ un an, j'ai découvert qu'il s'était procuré 3 passeports auprès d'un faussaire en qui j'ai toute confiance à Varsovie.
LIZ : C'est tout ? Quoi il a acheté des passeports. Mon mari m'a choisi, si aujourd'hui il fait parti de ma vie c'est à cause de vous.
RED : Oui selon toute probabilité.
LIZ : Pourquoi ? Qu'est-ce qui nous relie ?
RED : C'est un point secondaire.
LIZ : Non, c'est le point le plus important de tous ! C'est de ma vie qu'il s'agit ! Dites moi tout !
RED : Pour l'instant il n'y a rien de plus important que de s'occuper de cette menace à savoir votre mari, découvrir quelle est son identité et pour qui il travaille.  Je vous promets que le reste viendra en temps et en heure.

(épisode 18)

RED : And if it doesn't work out with Fadila, I know a ravishing Dane who would adore you. She's slightly cross-eyed, and there's something very hypnotic about her gaze.

(épisode 18)

 

RED : Et si ça capote avec Fadila, je connais une danoise absolument ravissante qui va t'adorer. Elle a un léger strabisme qui donne son regard un petit côté hypnotique délicieux.

(épisode 18)

RED :Terrifying. You know this artist got his start with puppets? What is it about puppets? It's the same with clowns. I'll never forget a puppet show I saw when I was five, maybe six. Hansel and Grettle.
Christopher Maly/Craig Keen: Why are we here?
RED: Scared me to death. But it wasn't the witch, it was the oven. Imagine, an oven puppet. Ooh. I don't think I set foot in our kitchen for a month.

(épisode 18)

RED : Terrifiant. L'artiste c'est fait connaitre avec ces marionnettes ? Bizarre comme objet  non ? Aussi troublant que les clowns. J'ai été très marqué par un spectacle de marionnettes que j'ai vu quand j'avais 5 ans, ou 6 ans. Hansel et Grettel.
CHRISTOPHER MALY/CRAIG KEEN : Qu'est qu'on fait là ?
RED : J'étais mort de trouille. Pas à cause de la sorcière, non à cause du four. Vous imaginez, un four qui se met à parler . Ohh. J'ai évité d'entrer dans la cuisine pendant un mois après ça.

(épisode 18)

 

 

RED :Looks like we're a little late to the party. You must be the brother-in-law.
LIZ: Ressler called. I have to step out. He isn't cooperating.  
RED :Oh hell, Dembe, get the hacksaw. We're gonna have to take him out of here in pieces.

(épisode 18)

 

RED : Les réjouissances ont déjà commencées ? Et je suppose que vous êtes le beau-frère.
LIZ : Ressler a téléphoné. Il faut que je file. Il refuse de parler.
RED :C'est facheux, Dembe, sort la scie. On va devoir le découper en petits morceaux.

(épisode 18)

LIZ: What?
DEMBE: This paint. What color is it?
LIZ: It's called Chicago Skyline.
DEMBE: [scoffs] Nice.

(épisode 18) 

LIZ : Qu'est ce qu'il y a?
DEMBE : La peinture. C'est quelle couleur ?
LIZ : Horizon de Chicago , c'est son nom.
DEMBE :Très Joli.

(épisode 18)

 

RED: Time is the only thing that will allow you to find yourself again.
LIZ: If you tell me to be patient one more time, I swear to God. I'm going to find him, I'm gonna find answers, and I'm going to do it with or without your help.

(épisode 19)

RED : Vous avez besoin de temps c'est la seule chose qui vous aidera à y voir plus clair.
LIZ : Si vous me demandez encore une seule fois d'être patiente, je vous jure que. Je vais le retrouver, je n'abandonnerais pas, je ne vais pas rester sans réponses, je le trouverais que vous acceptiez de m'aider ou pas .

(épisode 19)

 

LIZ :He's gone. My husband is gone.
RED: Your husband never existed.

(épisode 19)
LIZ : Il est parti. Mon mari est parti.
RED : Votre mari n'a jamais existé.
(épisode 19)
 

 LIZ : Say something to your wife who is dying in front of you. Say something.

(épisode 19)
LIZ : Est-ce que tu pourrais au moins donner une explication à ta femme qui est en train dans crever. Dis quelque chose.
(épisode 19)
 
LIZ : If you're looking for sympathy, you might want to start with honesty. Here's an example of honesty, Tom. You've been making me pancakes for two years. I hate pancakes.
TOM : You want honest? Here's one. If you're gonna handcuff somebody, don't break their thumb.
(épisode 19)
LIZ : Si tu veux de la compassion, commence par être honnête. Tu veux un exemple d'honnêteté. Tu m'a fait des pancakes presque tous les jours pendant 2 ans. Alors que je déteste les pancakes.
TOM : Tu veux que je te donnes un autre exemple. Si tu attaches quelqu'un avec des menottes, il faut pas lui briser les pouces.
(épisode 19)
 
TOM : He is not who you think he is. Goodbye, Liz.
(épisode 19)
TOM : Reddington, n'est pas celui que tu crois. Au revoir, Liz.
(épisode 19)
RED : This is an end. And then something new will begin. You deserve the best in life, Lizzie.
(épisode 19) 
RED : C'est déjà une fin. Et c'est le début d'une nouvelle vie. Vous méritez ce qu'il y a de mieux.
(épisode 19) 

 TOM : I remember standing in the closet, half-dressed, reaching for my shoes when I saw that you had drawn this little heart In the dust on my shoe. You remember that? It was the sweetest thing. And ever since that moment, I just felt Sorry for you Because I knew I knew that I had you.

(épisode 19)
 
 

TOM : Je me souviens que je finissais de m'habiller,j'ai ouvert le placard,  je me suis baissé et là j'ai vu que tu avais dessiné ce petit cœur sur la poussière de mes chaussures. Tu te souviens de ça ? C'était trop mignon. Et à partir de ce moment là, j'ai commencé à éprouver, une sorte de compassion parce que je savais, je savais que je te tenais.

(épisode 19)

RED : I was a life guard my junior year in high school. Had to give mouth-to-mouth to Mrs. Beerman. She belched up a lung full of corned beef and chlorine. I haven't been in a pool since.

(épisode 20)

RED : J'ai été surveillant de baignade pendant ma jeunesse. J'ai dû faire du bouche-à-bouche à madame Beerman. Elle a vomi une bouillie de corned beef et de chlore. Ca m'a dégoûté de la piscine.

(épisode 20) 

RED : These friends you mentioned, the ones whispering in the shadows, tell them from me, shut the hell up!

(épisode 20)

RED : Ces amis dont tu me parles, ceux qui murmurent cacher dans le noir, transmet leur un message de ma part, dit leur de la fermer !

(épisode 20)

 

RED : Ah, smells like decadence and vice.

(épisode 20)

RED: Ah, sentez-moi cette odeur de décadence et de vice.

(épisode 20)

 

RED : [Speaking to Liz] The Kingmaker. I've never met the man, but I recently lost a great deal of time and money to his talents. He's single handedly responsible for the rise and fall of some of the world's most pivotal politicians and statesmen.

(épisode 20)

RED : (parlant à Liz) Le Faiseur de Roi. Je ne sais pas qui c'est , mais j'ai récemment perdu beaucoup de temps ainsi que pas mal d'argent à cause de lui. Il est responsable à lui seul de l'ascension ou de la chute de personnalités parmi les plus influentes du monde politique ou des gouvernements.

(épisode 20)

 

 RED : My enemy is your enemy.

(épisode 20)
RED : (à Fitch)Mon ennemi est ton ennemi.
(épisode 20)

 

LIZ : Were you in the hospital room when he died? Did you kill my father? Did you kill him?    RED : Yes.
LIZ: I was right. There was something he wanted to tell me before he died and you didn't want me to know.
LIZ: It's not quite that simple.
(épisode 20)
LIZ : Vous étiez dans sa chambre au moment de son décès ? Est-ce que vous avez tué mon père ? Est-ce que vous l'avez tué ?
RED : Oui.
LIZ : J'avais raison. Il voulait me dire quelque chose avant de mourir et vous l'en avez empêcher.
RED : C'est loin d'être aussi simple.
(épisode 20)
 
LIZ : We're done. I'm done. This ends right now. You're a monster.
(épisode 20) 
LIZ : On arrête. Moi j'arrête. C'est terminé. Vous êtes un monstre.
(épisode 20) 

 ...as bad as you may think I am, as far as you think I am willing to go to protect that wich I hold most dear, you can't possibly fathom how deep that well of mine truly goes.

(épisode 20)

RED :...parce que malgré la brutalité et la détermination donc tu penses que je pourrais faire preuve afin de protéger ce qui me tient le plus à coeur, tu n'as absolument pas la moindre idée des extrémités auxquelles je suis prêt à recourir .

(épisode 20)

RED : I have an urgent case.
LIZ : [to Cooper] He'll have to tell it to someone else.
RED: That's not going to work.

(épisode 21)

RED : J'ai une affaire urgente à vous confier.
LIZ :(à Cooper) Il faudra qu'il s'adresse à quelqu'un d'autre.
RED : Cà! ça ne va pas marcher.

(épisode 21)

 

 

RED : This is a copy of Tom's code-book. It was used to pass information between Tom and his superiors. I had my associate, Borakove, decode it. There's surprisingly little about myself and my organization, but it contains speculation about our cases and a great deal about you. I suggest you use some discretion as to how you disclose any of it.
RED : [Keen ignores Reddington] It's an olive branch, Lizzy.

(épisode 21)

RED : Tenez ceci est une copie du manuel de code de Tom. Il servait à échanger des informations entre Tom et ses supérieurs. Un de mes associés Borakove l'a décodé. Ce qui est surprenant c'est qu'il y a très peu d'informations sur moi et mon organisation mais il contient beaucoup de spéculations sur nos enquêtes et beaucoup de renseignements sur vous. Je vous conseille d'y prêter attention, vous y apprendrez des choses qui pourrait bien vous étonnez sur vous même.
RED :(Liz ignore Red)Je vous tends la main, c'est une rameau d'olivier.

(épisode 21)

 

 RED : I met Dr. Sanders here through a mutual friend to discuss.. a very delicate and underfunded research project. As I recall, the science was awesome, but financially precarious. We did, however, spend a glorious weekend in God's Country with two snow bunnies who were dead ringers for the Swiss Miss Girl.
Dr. Bruce Sanders: [Both laugh] And we watched Space Ranger.
RED : Yes. Space Ranger! What a memory.

(épisode 21)

RED : J'ai rencontré le docteur Sanders  grâce à un ami commun..nous avons discuter d'un projet de recherche très pointu qui nécessitait un apport financier important. Autant que je me souvienne, cette recherche scientifique était absolument fascinante mais financièrement précaire. Cependant nous avons passé un merveilleux week-end aux pays des Dieux de la montagne avec deux jeunes skieuses qui étaient d'une beauté ravageuse.
BRUCE SANDERS : Et nous avons regarder les Space Ranger.
RED : Oui. Les Space Ranger ! Cà alors quelle mémoire.

(épisode 21)

 

RED : What are they gonna do to me that hasn't been done before? Kill me? None of it is worse than loosing you. Please excuse the gun. I'd hate for them to think we were in cahoots.

(épisode 21)

RED : Qu'est-ce que vous voulez qu'ils me fassent qui ne me pas encore été fait ? Ils vont me tuer ? Rien ne pourrait être pire que de vous perdre.Pardonnez-moi pour l'arme. Mais Je ne voudrais pas qu'ils s'imaginent qu'on est de mèche.

(épisode 21)

RED : I was once on the island of Ko Ri, free diving in the Andaman Sea. I fell terribly ill, stung by a lionfish. I was dehydrated and in excruciating pain. I had lost all sense of time and place, completely disoriented. But I knew I was dying. So I readied myself for it. And in that moment at death' door, I looked up... And standing over me in the brightness was this landless Moken Sea Gypsy. Just standing there. Smiling. She and her tribe nursed me back to health. Good as new. When I left the island, she kissed me, it was like a burst of sunlight on my cheek. It was... It made nearly dying welling worth it. That's how I feel now.

(épisode 21) 

RED : Je me suis retrouvé sur l'île de Ko Ri, nous plongions en apnée dans la mer d'Andaman.J'avais de la fièvre, j'étais tombé malade, j'avais été piqué par une rascasse.Je me suis déshydraté et j'ai souffert comme un damné.J'avais perdu toute notion de temps et d'espace,j'étais complètement désorienté.Mais j'étais persuadé que j'allais mourir.Alors je me suis dit qu'il fallait que je me prépare. Et tout à coup à cette instant précis, alors que je croyais que mon heure était arrivé. J'ai vu une apparition...j'ai levé les yeux et devant moi dans la lumière, il y avait une femme, c'était une Mokan, une nomade des mers.Elle était là, elle me souriait.Elle et sa tribu m'ont guéri , m'ont ramené à la vie. Une renaissance. Quand j'ai quitté l'île, elle m'a embrassé, son baiser m'a caressé comme un rayon de soleil. C'était..Alors je me suis dis que ça valait la peine d'avoir failli mourir. C'est ce que j'éprouve en ce moment .

(épisode 21) 

RED :[after surrendering to the FBI and watching Berlin's fly overhead in flames] Now it begins.

(épisode 21) 

RED :(après s'être rendu au FBI et regarder l'avion de Berlin s'écraser non loin) C'est maintenant que tout commence.

(épisode 21)

COOPER :That's five victims.
RESSLER :  Five horsemen.
ARAM : That's a great band name.

(épisode 21)

COOPER : Cela fait 5 victimes.
RESSLER : 5 cavaliers.
ARAM : C'est un super nom pour un gang.

(épisode 21)

 

SANDERS : Cullen is the instrument of the apocalypse. The five horsemen are coming. And they will bring death and destruction unlike any...
LIZ : There are four horsemen.
SANDERS : : There are five! This I know.

(épisode 21)

BRUCE SANDERS : Cullen est l'instrument de l'apocalypse. Les 5 cavaliers de l'apocalypse sont en chemin. Et ils apporteront la mort et la destruction quand l'heure sonnera...
LIZ : Il y a 4 cavaliers dans l'apocalypse.
SANDERS : Ils sont 5 cavaliers. Ca je le sais

(épisode 21)

TOM :You don't choose Berlin. He chooses you. And he is coming.

(épisode 21)

TOM : On choisit pas Berlin. C'est lui qui nous choisit. Et il arrive.

(épisode 21)

LIZ :Who? Who is this mysterious someone?
RED: I don't know.
(épisode 21) 
LIZ : Qui ? Qui est cette mystérieuse personne ?
RED : Je n'en sais rien.
(épisode 21)
 
LIZ :Berlin. It's not a place. It's a person. And that person is coming for Red today.
(épisode 21) 
LIZ : Berlin. Ce n'est pas une ville. C'est une personne. Et cette personne va s'en prendre à Red aujourd'hui.
(épisode 21)
 
LIZ : So I guess we're stuck with each other.
(épisode 21) 
LIZ :Si je comprends bien on est enchainé l'un à l'autre.
(épisode 21) 

RED :Meera was a casualty in a war that she didn't even know she was fighting.

(épisode 22) 

RED : Meera a été la victime d'une guerre à laquelle elle ignorait participer.

(épisode 22)

RED :[Pointing his weapon] You must be the one they call Berlin.

(épisode 22)

 RED :(pointant son arme) Je suppose que c'est vous qu'on surnomme Berlin.

(épisode 22)

RED : Yes. The girl. She's worth it.
(épisode 22)
RED : Oui. Cette femme. Elle en vaut la peine.
(épisode 22)
RED : I'm not a monster. Do you really think I'd harm a dog. You on the other hand.
(épisode 22) 
RED : Oh mon dieu, non! Je ne suis pas un monstre. Comme si je pouvais m'en prendre à un chien. Mais vous c'est une autre histoire.
(épisode 22)
TOM :Hi Babe.
(épisode 22)
 TOM : Bonjour, chérie.

(épisode 22)

 

Ecrit par minot76 
Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne NBC

Blacklist, S10E01 (inédit)
Dimanche 26 février à 22:00

Actualités
Calendrier de février 2023

Calendrier de février 2023
Le quartier Blacklist (c'est à dire moi ;-))) est ravi de vous offrir un calendrier pour le mois de...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Pour commencer, petit point sur le résultat du précédent sondage :  vous avez été 36% à avouer ne...

Alternative Awards - Aram Mojtabaï et Robert California en compétition

Alternative Awards - Aram Mojtabaï et Robert California en compétition
Depuis quelques jours, les Alternative Awards sont de retour pour une nouvelle édition. Aram...

James Spader - Crash sur Arte le 23 janvier à 23h35

James Spader - Crash sur Arte le 23 janvier à 23h35
Arte propose ce soir à 23h35 Crash le film très controversé de David Cronenberg, interdit au moins...

Amir Arison rejoint

Amir Arison rejoint "Sinking Spring" la série de Ridley Scott
Amir Arison ne se repose pas sur ses lauriers après son succès à Broadway avec The Kite Runner et...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

ShanInXYZ, Avant-hier à 17:05

Le Tardis recrute : Les votes pour la Manche 2 commencent qui ira en 16ème de finale, n'oubliez pas de venir voter

Luna25, Avant-hier à 18:11

Nouveaux PDM, duel, sondage sur le quartier Legends of tomorrow, ainsi qu'une nouvelle PDM chez les Originals, n'hésitez pas à passer

mnoandco, Hier à 07:21

Nouveaux sondages Cold Case, FBI Portés Disparus, Blacklist et Discovery of Witches. Pas besoin de connaître pour un p'tit détour. Merci

mnoandco, Hier à 15:18

En plus des sondages ci-dessus, Calendriers sur Blacklist et Discovery of Witches. Pas besoin de connaitre pour commenter

Aloha81, Aujourd'hui à 18:32

Aloha ! Nouvelle PDM, nouveau calendrier et nouveau sondage sur le quartier Magnum P.I. !

Viens chatter !