246 fans | Vote

Répliques de la saison 8

Répliques VO

Répliques VF

LIZ : Your tremors are gone.
RED :
They are.
LIZ: 
But not the underlying condition.
RED : I need you to focus on Roanoke, not on me. Can you do that? 
(épisode 1)

LIZ: Tes tremblements ont disparu.
RED: En effet.
LIZ: Mais pas la maladie sous-jacente.
RED: Concentre-toi sur Roanoke, pas sur moi.Tu crois que tu y arriveras?
( épisode 1)

   
COOPER : Your allegiance has to be to us, not her. Can you agree to that?
LIZ : Yes, I can. 
(épisode 1)

COOPER: Vous devrez être dans notre camp, pas dans le sien. Vous me le promettez?
LIZ: Oui, je vous le promets.
( épisode 1)

RED : What do I want? I want that cat. And Roanoke.
(épisode 1)

 RED: Ce que je veux? Je veux ce chat. Et Roanoke.( épisode 1)

RESSLER : Keen, do we have your allegiance or not?
(épisode 1)

RESSLER: Keen, tu es dans notre camp ou pas?
 ( épisode 1) 

KATARINA (to Liz) : The secrets you're looking for they tried to murder me to bury them.
(épisode 1)

KATARINA (à Liz): Les secrets que tu cherches, ils ont voulu me tuer pour les enterrer.
( épisode 1)

RED : I've given you my answer every time you ask.
LIZ : You don't answer. You withhold.
RED : I have things that are mine and mine alone.
(épisode 1)

RED: J'ai toujours répondu à ta question.
LIZ: En disant que tu ne mentais pas. Mais tu ne dis pas tout.
RED: En disant que certaines choses sont à moi et à personne d'autre.
(épisode 1)

RED : Don’t look so disgruntled, Agent Fredrick. I don’t bite. Unless you ever utter my name. In which case, I’ll gut you like a fish and feed you to the lobsters.
RESSLER : Good pep talk.
(épisode 1)

 RED: N'ayez pas l'air si contrarié, Agent Fredrick. Je ne mords pas. A moins que vous ne disiez une seule fois mon nom. Et dans ce cas, je vous viderai comme un poisson.
RESSLER: Vous voilà encouragés.
( épisode 1)

DOM : You're angry with me and I don't blame you. I misled you.
LIZ : I'm getting used to it.
(épisode 1)

DOM: Tu es en colère contre moi et je ne peux pas t'en vouloir. Je t'ai menée en bateau.
LIZ: J'ai l'habitude.
( épisode 1)

COOPER : Your assistance is not required.
RED: My assistance is required. It's just not welcome.
(épisode 1)

COOPER: Votre aide n'est pas nécessaire.
RED: Elle n'est peut-être pas bienvenue,mais elle est nécessaire.
( épisode 1)

PARK : They don't need jail time. They need family therapy.
(épisode 1)

PARK: Elles n'ont pas besoin d'un juge. Elles ont besoin d'un psy.
( épisode 1)

KATARINA : You did the right thing.
LIZ : It doesn't feel that way. I just walked away from the only friends I have.
(épisode 1)

 KATARINA: Tu as fait ce qu'il fallait.
LIZ: Ce n'est pas ce que je ressens. J'ai tourné le dos à mes seuls amis.
( épisode 1)

RED : I lost her, Dembe.
DEMBE :
We lost her.
RED :
I lost her.
DEMBE :
We knew this day might come. We talked about it.  This was always a possibility.
 RED :
Yeah. I knew it–And I let it happen anyway.
(épisode 1)

RED: Je l'ai perdue, Dembe.
DEMBE: Nous l'avons perdue.
RED: Non, je l'ai perdue.
DEMBE: Nous savions que ce jour pourrait arriver. Nous en avions parlé. Ça a toujours été une possibilité.
RED: Oui, je sais- Et j'ai quand même laissé faire.
( épisode 1)

LIZ (to Dom) : [...]  And I didn’t abduct you for her. I abducted you for answers – To make it stop. Help me understand. For the first time, stop protecting Reddington, and God knows who else, and make the decision to protect your own family. Three generations of women fighting to survive.
(épisode 2)

LIZ (à Dom): [...] Et je ne t'ai pas enlevé pour elle. Je veux des réponses...Pour que cela s'arrête. Aide-moi à comprendre. Pour une fois, arrête de protéger Reddington, et Dieu sait qui d'autre, et prends une décision pour protéger ta famille. Trois générations de femmes se battent pour survivre.
( épisode 2)

RED : Dembe, Dom’s too old. He’ll try not to break, but if they push him, he’ll die trying.
(épisode 2)

RED: Dembe, Dom es trop vieux. Il ne lâchera rien, mais s'ils le poussent, il mourra en le faisant.
( épisode 2)

LIZ : [...]  You’re protecting someone. Who could be so important that you would sacrifice your daughter?
DOM :
[ Angrily ] My daughter. Some daughter.
(épisode 2)

LIZ: [...] Tu protèges quelqu'un. Qui pourrait être si important au point de sacrifier ta fille?
DOM: [ avec colère] Ma fille. Une fille.
( épisode 2)

RESSLER : She wouldn't.
RED : What do you think she's doing, Donald? Saying "Pretty please" and "Mother May I"?
RESSLER : I’ll tell you what she’s not doing – Behaving like you would.
RED : Boy, she played you. She took advantage of your rather significant blind spot in matters of [ nods at Ressler’s crotch ] the heart.
RESSLER : What does that mean?
RED : I mean that if this were the high-school prom, she’d be the pretty loner standing on the sidelines and you’d be the second-string quarterback guzzling down the punch, hoping to cop a feel off her during “Stairway to Heaven.”
(épisode 2)

RESSLER: Elle ne le ferait pas.
RED: Que croyez-vous qu'elle fait, Donald? Demander,"s'il vous plait"? et "Mère, puis-je?"
RESSLER: Ce qu'elle ne fait pas...C'est se comporter comme vous.
RED: Garçon, bon sang elle vous a dupé. Elle a profité de votre faiblesse assez importante en ce qui concerne [ hoche la tête vers l'entrejambe de Ressler] le coeur.
RESSLER: Qu'est-ce que cela signifie?
RED: Si c'était le bal de fin d'année, elle serait la jolie solitaire attendant sur le côté et vous seriez le quarterback de seconde main en train de descendre tout le punch espérant pouvoir la peloter, pendant "Stairway to Heaven."
( épisode 2)

DOM (to Katarina) : He gave you back to me. I thought I’d lost you forever.
(épisode 2)

 DOM ( à Katarina): Il t'a ramenée à moi. Je pensais que je t'avais perdue pour toujours.
( épisode 2)

RESSLER (to Liz) : I thought I knew you but lately, you're full of surprises.
(épisode 2)

RESSLER (à Liz): Je croyais te connaître mais dernièrement, tu es pleine de surprises.
( épisode 2)

RESSLER : You followed me!
RED :
Of course I didn’t. I had you followed. Take it easy, Donald. The veins on your neck are straining. You don’t want a ruptured aneurysm
RED (to Liz) : As for you, I can't begin to describe my disappointment.
LIZ :  Oh, thank God.
(épisode 2)

RESSLER: Vous m'avez suivi!
RED: Bien sûr que non. Je vous ai fait suivre. Calmez-vous, Donald. Les veines de votre cou sont gonflées. Vous ne voulez pas faire une rupture d'anévrisme.
RED ( à Liz): Quant à toi, je ne peux pas te dire à quel point je suis déçu.
LIZ: Merci, mon dieu.
( épisode 2)

RED (to Cooper ) : Well, what choice do I have? If I let her go, she’ll warn Grendel’s mother.
(épisode 2)

RED ( à Cooper): Quel choix ai-je? Si je la laisse partir elle ira prévenir la mère de Grendel.
( épisode 2)

KATARINA : Reddington. He has the Archive?
DOM :
Yes. You took it, but he has it. And so do you.
(épisode 2)

KATARINA: Reddington. Il a l'archive?
DOM: Oui. Tu l'as prise, mais c'est lui qui l'a. Et toi également.
( épisode 2)

LIZ (to Red) : [...]  But for now, the only one I need to answer is this – Am I willing to let you kill her? And the answer is no.
(épisode 2)

LIZ ( à Red): [...] Mais pour l'instant, la seule à laquelle je dois répondre c'est...Suis-je prête à te laisser la tuer? Et la réponse est non.
( épisode 2)

DOM : I told her.
RED : Dom? What did you tell her?
DOM : Everything.
(épisode 2)

DOM: Je lui ai dit.
RED: Dom? Qu'est-ce que tu lui as dit?
DOM: Tout.
( épisode 2)

RED (to Dom) : She loves you. She always has. Nothing is ever going to change that.
(épisode 2)

RED ( à Dom): Elle t'aime. Elle t'a toujours aimé. Rien n'aurait pu la faire changer.
( épisode 2)

HEIDDEGGER : You won’t survive this.
RED :
I appreciate your concern. Oddly enough, I was about to say the same thing to you.
(épisode 2)

HEIDDEGGER: Vous n'y survivrez pas.
RED: J'apprécie votre sollicitude. Curieusement, j'étais sur le point de vous dire la même chose.
( épisode 2)

RESSLER : If anyone's responsible for this man's death, it's you.
RED : You're probably right.
(épisode 2)

RESSLER: Si quelqu'un est responsable de la mort de cet homme, c'est vous.
RED: Vous avez sûrement raison.
( épisode 2)

RED : For what it’s worth, I didn’t know what Dom was planning in Belgrade.
KATARINA :
I believe you. But after, you let the world believe the lie. You dangled me out there, let everyone think I have the Archive. And now I know why. Because if they were chasing me, it meant they weren’t chasing you.
RED : It’s not quite that simple.
KATARINA : You’re N-13, aren’t you? You framed me. You fed me to Townsend as a patsy, and Dominic knew and helped you do it.
(épisode 2)

RED: Pour ce que ça vaut, je ne savais pas ce que Dom préparait à Belgrade.
KATARINA: Je te crois. Mais après...Tu as laissé le monde croire au mensonge. Tu m'agitais comme une poupée, laissant croire que j'avais l'Archive. Et maintenant je sais pourquoi. Car s'ils me pourchassaient moi, ils ne te pourchassaient pas.
RED: Ce n'est pas aussi simple.
KATARINA: Tu es N-13, n'est-ce pas? Tu m'as piégée. Tu m'as livrée à Townsend comme une pigeonne, et Dominic le savait et t'a aidé à le faire.
(épisode 2)

KATARINA : [ Taunting ] My God. I can’t imagine what this must be like for you, knowing you can’t kill me because of how much Elizabeth loves her mother.
(épisode 2)

 KATARINA: [ rire] Mon Dieu. Je n'ose imaginer ce que ça doit être pour toi, ne pas pouvoir me tuer, à cause de l'amour d'Elizabeth pour sa mère.
( épisode 2)

RED : You think this was a mistake?
DEMBE :
You ask a tactical question. I see only an ethical one. No. It was not a mistake, but it was wrong [...] You’ve pushed her too far.
(épisode 3)

 RED: Tu penses que c'était une erreur?
DEMBE: Vous avez posé une question tactique. Je ne vois qu'une question éthique. Non. Ce n'était pas une erreur, car c'était faux [...] Vous l'avez poussée trop loin.
( épisode 3)

ARAM : Where are you going, Liz? What are you doing?
(épisode 3)

 ARAM: Où es-tu, Liz? Qu'est-ce que tu fais?
( épisode 3)

LIZ : He killed her.
COOPER : Thank God you're OK.
LIZ : Did you hear what I said? It was an execution.
(épisode 3)

 LIZ: Il l'a tuée.
COOPER: Dieu merci vous allez bien.
LIZ: Avez-vous entendu? C'était une exécution.
( épisode 3)

LIZ (to Cooper) : Everywhere I go, there’s a man who insists on protecting me.
(épisode 3)

LIZ ( à Cooper): Partout où je vais, il y a un homme qui insiste pour me protéger.
( épisode 3)

LIZ (to Aram) : If anyone can find me, my money's on you.
(épisode 3)

LIZ ( à Aram): Si quelqu'un peut me trouver, je parie sur toi.
( épisode 3)

MARVIN (to Red) : Get in. Listen to me. You are not allowed to die. Do you hear me? Okay, hang in. Hang in.
(épisode 3)

MARVIN ( à Red): Montez. Ecoutez-moi. Vous ne pouvez pas mourir. Vous m'entendez? Ok, démarre. Démarre.
( épisode 3)

RESSLER (to Liz) : I care about you and there's nothing wrong with me telling you.
(épisode 3)

RESSLER ( à Liz): Je tiens à toi et il n'y rien de mal à ce que je te dises cela.
( épisode 3)

COOPER : The warrant. If he got it, it's over.
ARAM : I think it's over either way.
(épisode 3)

COOPER: Le mandat. S'il l'a obtenu, c'est fini.
ARAM: Je pense que c'est fini de toute façon.
( épisode 3)

COOPER : You saved Reddington’s life.
RESSLER :
Is that a compliment or a criticism?
(épisode 3)

COOPER: Vous avez sauvé la vie de Reddington.
RESSLER:
C'est un compliment ou un reproche?
( épisode 3)

LIZ : I want to thank you. You told me to think like a criminal, and now I am one. You prepared me for this. Maybe because you knew it was inevitable, but because you did, I’m ready and I’m coming for you.
 RED  : That would be such a mistake.
LIZ : I don’t think so. You’re sick, you’re old. You’re an easy target [...] I’m willing to kill you. You don’t have it in you to kill me, and you never will, and that’s why I’m gonna win.
(épisode 3)

LIZ: Je veux te remercier. Tu m'as dit de penser comme une criminelle, et j'en suis une désormais. Tu m'as préparé à ça. Peut-être car tu pensais que c'était inévitable, mais parce que tu l'as fait, je suis prête et je viens pour toi.
RED: Ce serait une terrible erreur.
LIZ: Je ne pense pas. Tu es malade, tu es vieux. Tu es une proie facile. [...] Je suis prête à te tuer. Tu n'as pas cette envie en toi de me tuer, et tu ne l'auras jamais, et c'est pour cela que je vais gagner.
( épisode 3)

DEMBE (to Red) : We're too late.
(épisode 4)

DEMBE ( à Red): On est arrivés trop tard.
( épisode 4)

TADASHI (to Liz) :  Thanks, but I already have a job. It’s got a great health plan. As long as I do it well, Mr. Reddington won’t kill me.
(épisode 4)

TADASHI ( à Liz): Merci, mais j'ai déjà un travail. Avec une bonne assurance. Tant que je le fais bien, Mr. Reddington ne me tuera pas.
( épisode 4)

TADASHI : I told her I was with you hot or cold, but since you mention it, are you, you know, cooling?
RED :
Like a lion in winter I am both diminished and dangerous – As anyone who offers to help Elizabeth will quickly find out.
(épisode 4)

TADASHI: Je lui ai dit que j'étais avec vous chaud ou froid, mais puisque vous en parlez, êtes-vous en train de refroidir?
RED: Comme un lion en hiver, je suis à la fois diminué et dangereux...Comme quiconque offrira de l'aide à Elizabeth le constatera rapidement.
( épisode 4)

RED (to Dembe) : I'm fighting a war on one fight. I'm not sure I have the strength to fight it on two.
(épisode 4)

 RED ( à Dembe): Je mène la guerre sur un front. Je ne suis pas sûr d'avoir la force de la mener sur deux.
( épisode 4)

MARVIN (to Liz) : You're declaring war on Red to defend the honor of a woman who abandoned you as a child and who murdered your grandfather?
(épisode 4)

MARVIN ( à Liz): Vous déclarez la guerre pour défendre l'honneur d'une femme qui vous a abandonnée, enfant, et a assassiné votre grand-père?
( épisode 4)

RED (to Gwen) : How does the story end? Comedy or tragedy, it's up to you.
(épisode 4)

RED ( à Gwen):Comédie ou tragédie. Comment tout cela se termine, dépend entièrement de vous.
( épisode 4)

RESSLER : Why did you call?
LIZ : I don't know. I guess because every time we say goodbye, I'm afraid we might actually mean it.
(épisode 4)

RESSLER: Pourquoi t'as appelé?
LIZ: Je ne sais pas. Je crois...A chaque fois qu'on se dit au revoir, je crains qu'on soit vraiment sérieux.
( épisode 4)

RESSLER (to Liz) : Until you're back, (Agnes) is going to have a lot of doting uncles.
(épisode 4)

RESSLER ( à Liz): Jusqu'à ton retour, ( Agnès) elle aura plein d'oncles-poules.
( épisode 4)

ARAM : Who are you?
LIZ : You know who I am and why I have to do this.
(épisode 4)

 ARAM: Qui es-tu?
LIZ: Tu le sais, et aussi pourquoi je dois faire ça.
( épisode 4)

ARAM (to Ressler) : You are right. This is different.
(épisod 4)

ARAM ( à Ressler): Tu avais raison. C'est différent.
( épisode 4)

DEMBE : Did you want Elizabeth to see you shoot her mother? Knowing that if she did, it would send her to a place so dark she would never go back to her old life.
RED : Why would I ever do that?
DEMBE : Because you live in that dark place. And she can’t take over your empire without living there, too. You mock the FBI for being conflicted about arresting someone they love, but you love her, too, and I’m not sure you want her arrested, either [...]  You can see what it’s done – You keeping so much from her. It– It’s hardened her. Made her worthy of the Blacklist. What I want to know is if this was your plan all along.
RED :  I – didn’t — I didn't have a plan.
(épisode 4)

DEMBE: Est-ce que tu voulais qu'Elizabeth te voie tuer sa mère? Sachant que voir cela lui ferait broyer du noir qu'elle ne reprendrait jamais son ancienne vie.
RED: Pourquoi je ferais ça?
DEMBE: Parce que tu broies du noir toi-même. Et elle ne peut pas reprendre ton empire sans faire la même chose. Tu te moques du FBI qui est déchiré à l'idée d'arrêter une personne qu'ils aiment, mais tu l'aimes aussi, et je ne suis pas sûr que tu veuilles l'arrêter[...] Tu as vu ce que ça a fait. Tu lui caches trop de choses. Ça l'a endurcie. L'a rendue digne de la liste noire. Ce que je veux savoir c'est si c'était ton plan depuis le début.
RED: Je...n'avais pas...Je n'avais pas de plan.
( épisode 4)

LIZ : You’re wrong about Marvin Gerard.
RED :
[ On phone ] Elizabeth, for someone looking to go off the grid, you continue to be quite chatty.
LIZ : 
Suisse Capital. You had one account. Now you have none.
RED :
What does this have to do with Marvin?
LIZ : 
And all this time I thought you knew how to think like a criminal.
RED :
Skip Hadley.
LIZ : 
My knight in shining armor.
(épisode 4)

LIZ: Tu te trompes sur Marvin Gerard.
RED: [ au téléphone] Elizabeth, pour quelqu'un qui veut disparaître, tu bavardes toujours autant.
LIZ: Le capital suisse. Tu avais un compte. Maintenant tu n'en a plus.
RED: Quel est le rapport avec Marvin?
LIZ: Et moi qui croyais que tu savais comment penser comme un criminel.
RED: Skip Hadley .
LIZ: C'est mon sauveur.
( épisode 4)

RED :Marvin, I am so sorry. Will you ever forgive me?
RED  (to Brimley) :
Is he alright?
BRIMLEY :
Should be fine. Though Benji did go a touch Hai Karate. I’m guessing it was his aftershave.
RED :
Smells like grapefruit. Or blood orange. Is it blood orange?
MARVIN :
Go to hell, Raymond.
RED :
I think it’s blood orange.
(épisode 4)

RED: Marvin, je regrette. Pourras-tu me pardonner?
RED ( à Brimley): Il va bien?
BRIMLEY: Il devrait. Même si Benji y est allé version Hai Karaté. Ça devait être son aftershave.
RED: Il sent le pamplemousse. Ou l'orange sanguine. C'est orange sanguine?
MARVIN: Va te faire voir, Raymond.
RED: Je crois que c'est orange sanguine.
( épisode 4)

RESSLER : So Keen used me to steal Reddington’s money.  It feels strangely, uh, therapeutic.
(épisode 4)

 RESSLER: Alors Keen s'est servie de moi pour voler Reddington. C'est étrangement thérapeutique.
( épisode 4)

EASTERN FRIEN : We know about Keen. What she’s saying. That you’re N-13.
RED :
 An allegation no one believes.
EASTERN FRIEND :
A fact no one knows is true. We must do whatever we can to keep it that way.
RED :
I flew 15 hours so I could look you in the eye and tell you what I told Rakitin – Elizabeth Keen is off limits.
(épisode 4)

EASTERN FRIEND: Nous savons pour Keen. Ce qu'elle dit. Que vous êtes N-13.
RED: Une allégation que personne ne croit.
EASTERN FRIEND: Un fait dont personne ne sait s'il est vrai. Nous devons tout faire pour que cela reste ainsi.
RED: J'ai fait 15 heures de vol pour vous dire en face ce que j'ai dit à Rakitin...Elizabeth Keen est hors jeu.
( épisode 4)

CARL : Hey. It’s me. Call Reddington. Tell him we got a problem.
(épisode 5)

CARL: Hé. C'est moi. Appelez Reddington. Dites-lui que nous avons un problème.
( épisode 5)

RED (to Carl) : “With all due respect”? What an absurd little qualifier. Why do people insist on stating their deference right before undercutting it with a mildly disrespectful provocation?
(épisode 5)

 RED ( à Carl): " Avec tout le respect que je vous dois"? Quel petit qualificatif absurde. Pourquoi les gens insistent sur l'affirmation de leur déférence juste avant de le sous-cotter avec une provocation légèrement irrespectueuse?
( épisode 5)

RED (to Carl) : Thank you, Carl. Now – with all due respect – your cologne is beginning to make my eyes water.
(épisode 5)

RED ( à Carl): Merci, Carl. Maintenant, avec tout le respect que je vous dois, votre eau de Cologne commence à me faire pleurer mes yeux.
( épisode 5)

ARAM (to the team) : I don’t know. It seems kind of crazy to me that, um, we’re still calling her Agent Keen.
COOPER :  Agent Ressler, Agent Park, see if you can find any leads on this heist crew from the bank manager. We’ll save the ethical deliberations till after we’ve found Elizabeth.
(épisode 5)

ARAM ( à l'équipe): Je ne sais pas. Cela semble un  peu fou pour moi que, euh, on l'appelle toujours l'agent Keen.
COOPER: Agent Ressler, Agent Park, voyez si vous pouvez trouver des pistes sur cette équipe de voleurs du directeur de la banque. Nous sauverons les délibérations éthiques jusqu'à ce qu'on ait trouvé Elizabeth.
( épisode 5)

PANABAKER : [...]  If the evidence we got from Reddington gets excluded, our case is gonna be shakier than cafeteria Jell-O.
(épisode 5)

PANABAKER: [...] Si les preuves que nous avons obtenues de Reddington est exclu, notre affaire va être plus bancale que la cafétéria Jell-O.
( épisode 5)

ABE (to Red) : If my baby's a thief, you might as well kill me now, because I ain't got nothing to live for.
(épisode 5)

ABE ( à Red): Mais si vous avez raison, que mon bébé est une voleuse, allez-y. Vous pouvez aussi bien me tuer maintenant, parce que je n'ai pas de raison de vivre.
( épisode 5)

JUDGE : You’re telling me the United States government is willingly in business with Raymond Reddington?
COOPER :
You’re not the first person to express – some concern.
JUDGE :
Oh, I’m not concerned. I’m offended.
PANABAKER :
You don’t find many swans swimming in the sewer.
(épisode 5)

JUDGE: Vous me dites le gouvernement des Etats-Unis est volontiers en affaires avec Raymond Reddington?
COOPER: Vous n'êtes pas la première personne pour exprimer...une certaine inquiétude.
JUDGE: Oh, je ne suis pas inquiet. Je suis offensé.
PANABAKER: On ne trouve pas beaucoup de cygnes nager dans les égouts.
( épisode 5)

COOPER (to Red) : So are we doing halfsies or not?
(épisode 5)

 COOPER ( à Red): Alors, on fait la moitié ou quoi?( épisode 5)

RESSLER (to Park) : At this point, all we have are bad options.
(épisode 5)

RESSLER ( à Park): Eh bien, à ce stade, tout ce que nous avons, ce sont des mauvaises options.
( épisode 5)

PANABAKER (to Cooper ) : If this is going to blow up, I won't be the one jumping on any grenades.
(épisode 5)

PANABAKER ( à Cooper): Si ça doit exploser, je ne serai pas celui en sautant sur n'importe quelle grenade.
( épisode 5)

RED (to Abe) : Let's try this again. Tell me about your daughter.
(épisode 5)

RED ( à Abe): Essayons encore une fois. Parlez-moi de votre fille.
( épisode 5)

ARAM : Think we'll ever hear from her?
COOPER : I'm fairly confident we haven't heard the last from Agent Keen.
(épisode 5)

ARAM: Vous pensez qu'on aura un jour de ses nouvelles?
COOPER: Je suis convaincu que ce n'est pas la fin de l'agent Keen.
( épisode 5)

PARK : Why is it the really wealthy always want to own a restaurant?
RED : I'm sure for some it has a lot to do with glad-handing and back-slapping. For me, it was sort of a friend in need. Now it's a project. We're expanding. And this, an office, with a stove and a walk-in.
(épisode 6)

PARK: Pourquoi est-ce que les vrais riches vous voulez toujours être propriétaire d'un restaurant?
RED: Je suis sûr que pour certains, cela beaucoup à faire avec des gestes de joie et des claquements de mains. Pour moi, c'était une sorte d'ami dans le besoin. Maintenant, c'est un projet. Nous nous développons. Et ça...un bureau, avec un poêle et un walk-in.
( épisode 6)

PARK (to Red) : Have you considered simply leaving Keen alone, taking a breath to consider your role in all this?
(épisode 6)

PARK ( à Red): Avez-vous envisagé simplement de laisser Keen tranquille, prendre du recul pour envisager votre rôle dans tout cela?
( épisode 6)

COOPER : You speak six languages?
ARAM :  Well, not including Latin, which I doubt would come in handy. Unless the criminal I interpreted for is the Pope. Imagine that confessional.
(épisode 6)

COOPER: Vous parlez six langues?
ARAM: Enfin, sans compter le latin, ce qui je doute, serait utile. A moins que le criminel soit le Pape. Imaginez ce confessionnal.
( épisode 6)

:MISS JESSICA : So, Mr. Stone, can you be discreet?
ARAM : Yes. I'm Mr. Discreet.
(épisode 6)

 MISS JESSICA: Alors, Mr Stone, pouvez-vous être discret?
ARAM: Oui. Je suis Mr Discret.
( épisode 6)

PARK : I just thought ...
COOPER : That's the problem. You didn't think. You reacted.
(épisode 6)

PARK: Non, je pensais juste...
COOPER: C'est là le problème. Vous n'avez pas réfléchi. Vous avez réagi.
( épisode 6) 

HUEY : Glen used to say "We're not here for a long time. We're here for a good time."
(épisode 6)

HUEY:  Comme le disait Glen "Nous sommes pas ici depuis longtemps. Nous sommes ici pour passer un bon moment."
( épisode 6)

RED (about Glen) : Glen. — Glen was — so many different things. A son. Civil servant. A proud member of the Spare Me bowling team. Two-time runner-up at the Southern Regional Tournament. And a great – A truly great – tracker. But he was – Ah, brother. He was a lot more than that. Glen was — [ seriously ] infuriating. Insulting. Just so maddening. He was a hedonist, a chauvinist, a liar, and a cheat, but there was one thing Glen was not. — And that’s afraid.
  Glen was not afraid. He wasn’t afraid of judgment. Of being wrong. He wasn’t afraid of friendship. Or romance. A bad joke. A good laugh. He was never afraid of a good time. Or bad timing. Or consequences. Or of an impossible task. Or any kind of danger. And he certainly wasn’t afraid of me. Ever.
  No matter how hard or unfair life was to Glen – Glen loved life back. He embraced it without reservation, regret, or remorse. And that is — rare. I wish– I wish more people were unafraid like Glen. It’s the thing about him I’ll miss the most. And I hope it’ll be some time before – all my memories of him — start to fade.
(épisode 6)

RED ( parlant de Glen): Glen. Glen était...tant de choses différentes. Un fils. Fonctionnaire. Un membre fier de l'équipe de bowling Spare Me. Deus fois finaliste au Tournoi régional du Sud. Et un grand...Un très grand traqueur. Mais il était...Ah, mon frère. Il était bien plus que cela. Glen était...exaspérant. Insultant. C'est tellement exaspérant. C'était un hédoniste, un chauvin, un menteur, et un tricheur, mais il y avait une chose que Glen n'était pas.- Et ça, c'est la peur. Glen n'a pas eu peur. Il n'avait pas peur du jugement. D'avoir tort. Il n'avait pas peur de l'amitié. Ou de la romance. Une mauvaise blague. Une bonne rigolade. Il n'a jamais eu peur de s'amuser. Ou d'un mauvais timing. Ou des conséquences. Ou d'une tâche impossible. Ou tout autre type de danger. Et il n'avait certainement pas peur de moi. Jamais.
Peu importe la difficulté ou la vie qu'était pour Glen...Glen aimait la vie en retour. Il l'a adopté sans réserve, regret ou remords. Et c'est...rare. Je souhaite...J'aimerais que plus de gens n'aient pas peur comme Glen. C'est le problème avec lui, c'est ce qui me manquera le plus. Et j'espère qu'il  faudra attendre un certain temps avant...Que tous mes souvenirs de lui...commencent à s'effacer.
( épisode 6)

DEMBE : I think understand Elizabeth, probably more than you would like.
RED : Well, I’m not her father. Maybe if I were, I’d want to understand her even better. Perhaps she wouldn’t be so determined to kill me.
(épisode 7)

DEMBE: Je crois que vous comprenez Elizabeth, probablement plus que vous ne le voudriez.
RED: Je ne suis pas son père. Peut-être que si je l'étais, j'aurais voulu la comprendre encore mieux. Elle ne serait peut-être pas autant déterminée à me tuer.
( épisode 7)

RED (to Cooper ): Meat and potato pie. Dembe brought it back from Sarajevo. You should try a slice. Like all good things, it’s sinfully bad for you.
(épisode 7)

RED ( à Cooper): De la tarte aux pommes de terre et à la viande. Dembe a ramené ça de Sarajevo. Vous devriez goûter. Comme toutes les bonnes choses, c'est terriblement mauvais pour vous.
( épisode 7)

ARAM  : Have you talked to Mr. Reddington? I mean, he can find anyone, which, in this case, it might help, right? I mean, if he found the arsonist, you know, justice, scales, balancing, that kind of thing. But then on the downside, you’d be in his debt, and, ohh, that is a record scratch through your favorite song. I mean, can you even imagine?
PARK : No. I can’t imagine.
ARAM : Of course you can’t because this is, like, horrendous advice, which you are clearly way too smart to take.
(épisode 7)

 ARAM: Tu en as parlé à Mr Reddington? Il peut trouver n'importe qui, qui, dans ce cas, pourrait aider, n'est-ce pas? S'il trouve le pyromane, tu vois, la justice, les balances,l'équilibre, ce genre de choses. Mais l'inconvénient, c'est que tu lui serais redevable, et, ça, c'est une égratignure sur le vinyle de ta chanson préférée. Peux-tu l'imaginer?
PARK: Non. Je ne peux pas l'imaginer.
ARAM: Bien sûr que non, car c'est comme un conseil horrible, que tu es clairement trop intelligente pour suivre.
( épisode 7)

RESSLER : You don't know (Liz) like we do.
PARK : Maybe that's why I can see what's really going on.
(épisode 7)

RESSLER: Oui, mais vous ne la connaissez pas si bien que nous.
PARK: C'est peut-être pour cela que je vois ce qu'il se trame vraiment.
( épisode 7)

PARK (to Aram) : What part of "dead-end" don't you understand?
(épisode 7)

PARK ( à Aram): Quelle partie "d'impasse" tu n'as pas comprise?
( épisode 7)

COOPER : Tell your NSA friend he did good work. 
ARAM : And buy hot wings for the month? Yeah – I don’t think so.
(épisode 7)

COOPER: Dites à votre ami de la NSA qu'il a fait du bon boulot.
ARAM: Et lui acheter du poulet pour un mois? Yeah, je ne crois pas.
( épisode 7)

RED (to Veseli) : Ah! Running in a towel never ends well. Put some pants on, and let’s talk.
(épisode 7)

RED ( à Veseli): Se balader en serviette ne se termine jamais bien. Enfilez un pantalon, et parlons.
( épisode 7) 

ARAM : What’s happening?! Uh, are– are they dying?
GERVAIS : No, sir. I believe those are cries of celebration.
(épisode 7)

ARAM: Que se passe t-il? Uh, ils sont en train de mourir?
GERVAIS: Non, monsieur. Je crois que ce sont des cris de joie.
( épisode 7)

COOPER : It seems she's past the point of no return.
RED : I'll leave the moralizing to you.
(épisode 7)

COOPER: Il semblerait qu'elle ait passé le point de non-retour.
RED: Je vais essayer de vous laisser le côté moralisateur.
( épisode 7) 

DEMBE (to Red) : It sounds like one of your plans.
(épisode 7)

 DEMBE ( à Red): On dirait l'un de vos plans.
(épisode 7)

EASTERN FRIEND : I understand. She is untouchable. But you must understand – Harold Cooper is not [...]  If he gains access to the Rakitin files, you’ll have to eliminate him.
RED : I understand.
(épisode 7)

EASTERN FRIEND: Je comprends. Elle est intouchable. Mais vous devez comprendre...Qu'Harold Cooper ne l'est pas. [...] S'il arrive à accéder aux dossiers de Rakitin, vous allez devoir l'éliminer.
RED: Je comprends.
( épisode 7)

RED (to Cooper) : Not those boxes, no. But I’m in another one of your boxes, Harold, and if the Governor knows that, he may be under the false impression that you are prone to moral ambiguity.
(épisode 8)

RED ( à Cooper): Non, cela ça va. Mais t'oublies notre collaboration, Harold, et si le Gouverneur l'apprend, il pourrait en déduire que tu es facilement manipulable sur le plan moral.
( épisode 8)

COOPER : I do what I do for the greater good.
RED : And I see that as admirable. But the governor might see that as situational. Clamato, Clamahto. Tornado, typhoon.
(épisode 8)

COOPER: Je ne cherche qu'à bien faire.
RED: Et c'est très admirable...mais qu'en penserait le Gouverneur. Clamato, Clamahto. Tornade, typhon.
( épisode 8)

ANNE : Some people like to live dangerously.
RED : Yes, some do.
ANNE : What do you do?
RED : I’m a fugitive. Number one on the FBI’s Most Wanted List.
ANNE :  One, huh? I would’ve gone with fourth. Now you’re not just a stranger– You’re a stranger with delusions of grandeur.
(épisode 8)

ANNE: Des gens aiment vivre dangereusement.
RED: Oui, c'est vrai.
ANNE: Que faites-vous?
RED: Je suis un fugitif. En fait, je suis le plus recherché du FBI.
ANNE: Le numéro 1? J'aurais parié sur le numéro 4. Maintenant vous n'êtes pas qu'un étranger...mais un étranger avec la folie des grandeurs.
( épisode 8)

ANNE :  Well, aren’t I the heel? I realize I know nothing about you. I’ve been doing all the talking..
RED :  I think it’s been just divine.
(épisoe 8)

ANNE: Bien, voilà que soudainement. Je réalise que je ne sais rien sur vous. C'est moi qui parlait tout le temps..
RED: Mais ç'a été divin.
( épisode 8)

COOPER : Well, there are. Which makes me wonder why they want me. There has to be a reason.
CHARLENE : I can think of three reasons. You're loving, you're decent, you're kind.
(épisode 8)

COOPER: Eux, aussi le pensent. Et je me demande bien pourquoi. Il y a sûrement une raison.
CHARLENE: Je peux t'en nommer trois. Tu es décent, honnête et consciencieux.
( épisode 8)

RED : You invoked the federal Kill List?
COOPER :
Yes. And because you kept your endgame secret, you were nearly vaporized.
RED  :
155 it is. And I thank you.
(épisode 8)

RED: Tu as invoqué la liste fédérale?
COOPER: Oui. Et parce que tu as agit dans l'ombre, ç'a failli te coûter la vie.
RED: $ 155 M alors. Et merci.
( épisode 8)

RED (to Cooper ) : I'm not the same either. I'm better. And I think you're the reason why.
(épisode 8)

RED ( à Cooper): J'ai bien changé, moi aussi. Je suis meilleur. Et c'est grâce à toi.
( épisode 8)

RED : Why so glum, Harold? You all look like you’re in a Bergman film playing chess with death.
(épisode 9)

 RED: Vous êtes bien lugubre, Harold? On se croirait dans un film de Bergman où les personnages jouent aux échecs avec la mort.
( épisode 9)

ARAM (to Chemical Mary) : A war criminal and an international terrorist. Your parents must be proud.
(épisode 9)

 ARAM ( à Chemical Mary): Une criminelle de guerre et un fugitif. La fierté de vos parents.
( épisode 9)

THE CYRANOID (to Townsend) : Neville, look at me. I am Elizabeth Keen.
(épisode 9)

THE CYRANOID ( à Townsend): Neville, regardez-moi. Je suis Elizabeth Keen.
( épisode 9)

RED :  [...] And whoever is dead, I certainly didn’t kill him.
COOPER : I don’t believe you.
RED : Well, that’s your problem, not mine.
(épisode 9)

RED: [...] Et qui que soit ce cadavre, je n'ai rien à voir là-dedans.
COOPER: Je ne vous crois pas.
RED: C'est votre problème, pas le mien.
( épisode 9)

PANABAKER (to Ressler) : What she knows is that you thought it was a fine idea to dip your wick in the fugitive end of the swimming pool. Honestly, Harold, sometimes I wonder if Keen is still out there because you can’t find her or because none of you want to.
(épisode 9)

PANABAKER ( à Ressler): Elle sait que vous avez fait des galipettes avec une fugitive. Honnêtement, Harold, j'en viens à me demander si Keen est vivante. Vous ne la trouvez pas, peut-être volontairement.
( épisode 9)

RED : I don't know how the magic works.
(épisode 9)

RED: Je ne connais pas leurs secrets.
( épisode 9) 

RED (to Liz) : This certainly makes me reconsider my dislike of cell phones.
(épisode 9)

RED ( à Liz): Finalement le téléphone portable, c'est pas si mal.
( épisode 9)

PANABAKER : I can't unsee what I saw.
COOPER : Of course you can. People do it everything day. Look away from bigotry. Degradation. Disease. Ignore injustice.
(épisode 9)

PANABAKER: Je ne peux pas oublier ce que j'ai vu.
COOPER: Bien sûr que si. On le fait tous les jours. On ferme les yeux sur l'intolérance. La déchéance. Les maladies. On ignore l'injustice.
( épisode 9)

TOWNSEND (to Red) : [...] It turns out you are due for a reckoning and Elizabeth Keen and I are coming to deliver one.
(épisode 9)

TOWNSEND ( à Red): [...] Selon moi, il est grand temps que vous rendiez des comptes et  Elizabeth Keen et moi allons nous en assurer.
( épisode 9)

RED (to Bobby) : You know what they call a money launderer who can't be trusted? A bad investment.
(épisode 10)

RED ( à Bobby): Vous savez ce qu'est un blanchisseur d'argent indigne de confiance? Un mauvais investissement.
( épisode 10)

COOPER : An arrest warrant has been issued for Elizabeth.
 RED :
That’s a mistake.
COOPER :
No. It’s a tragedy.
(épisode 10)

COOPER: On a émis un mandat d'arrêt contre Elizabeth.
RED: C'est une erreur.
COOPER: Non. C'est une tragédie.
( épisode 10)

RED : I’ve lost any perspective of what Agent Keen is capable of. I only know that we need to get Dembe back, because if he is in the hands of Perillos, it won’t matter what Agent Keen wants – only how long he can survive.
(épisode 10)

RED: Je ne sais plus de quoi l'agent Keen est capable ou non. Mais nous devons récupérer Dembe, parce que s'il est entre les mains de Perillos, peu importe ce que Keen veut, je me demande combien de temps il survivra.
( épisode 10) 

PERILLOS (to Dembe) : Mm. Look at you. So you're the one they call Dembe.
(épisode 10)

PERILLOS ( à Dembe): Mm. Vous voilà...C'est vous qu'on appelle Dembe.
( épisode 10) 

PERILLOS (to Dembe) : Quite a collection, isn't it? Each one teaches me something about pain and how to inflict it.
(épisode 10)

PERILLOS ( à Dembe): C'est une belle collection, n'est-ce pas? Chaque instrument m'apprend quelque chose sur la douleur.
( épisode 10) 

DEMBE : I swear I won't tell you anything.
PERILLOS : Oh, I think you will.
(épisode 10) 

DEMBE: Je jure de ne rien vous dire.
PERILLOS: Oh, je crois que vous parlerez.
( épisode 10)

TOWNSEND : W-What kind of offer?
 RED :
For Dembe. Me for him.
TOWNSEND :
A trade.
RED :
Yes. And then an uprising.
TOWNSEND : 
Tour people. Rallying around your sacrifice. I-I had no idea you were such a romantic.
RED :
Oh, my goodness, yes. I have many “thoughts that do often lie too deep for tears.
At the moment, the main one being to put a bullet in your forehead. Do we have a deal?
(épisode 10)

TOWNSEND: Q-Quel genre d'offre?
RED: Dembe. Moi contre lui.
TOWNSEND: Un échange.
RED: Oui. Puis un soulèvement.
TOWNSEND: Vos hommes. Se rassembleront pour venger votre sacrifice. Je-je ne vous pensais pas si romantique.
RED: Oh, mon dieu, si. J'ai souvent" des pensées bien trop profondes pour les sanglots". A cet instant, celle qui me préoccupe le plus est de vous loger une balle dans la tête. Avons-nous un accord?
( épisode 10) 

PERILLOS : Why is it that white people don’t see our pain? I know Townsend doesn’t see mine. What about Reddington? Does he see yours? I know who you are to him. What you do for him [ ...]
 The secrets you keep, like you’re doing now, not telling me about the Archive. Does he know what pain that causes you? I don’t mean this pain. Anyone can see that. I mean inside. The pain in your heart. Can he see that?
(épisode 10)

PERILLOS: Pourquoi les blancs ne voient pas notre souffrance? Townsend ne voit pas la mienne. Et Reddington? Voit-il la vôtre? Je sais qui vous êtes , pour lui [...] Les secrets que vous gardez pour lui, en ne me parlant pas des archives. A t-il conscience de la souffrance que cela vous cause? Je ne parle pas de cette souffrance-là. Mais de celle enfouie en vous. La souffrance dans votre coeur. La voit-il?
(épisode 10)

 

PERILLOS : He’s not doing this to save you. He’s doing it to save himself.
DEMBE :
He- He- He does feel my pain.
(épisode 10)

PERILLOS: Il ne fait pas ça pour vous sauver. Il le fait pour se sauver lui-même.
DEMBE: Il-il- il ressent ma souffrance.
(épisode 10)

DEMBE (to Red) : Don’t do it, Raymond. I’m coming. Don’t give yourself up.
(épisode 10)

DEMBE ( à Red): Ne faites pas ça, Raymond. J'arrive. Ne vous livrez pas à lui.
(épisode 10) 

RED (about Perillos ) : Certainly. Legendarily draconian methods. Undeniably effective results. This is almost a bucket-list moment for me.
(épisode 10)

RED ( à propos de Périllos): En effet. Célèbre pour ses méthodes draconiennes. Aux résultats indéniables. Je suis presque content de vivre ça.
(épisode 10)

PERILLOS : Are you familiar with lymphocytic choriomeningitis?
 RED :
If I say yes, can we skip the demonstration? [...] Careful. I’m terribly ticklish.
(épisode 10)

PERILLOS: Connaissez-vous la chorioméningite lymphocytaire?
RED: Si oui, pourrez-vous m'éviter la démonstration? [...] Attention, je suis chatouilleux.
(épisode 10)

RED (to Perillos) : I’d prefer to have my pain ignored than to have no pain at all. Without pain, there can be no real pleasure. Without the lows, you have no way to measure the highs. If any part of your sadism-in-the-name-of-science is designed to improve the human condition, making us unfeeling is absolutely the wrong way of going about it.
(épisode 10)

RED ( à Perillos): Je préfère qu'on l'ignore plutôt que de ne pas la ressentir. Sans douleur, pas de véritable plaisir. Sans passages à vide, comment reconnaître les bons moments. Si un aspect de votre sadisme au nom de la science a pour vocation d'améliorer la condition humaine, alors nous rendre insensibles est la pire idée qui soit.
(épisode 10)

COOPER (to Dembe) : You take the forensics from the van. I’ll review the findings from the lab. Don’t take this the wrong way, but you’d make a good cop.
(épisode 10)

COOPER ( à Dembe): Prenez les rapports de la camionnette. Je m'occupe du labo. Ne le prenez pas mal, mais vous feriez un bon policier.
(épisode 10)

RED (to Liz) : I wasn’t talking to you. We know who my assassin really is – don’t we, Elizabeth? It saddens me to bear witness to this moment in your life. This– crossing of a Rubicon from which you can never get back. I know, in this moment, it may appear self-serving to suggest that you instruct the good doctor to administer the antidote, but I strongly suggest that you do just that – because – I have – seen the other side of that river – and it’s a place I never – never wanted you to go.
(épisode 10)

RED ( à Liz): Je ne m'adressais pas à vous. On sait  qui est vraiment mon assassin. N'est-ce pas, Elizabeth? Je suis triste d'être témoin de ce moment de ta vie. Cette...traversée du Rubicon dont tu ne reviendras jamais. Je sais, qu'en cet instant, il pourrait sembler...égoïste de te suggérer de demander au médecin de m'injecter l'antidote, mais je te conseille tout de même de le faire, car...j'ai vu..ce qu'il y a sur l'autre rive de ce fleuve. Et c'est un endroit où jamais...je n'ai voulu te voir aller.
(épisode 10)

DEMBE : Ruddiger, look at me! I’m gonna make what that woman did to your hand feel like a manicure unless you tell me where they are holding Raymond. – Ruddiger!
(épisode 10)

DEMBE: Ruddiger, regardez-moi ! Ce que cette femme a fait à votre main, ce sera comme une manucure si vous ne me dites pas où est Raymond. Ruddiger !
( épisode 10)

TOWNSEND (to Dembe) : Aren’t you the loving couple. First he comes to save you, and now you– You come to save him. Or try to. I’m afraid you’re too late.
(épisode 10)

TOWNSEND ( à Dembe): Quel charmant petit couple. D'abord, il vole à votre secours, et maintenant, vous...vous volez au sien. Ou du moins, vous essayez. Vous arrivez trop tard.
( épisode 10) 

PERILLOS : I paralyzed his diaphragm. You came here to save him. He came here to save himself.
DEMBE : You look at the cause. I only see the effect. I’m standing here while he can barely breathe. Would Townsend do that for you? Would anyone?
(épisode 10)

PERILLOS: J'ai paralysé son diaphragme. Vous êtes venu pour le sauver. Il est venu pour se sauver lui-même.
DEMBE: Vous examinez la cause. Je ne vois que les effets. Je suis là alors qu'il peut à peine respirer. Est-ce que Townsend ferait ça pour vous? Quelqu'un le ferait-il?
( épisode 10)

RED : I think we both know that’s not true.
DEMBE :
We came for each other.
RED :
Do you think that I see your pain? ...Do you?
DEMBE:
No... I don’t. Not always.
(épisode 10)

RED: Nous savons tous les deux que c'est faux.
DEMBE: Nous avons été là l'un pour l'autre.
RED: Tu crois que je le verrais si tu souffrais?...Alors?
DEMBE: Non...non. Pas toujours.
( épisode 10)

 

COOPER (to Dembe) : You were right. But so was I. He lives at the edge, and one day, he will go over it. You need to be prepared for when that happens.
(épisode 10)

COOPER ( à Dembe): Vous aviez raison. Mais moi aussi. Il vit sur la brèche, et un jour, il chutera. Vous devrez être prêt quand ce jour arrivera.
( épisode 10)

TOWNSEND (to Ruddiger) : I want you to know – you’re only alive because of Keen. You understand that, Ruddiger? She begged me to spare your life. A life which I now own. Welcome to the family! Don’t fail me again!
(épisode 10)

TOWNSEND ( à Ruddiger): Sachez une chose- vous êtes e nvie grâce à Keen. C'est compris, Ruddiger? Elle m'a supplié de vous épargner. Maintenant, vous m'obéirez. Bienvenue dans la famille! Ne me décevez plus!
( épisode 10)

ARAM : Mr. Reddington’s a traitor, Agent Keen’s thrown in with a man who abducts human rights activists, and we’re hunting for a pirate that buries people alive. Sometimes I think I never should’ve left the circus.
(épisode 11)

 ARAM: Mr. Reddington est un traitre, Keen s'associe à un homme qui enlève des défenseurs des droits de l'homme, et on cherche un pirate qui enterre des gens vivants. Je n'aurais jamais dû quitter le cirque.
( épisode 11)

RED (to Rakitin) : Opera? Aliens? Freeganism? I’m interested in any number of topics, most anything. Except accounting. This isn’t about accounting, is it?
(épisode 11)

RED ( à Rakitin): Ça concerne l'opéra? Les aliens? Le freeganisme? Je m'intéresse à plein de choses, à tout presque. Sauf à la compta. Ça ne concerne pas la compta?
( épisode 11)

ARAM : Which is why I spent all night buying mephedrone, cocaine, and MDMA on the dark web.
COOPER :
You bought illegal drugs online.
ARAM :
I did. Which was terrifying. However, on the upside, one of the dealers asked to meet near a taco truck in LeDroit Park that is totally worth the drive.
COOPER :
Sounds delicious.
(épisode 11)

 ARAM: Voilà pourquoi j'ai passé la nuit à acheter toutes sortes de drogues sur le darkweb.
COOPER: Vous avez acheté de la drogue.
ARAM: Oui, et c'était terrifiant. Quoi qu'il en soit, un des dealers m'a donné un rendez-vous près d'un taco-truck dans Le Droit Parc qui valait carrément le déplacement.
COOPER: Ça avait l'air bon.
( épisode 11)

RAKITIN (to Red) : This guy Cooper, he, uh– He’s not standing down like you said he would. You need to do something about him.
(épisode 11)

RAKITIN ( à Red): Votre Cooper, il, uh, il ne s'est pas calmé comme vous l'aviez promis. On doit faire quelque chose.
( épisode 11)

RAKITIN : Are you even listening to me?
 RED :
Keenly, in the vain hope of hearing about this Chinese intercept.
(épisode 11)

RAKITIN: Vous m'écoutez?
RED: Avec attention, j'attends vainement d'entendre parler de la Chine.
( épisode 11)

RED (to Rakitin) : How about I break your jaw, wire it shut, and force-feed blended cheeseburgers into your belly until you burst?  ...How about? ... No? Then shut the hell up and listen. I told you I would handle Harold Cooper, and I will do just that. What you need to do is keep your mouth shut, your head down, and assure Moscow that the situation is under control. Now, please, go away before this becomes decidedly more uncivil.
(épisode 11)

RED ( à Rakitin): Et si je vous cassais la mâchoire, vous cousais la bouche, et vous gavais de cheeseburgers moulinés jusqu'à ce que vous explosiez?...Alors?...Non? Maintenant, fermez-la et écoutez-moi. J'ai dit que je m'occuperais de Cooper, et je le ferai. Vous, vous n'avez qu'à vous taire, à vous faire discret, et à assurer Moscou que la situation est sous contrôle. Maintenant allez-vous en, avant que cette conversation ne prenne un tour moins civil.
( épisode 11)

CAPTAIN KIDD : Then, her blood in on your hands.
COOPER :  Maybe, but I can live with that, knowing that you’ll be spending the next 30 years taking showers with murderers and rapists.
(épisode 11)

 CAPTAIN KIDD: Alors vous aurez son sang sur les mains.
COOPER: Peut-être, mais je l'accepterai, si je sais que vous passerez 30 ans à vous doucher avec des assassins et des violeurs.
( épisode 11)

RED : I’m asking you as a friend, not an adversary.
COOPER : A friend? I don’t have friends who betray this country.
RED :  I understand your quandary. You care a great deal about Elizabeth. You want to believe in her, to understand and find reason in her quest to destroy me. But for what I hope is the final time, let me be clear. I am not a traitor to this country, and I do not divulge sensitive intelligence to this country’s enemies.
COOPER : I know that’s not true.
 RED : No, Harold. You think you know. You have pieces of a puzzle that you think you can solve. But as I am the puzzle, I know that you can’t. And as your friend and your colleague, I implore you, for your own sake, to please let this go.
COOPER : Is that some sort of threat?
RED : Sincere advice. I have unsavory associates. When cornered, they tend to do unsavory things.
COOPER : Let me get this straight. You’re not a Russian spy, and the person Park tailed isn’t supplying you intel. I’m on this wild goose chase – and yet my life is in danger?
RED : You need to trust me on this.
(épisode 11) 

RED: Je vous le demande en tant qu'ami, non en adversaire.
COOPER: En tant qu'ami? Mes amis ne trahissent pas notre nation.
RED: Je comprends votre dilemme. Vous tenez beaucoup à Elizabeth. Vous voulez lui faire confiance, la comprendre et trouver des raisons à sa mission pour m'anéantir. Mais pour la dernière fois, je l'espère, je vais être très clair. Je ne suis pas un traitre à la nation et je ne révèle pas de renseignements sensibles aux ennemis du pays.
COOPER: Je sais que c'est faux.
RED: Non, Harold. Vous croyez le savoir. Vous avez quelques pièces d'un puzzle que vous pensez pouvoir assembler. Mais comme ce puzzle, c'est moi, je sais que vous n'y arriverez pas. Et en tant qu'ami et collègue, je vous en conjure, pour votre propre bien,laissez tomber tout ça.
COOPER: C'est une menace?
RED: Un conseil sincère. J'ai des associés peu recommandables. Acculés, ils peuvent agir de façon peu recommandable.
COOPER: Si je vous comprends bien. Vous n'êtes pas un espion russe et l'homme qu'on a suivi ne vous livre pas d'informations? Je cherche une chose qui n'existe pas et pourtant, ma vie est en danger?
RED: Faites-moi confiance.
( épisode 11)

RED  :  I’m not fighting with Harold.
DEMBE : His fight with you, then. Which you could stop, but choose not to.
 RED : Go on, then, give me my medicine.
DEMBE : You gave him the case so you could get to Captain Kidd and learn about Townsend. He got to Kidd, but kept him away from you so he could get to Townsend first. In the end, Townsend got to Kidd and neither of you learned anything.
RED : And I thought taking the pills was unpleasant.
(épisode 11)

RED: Je ne me dispute pas avec Harold.
DEMBE: Sa dispute avec vous, alors. Vous pourriez y mettre fin, mais vous refusez.
RED: Allez, alors, donne-moi mon médicament.
DEMBE: Vous lui avez donné l'affaire pour trouver le capitaine Kidd et en savoir plus sur Townsend. Il a mis la main sur Kidd, mais il vous a empêché de le voir pour trouver Townsend le premier. Finalement, Townsend a retrouvé Kidd et personne n'a rien appris.
RED: Dire que je trouvais mes comprimés désagréables.
( épisode 11)

 

RED : He won’t kill him. Not without my consent.
DEMBE :
Mmm. You’re spinning too many plates.
RED :
Yes. If we’re lucky, the curtain’ll close before anyone sees them come crashing down.
(épisode 12)

RED: Il ne le tuera pas sans mon accord.
DEMBE: Mmm. Vous jouez avec le feu.
RED: Yes. Avec un peu de chance, le rideau tombera avant que tout ne parte en fumée.
( épisode 12)

RED :  I told Harold he was in danger. Stubborn son of a bitch couldn’t let go.
(épisode 12)

RED: Harold savait qu'il était en danger. Mais il n'en a fait qu'à sa tête.
( épisode 12) 

RED (On phone) : ) If you’re gonna kill him, at least squeeze him first.
RAKITIN :
Oh, honey, I knew you’d come around.
(épisode 12)

 RED ( au téléphone): Si vous le tuez, faites-le d'abord parler.
RAKITIN: Oh, mon chéri, vous avez changé d'avis.
( épisode 12)

RAKITIN : I gave you every reason to believe Rakitin was dead, and yet, you persisted. Why? 
COOPER : Because we're the FBI.
(épisode 12)

RAKITIN: J'ai tout fait pour que vous croyiez à la mort de Rakitin, et pourtant, vous vous êtes acharnés. Pourquoi?
COOPER: Parce que nous sommes le FBI.
( épisode 12)

RESSLER (to Skip) : We might be near the end of Reddington. Then we can bring in (Liz) on her own terms.
(épisode 12)

 RESSLER ( à Skip): Nous pourrions être près de la fin de Reddington. Elle pourra revenir selon ses conditions.
( épisode12)

PANABAKER : Let me get this straight. The man who we gave blanket immunity to may be a Russian super spy.
COOPER : Quite possibly.
(épisode 12)

PANABAKER: Que je récapitule. [...] L'homme à qui nous avons donné l'immunité totale, est en réalité un agent dormant russe.
COOPER: Il semblerait bien.
( épisode 12)

PARK : You’re calling me?
 RED :
Agent Park. You seem surprised. I thought we were colleagues.
PARK : 
What do you want?
RED :
Payback. That favor you owe me? It’s time to collect.
PARK : I can’t help you.
RED : Oh, yes, you can. And you will.
(épisode 12)

 PARK: Vous m'appelez?
RED: Agent Park. Vous semblez étonnée. Je nous croyais collègues.

PARK: Que voulez-vous?
RED: Etre remboursé. Je vous ai rendu service? A votre tour.
PARK: Je ne peux pas vous aider.
RED: Oh, si, vous pouvez. Et vous allez m'aider.
( épisode 12)

RED (to Park) : For this very moment. It occurred to me that you might need some additional motivation. So, do as you’re told, and Mr. Dieterle remains a ghost. Refuse, and – hallelujah! He’s born again. Are you surprised?
(épisode 12)

 RED ( à Park): Pour ce moment. Je me suis dit que vous aviez besoin d'être motivée. Donc, faites ce qu'on vous a dit, et Mr. Dieterle restera un fantôme. Refusez, et alléluia! Il ressuscitera. Alors, surprise?
( épisode 12)

RED : Oh my stars and garters! I do love surprises.
(épisode 12)

RED: Je suis heureux comme un pape. Il n'y a rien de mieux que les surprises.
( épisode 12)

RED :  I never wanted this. For any of them. Cooper, Park, Rakitin... Oh, boy !
DEMBE : You saved Harold's life. It was the right choice.
(épisode 12)

 RED: Ce n'est pas ce que je voulais. Pour aucun d'entre eux. Cooper, Park, Rakitin...Oh, misère!
DEMBE: Vous avez sauvé Harold. Vous avez fait le bon choix.
( épisode 12)

 RED : Are you certain he was murdered? I once knew a team of Chechens. All seven had a ricin bean embedded in a hollowed-out rear molar.
COOPER: 
It’s just a game to you, isn’t it?
RED :
A game? I warned you, Harold. I explicitly told you that pursuing this could prove to be deadly.
COOPER :
And I told you I’m not afraid of your threats.
 RED :
But you should be afraid. I saved you today. But what about tomorrow? Do you really think the people who Rakitin worked for will just allow you to expose them?
PANABAKER :
So he was killed.
 RED :
I’m not your enemy. And whether you believe it or not, you are both safer today because you didn’t hear what Rakitin had to say.
PANABAKER :
We’re launching an investigation. If it proves you were involved, you have my word, we will invalidate your immunity deal, and you will go to prison.
(épisode 12)

RED: Il a vraiment été tué? J'ai connu autrefois un groupe de Tchétchènes. Tous les sept avaient une graine de ricine incrustée dans une molaire.
COOPER: C'est un jeu, pour vous?
RED: Un jeu? Je vous avais prévenu Harold. Je vous ai dit que cette affaire ne pouvait que mal tourner.
COOPER: Je n'ai pas peur de vos menaces.
RED: Vous devriez avoir peur. Je vous ai sauvé, aujourd'hui. Mais qu'en sera-t-il demain? Vous croyez que ceux pour qui Rakitin travaillait vous laisseraient les démasquer?
PANABAKER: Il a bien été tué.
RED: Je ne suis pas votre ennemi. Et croyez-le ou non, vous êtes en sécurité car Rakitin n'a pas eu le temps de parler.
PANABAKER: Nous allons mener une enquête. Si nous prouvons votre implication, soyez sûr que votre accord d'immunité sera caduc, et que vous irez en prison.
( épisode 12)

 RED :  Let me be perfectly clear, old friend. I don’t give a damn who you work for. The next time you threaten me with the full weight of the SVR, I’ll take that thunderbolt you mentioned and crack it so far up your ass, it’ll be the last thing you see or hear. Clear enough? Nod if you understand.
(épisode 12)

RED: Ecoutez-moi, mon vieil ami. Je me fiche de vos commanditaires. La prochaine fois que vous me menacez avec le poids des services russes, je vous enfoncerai votre fameuse foudre tellement loin dans le cul, que ce sera la dernière chose que vous verrez et entendrez. C'est clair? Hochez la tête si c'est clair.
( épisode 12)

 RED : Well, there you have it. We all have different interests and priorities, don’t we? For instance, in the morning, Mr. Zuma likes to start with the business section then move on to the sports. I like to start with the funnies and fall asleep in my chair. Takes me all day to read the paper.
DEMBE :
I like the funnies.
RED :
No, I– He likes the funnies, as well, but he also has an amazing head for business. Numbers and trends and, you know, all the rest of it. Whereas I wouldn’t know a bitcoin from a subway token.
(épisode 13)

RED: Voilà, vous comprenez tout. On a tous des priorités différentes, vous voyez? Par exemple, le matin, Mr. Zuma aime lire la section affaires puis va à la section sport. Moi je lis les faits cocasses et je tombe endormi. Il me faut la journée pour lire le journal.
DEMBE: J'aime les faits cocasses.
RED: Non, je...Il aime les faits cocasses aussi mais il est très fort pour les affaires. Les nombres, échanges tout cela. Moi je ne différencie pas un bitcoin d'un token de métro.
( épisode 13)

DEMBE :  ...and that I’m not going to be there with you. Raymond, I'm serious.
RED : I know, and that's why I love you. I'll be fine.
(épisode 13)

DEMBE: ...et que je n'irai pas avec toi. Raymond, je suis sérieux.
RED: Je sais, merci de t'inquiéter. Ça va aller.
( épisode 13)

LOIS : So, why hasn't he called yet?
RED : Only because I like to make a dramatic entrance.
(épisode 13)

LOIS: Alors, pourquoi il n'appelle pas?
RED: Parce que j'aime faire des entrées dramatiques.
( épisode 13)

RED : Anyone for Go Fish?
LOIS : That's not a bid.
RED : You’re right. It’s a cry for help.
BRAN : You can’t make a bid?
RED : How about Crazy Eights? No? Okay. I bid – one heart? One heart.
(épisode 13)

 RED: Personne se lance?
LOIS: Ce n'est pas une mise.
RED: C'est vrai. Je désespère.
BRAN: Vous n'avez rien?
RED: Les jokers sont permis? Non? Ok. Je mise...as de coeur? As de coeur.
( épisode 13)

RED : And now it’s my turn again?
LOIS :
No. Now you’re the dummy.
RED :
That’s a bit harsh.
(épisode 13)

RED: C'est à moi, encore?
LOIS: Non. Vous êtes le dummy.
RED: C'est un peu agressif.
( épisode 13)

ANNE : I’m a straight-as-an-arrow 52-year-old. I was married to one man, my high-school sweetheart, for 25 years. I’m in a book club. I go to church on Sundays. And somehow, I’m in a relationship with someone who when he says the words “output connector”, all I can think about is sex.
 RED :
That’s what I’m always thinking about when I say “output connector.”
(épisode 13)

ANNE: J'ai maintenant 52 ans. J'ai été marié à un homme, mon premier amour, pour 25 ans. J'aime bouquiner, aller à l'église les dimanches. Et j'abouti dans une relation où mon homme me dit simplement les mots" connecteur de sortie"...et je pense immédiatement au sexe.
RED: C'est aussi à quoi je pense quand je dis ça.
( épisode 13)

ANNE (to Red) : I want to do more than help you set aside your burdens. I want to help you carry them. I can’t do that unless you tell me what they are.
(épisode 13)

ANNE ( à Red): Je veux en faire plus que t'aider à t'en échapper. Je veux t'aider à la changer. Mais tu dois d'abord m'en parler.
( épisode 13) 

RED : Thank you, Lois! But I prefer cereal, the breakfast of narcissists. So we can gaze admiringly at our reflection in the spoon.
(épisode 13)

RED: Merci, Lois! Mais je préfère des céréales, le déjeuner des narcissiques. On peut voir nos pensées miroiter au dos de la cuillère.
( épisode 13)

ANNE : I know everything I need to know – Unless, of course, those “business problems” are a euphemism for a wife or a husband somewhere.
RED :
No wife. No husband. But there is a cat.
(épisode 13)

ANNE: Je sais tout ce qu'il y a à savoir...A moins que ces problèmes soient en fait une femme ou un mari.
RED: Pas de femme. Pas de mari. Mais il y a un chat.
( épisode 13)

RED : How many are coming?
TOWNSEND'S MAN : Everyone.
(épisode 13)

RED: Combien d'autres arrivent?
TOWNSEND'S MAN: Ils arrivent tous.
( épisode 13)

 RED : Officers, may I have your attention, please? I’m sorry to interrupt [...] May I please have your attention? My name is Raymond Reddington [...]
 I’m a wanted fugitive. I have two firearms on my person. Someone will need to disarm me.
(épisode 13)

RED: Officiers, votre attention s.v.p? Désolé d'interrompre [...]Votre attention s.v.p? Mon nom est Raymond Reddington [...] Je suis un fugitif. J'ai 2 armes sur moi. Quelqu'un doit me désarmer.
( épisode 13)

RED : Lois, I am begging you. You’ve got to get your boss to enact lockdown protocols. Get on the radio, whatever cavalry you have, call them in, now!
(épisode 13)

RED: Lois, je t'en supplie. Dis à ton patron d'engager les protocoles de sécurité. Appelle tous les renforts possibles. Fais-le maintenant!
( épisode 13) 


 RED : I never wanted to draw you into my life, Anne. I only wanted to escape into yours.
ANNE : How selfish – You getting involved with me while knowing all of this was hanging over us.
RED : I let my feelings for you cloud my judgment. I am so sorry (She slaps him )
ANNE : When this is over– so are we.
(épisode13)

RED: Je n'ai pas voulu t'embarquer dans ma vie, Anne. Mais simplement m'évader dans la tienne.
ANNE: Très égoïste...Tu m'as lancée dans cette relation sachant que tout ceci planait sur nous.
RED: J'ai laissé mes sentiments obscurcir mon jugement. Je suis désolé ( elle le gifle)
ANNE: Quand tout sera fini...nous aussi.
( épisode 13)

 

LOIS : Annie, he’s Raymond Reddington. If we’re gonna survive this, he’s the only chance we’ve got. ( To Red ) I’m removing these cuffs, but so help me God, if we get out of here alive, I am arresting you. If you try to escape, I’ll shoot you. Do you understand?
 RED : Given the circumstances, that’s not much of a threat. But, yes, I understand. 
(épisode 13)

LOIS: Annie, c'est Raymond Reddington. Il est notre seul chance de s'en sortir. ( à Red) Je les enlève, mais si jamais on survit, je vais vous arrêter. Si vous essayez de vous échapper, je vais tirer. Compris?
RED: Vues les circonstances, ce n'est pas très menaçant. Mais oui, je comprends.
( épisode 13)

TOWNSEND : Well. Look what we have here. Three ducks in a barrel.
(épisode 13)

TOWNSEND: Bien. Regardez-moi ça...3 canards dans un baril.
( épisode 13) 

TOWNSEND : You’re coming with me, Raymond. We’re ending this today. Here.
RED :
Yes, I’d like to agree with you, but then we’d both be wrong. So, in turn, how about this – Take your men and your guns – and your bloodshed – and go. Then come find me when you’re ready, and I’ll show you the proper way to exact revenge.
(épisode 13)

TOWNSEND: Tu vas venir avec moi, Raymond. On va en finir, aujourd'hui. Ici.
RED: Oui, j'aimerais dire comme toi mais on aurait tort. Alors,tu ferais bien mieux...De prendre tes hommes et tes armes...et ton effusion de sang et de partir. Et reviens quand tu seras prêt, et je vais te montrer comment on fait une revanche.
( épisode 13)

ANNE (to agent Ramirez) : You mean, was my life so boring that I was willing to spice it up by dating an international fugitive? No. It was not. But it turns out it was boring enough for me to get suckered by an international fugitive into thinking he cared about me. Now that I know the truth, believe me, if I can help you find him, well, that would be my pleasure.
(épisode 13)

ANNE ( à l'Agent Ramirez): Vous insinuez que ma vie était si ennuyante que sortir avec un fugitif valait le coup? Non. Pas du tout. Mais je m'en veux de n'avoir pas pu découvrir qu'un fugitif me racontait des bobards. Maintenant que je connais la vérité, croyez-moi, si je peux vous aider, ce sera avec plaisir.
( épisode 13) 

ANNE (to Loïs) : You were right. About him. The wolf in sheep’s clothing. But you were wrong, too.
(épisode 13)

 ANNE ( à Lois): Tu avais raison. Sur lui. Le loup déguisé en mouton. Mais t'avais tort, aussi.
( épisode 13)

RED :  Ahh – Thank you.
ANNE : For what?
RED : For – all of it. Every– Every bit of it. Except the bridge. Of all the things that happened on this trip, the bridge scared me the most.
ANNE : Take care, Dummy.
RED : You take care, Anne.
(épisode 13)

RED: Ahh...Merci.
ANNE: Pourquoi?
RED: Pour...tout ça. Pour chaque parcelle de ton temps. Excepter le bridge. De toute cette aventure, le bridge m'a apeuré le plus.
ANNE: Prend soin de toi, Dummy.
RED: Pareillement, Anne.
( épisode 13)

RED : Yes. Y-Yes. Sam’s Diner. Route 28. I should be able to ditch the car and be there in an hour. And, Dembe – you definitely should have come with me. Yeah. O-Okay.
(épisode 13)

RED: Oui. Oui. Chez Sam. Route 28. Je me débarrasse de la voiture et je serai là dans une heure. Et Dembe...Finalement, t'aurais dû rester avec moi. Oui. O..Ok.
( épisode 13)

Mr KAPLAN : I know that. It’s why you’ve been thinking of asking for help, about turning to him. You’re a smart woman, Elizabeth. Which is why this next part will be so painful. But if you’ve learned anything from my mistakes, it’s that you can’t show weakness. You have to fight like Reddington, be every bit as fierce and cross whatever line it takes.
(épisode 14)

Mr KAPLAN: Je le sais. C'est pour cela que tu veux demander de l'aide, que tu veux faire appel à lui. Tu es intelligente, Elizabeth. Ce qui va suivre sera d'autant plus douloureux. Mais si tu dois retenir quelque chose de mes erreurs, c'est que tu ne peux pas faire preuve de faiblesses. Tu dois te battre sur le terrain de Reddington. Sois tout aussi cruelle et va aussi loin que nécessaire.
( épisode 14)

   
KAPLAN (to Liz) : I’m saying you know what you have to do. Listen to your heart. The enemy of your enemy– is your friend.
(épisode 14)

KAPLAN ( à Liz): Tu sais ce que tu dois faire. Ecoute ton coeur. L'ennemi de ton ennemi est ton ami.
( épisode 14) 

   
SKIP : How do we recruit her ?
LIZ : With the help of criminals. And I know a lot of criminals. Before we do anything, we need a network in place.
(épisode 14)

SKIP: Comment?
LIZ: Avec l'aide de criminels. Et je connais un paquet de criminels. Avant de nous lancer, il nous faut un réseau solide.
( épisode 14)

   

KAPLAN (to Liz) : I failed because I wasn’t willing to play by Raymond’s rules. You can’t make that same mistake. Dearie, you have to redefine who you are, what you are willing to become. If you have any hope of unseating Reddington, you’re going to have to become just as ruthless. So, either walk away now, or shove your feelings down and get it done with. Besides, she’s no angel. The woman brokers chemical weapons.
(épisode 14)

KAPLAN ( à Liz): J'ai échoué car je n'ai pas joué selon les règles de Raymond. Ne fais pas la même erreur que moi. Chou, tu dois faire le point sur qui tu es et sur ce que tu es prête à faire. Si tu veux faire tomber Reddington, tu dois te montrer aussi impitoyable que lui. Abandonne maintenant, ou fais taire ta conscience et agis. Et puis, ce n'est pas une sainte. Elle vend des armes chimiques.
( épisode 14)

LIZ : Ruddiger, please.
RUDDIGER :
Piss off!
LIZ : 
Don’t go out that door!
RUDDIGER :
It’s not just me. Red’s people are not for sale.
(épisode 14)

LIZ: Ruddiger, s'il vous plait.
RUDDIGER: Lâchez-moi!
LIZ: Ne partez pas!
RUDDIGER: Je ne suis pas le seul. Personne ne trahira Reddington.
( épisode 14)

LIZ :I’m crossing lines I’m no longer comfortable with.
Mr KAPLAN :
Yes, but you have to match his single-minded devotion. You’ll fail if you don’t.
(épisode 14)

LIZ: Je vais trop loin. Ça me met mal à l'aise.
MR KAPLAN: Oui, il faut que tu sois aussi déterminée que lui. Autrement, tu perdras.
( épisode 14) 

KAPLAN (to Red) : Yes, Raymond. She’s already there. And she’s strong. And she’s ready for what comes next.
(épisode 14)

Mr KAPLAN ( à Red): Oui, Raymond. Elle y est déjà. Et elle est coriace. Et elle est prête pour la suite.
( épisode 14)

TOWNSEND : There can be no space between what you want to happen and what you're willing to do to make it happen.
LIZ :
So you keep telling me.
( épisode 14)

TOWNSEND: Il ne peut y avoir aucune différence  entre ce que vous voulez et la façon d'y parvenir.
LIZ:
Vous n'êtes pas le seul à le penser.
( épisode 14)

LIZ :  I just don’t think I have what it’ll take.
Mrs. FRENCH :  Of course you do. Every mother does. The love for her child. Isn’t that what saved you?
(épisode 14)

LIZ: Je ne pense pas en être capable.
Mrs. FRENCH: Bien sûr que si. Vous êtes une mère. L'amour que vous portez à votre fille vous a sauvée.
( épisode 14) 

LIZ : I’m responsible for Mary Bremmer’s murder, Dembe’s torture, and I got nothing to show for it, except for another reminder that no matter how tight the noose, Reddington will always cheat the hangman.
(épisode 14)

LIZ: Mary Bremmer est morte par ma faute, Dembe a été torturé et ça n'a rien donné, à part me rappeler que même acculé, Reddington parvient toujours à s'en sortir.
( épisode 14)

LIZ (to Isabella) : I’m here to help us both, but most importantly, I’m here to help our daughters. She’s beautiful. She’s innocent. And one day, when she’s ready, you’re gonna tell her that when she was an infant, she was abducted, used as collateral so someone could get to your father. And you’re gonna tell her as if it could never happen again. But you and I both know as long as Reddington is in our lives, that isn’t true.
(épisode 14)

LIZ ( à Isabella): Je veux tous nous aider. Surtout nos filles respectives. Elle est magnifique. Et si innocente. Un jour, quand elle sera prête, vous lui direz qu'elle a été enlevée. Par ceux qui en voulaient à votre père. Vous lui en parlerez comme si c'était derrière elle. Mais vous savez comme moi que tant que Reddington sera là, elle sera en danger.
( épisode 14) 

ANNE : Oh. Nice smile, nice ass, and on time. May I present to you – the sexiest man alive –
(épisode 14)

 ANNE: Oh. Beau sourire, belles fesses, et il est à l'heure. Je vous présente l'homme le plus sexy au monde.
( épisode 14)

LIZ : You and Kate underestimate me.
RED : O
h, so she’s here, too.
Liz:
Do you see her?
RED :
I do, without even having to look.
(épisode 14)

LIZ: Toi et Kate, vous m'avez sous-estimée.
RED: Oh, elle est là aussi.
LIZ: Tu peux la voir?
RED: Je la vois sans avoir à regarder.
( épisode 14)

Mr KAPLAN (to Liz) :  This is your moment. Don’t hesitate. Raymond wouldn’t.
RED :
Anne, look at me. Stay with me. Look at me. Just focus on me. Look at me. That’s it. Stay with me.
(Liz unlocks the gun’s safety )
Mr KAPLAN :
That’s it. Pull the trigger. End this now.
Red (to Anne) :
Stay with me.
Mr KAPLAN :
You can’t get your life back until you do.
(épisode 14)

Mr KAPLAN ( à Liz): C'est le moment. N'hésite pas. Raymond n'hésiterait pas.
RED: Anne, regarde-moi. Reste avec moi. Regarde-moi. Concentre-toi sur moi. Regarde-moi. Reste avec moi.
( Liz déverrouille la sécurité de son arme)
Mr KAPLAN: Appuie sur la détente. Mets fin à tout ça.
RED ( à Anne): Reste avec moi.
Mr KAPLAN: Il le faut si tu veux retrouver ton ancienne vie.
( épisode 14)

BLAKE bROWN : Please hurry, Ms. Keen. He doesn’t like to be kept waiting.
LIZ :
Is this how it works around here? He snaps his fingers and everyone just trembles?
BLAKE :
If they have any sense.
(épisode 15)

BLAKE BROWN: Dépêchez-vous, Ms. Keen. Il n'aime pas attendre.
LIZ: C'est toujours comme ça? Il claque des doigts et les gens obéissent?
BLAKE: S'ils tiennent à la vie.
( épisode 15)

 TOWNSEND : Ah. Thank God you’re here. The boys and I were chatting about failed expectations. I’ll catch you up. First I said– “Kansas was an awful bloodbath, and, sure, that was fun, but you let Reddington get away.” Then they said, “So sorry. We promise to do better next time. Please, Neville, what about my wife and kids?” To which I said, “Wife and kids? What about my wife? What about my kids?”
(épisode 15)

TOWNSEND: Ah. Enfin, vous voilà. Nous parlions d'attentes déçues, avec les garçons. Je résume. La situation au Kansas a fini en un affreux bain de sang. C'était amusant, bien sûr, mais Reddington s'est échappé. Alors, ils m'ont dit qu'ils étaient désolés et ils ont promis de faire mieux. S'il vous plait, Neville, "Pensez à ma femme et à mes enfants". J'ai répondu: " Ta femme et tes enfants?" Et ma femme, alors? Et mes enfants?.
( épisode 15)

LIZ : You’re insane!
TOWNSEND :
Why? Because I stabbed a man who was suffocating? I suppose that was rather crazy of me. Almost as crazy as partnering with an FBI agent.
(épisode 15)

LIZ: Vous êtes fou!
TOWNSEND: Pourquoi? Parce que j'ai poignardé un homme qui suffoquait? C'est sûrement un peu fou, oui. Presque autant que m'allier à un agent du FBI.
( épisode 15) 

TOWNSEND (to Liz) : Elizabeth, don't disappoint me again.
(épisode 15)

TOWNSEND ( à Liz): Elizabeth, ne me décevez plus.
( épisode 15) 

DEMBE (to Red) : Yes. She wanted you to call or come by the house. And then she said something about “new irons in the fire.” Hot ones, she said.
(épisode 15)

DEMBE ( à Red): Oui. Elle aimerait que vous passiez chez elle. Elle a dit qu'elle jonglait avec plusieurs projets. Chauds bouillants, selon elle.
( épisode 15)

RED : What happened to Bill and Steven?
DEMBE :
She knows, Raymond.
RED :
Oh, my.
(épisode 15)

RED: Que sont devenus Bill et Steven?
DEMBE: Elle sait tout, Raymond.
RED: Bon sang...
( épisode 15)

ARAM  : It's not exactly Little Orphan Annie's decoder ring.
(épisode 15)

ARAM: Ce n'est pas aussi simple que ça.
( épisode 15) 

TOWNSEND (to Liz) : I hate funerals. I’m absolutely squeamish about open caskets. I was terrified. And that’s when I felt someone squeeze my hand. And it was you. You were holding my hand. And I wasn’t afraid anymore. Oh, and guess who was in the casket [...] Reddington. And he looked hideous, all sunken and yellow [...] I know I was harsh before, but this dream is a good sign. I am rooting for you, Elizabeth.
LIZ :
I gotta go . (to Max)  He said he had a dream about me.
Max:
He is creepy.
(épisode 15)

TOWNSEND ( à Liz): Je déteste les enterrements. Je redoute les cercueils ouverts. J'étais terrifié. Et c'est là que quelqu'un a serré ma main. C'était vous. Vous me teniez la main et je n'avais plus peur. Oh, devinez qui était le mort [...] Reddington. Et il était hideux, tout gonflé[...] J'ai été dur avec vous. Mais ce rêve est de bon augure. Je suis de tout coeur avec vous, Elizabeth.
LIZ: Je dois vous laisser. ( à Max) Il aurait rêvé de moi.
MAX: Il est flippant.
( épisode 15) 

RESSLER : We've got a problem.
COOPER : What kind of problem?
RESSLER : A Liz Keen problem.
(épisode 15) 

RESSLER: On a un problème.
COOPER: Quel genre?
RESSLER: Du genre Liz Keen.
( épisode 15)

RED : Paula, is there anything you’d like to tell us?
PAULA :
I used canned pumpkin.
(épisode 15)

RED: Paula, avez-vous quelque chose à nous dire?
PAULA: J'ai utilisé de la citrouille en boîte.
( épisode 15)

RED : Glen was writing a book?
PAULA : About your time together, the hijinks and shenanigans. Oh, don’t worry. I don’t think he sent it to any publishers yet.
RED : I can’t believe this.
DEMBE : I can.
PAULA : Me too! It makes a whole lot more sense than Jelly being Huey Lewis’ muse!
(épisode 15)

RED: Glen écrivait un livre?
PAULA: Sur votre collaboration, sur vos frasques et vos magouilles. Ne vous inquiétez pas, il ne l'a sûrement envoyé à personne.
RED: Je n'en reviens pas.
DEMBE: Moi,si.
PAULA: Moi aussi! Et ça semble beaucoup plus logique que son histoire selon laquelle il aurait été la muse de Huey Lewis.
( épisode 15)

PAULA : I always told Jelly you get more bees with honey.
RED :
You are the bee’s knees, Paula.
(épisode 15)

PAULA: J'ai toujours dit à Glen qu'on attrapait plus de mouches avec du miel.
RED: Et vous, vous êtes la reine des douceurs.
( épisode 15) 

EMMA : Tell me, a man like that – Do you think he’ll ever get what’s coming to him?
RED : I do.
(épisode 15)

EMMA: Dites-moi, un homme comme lui...Pensez-vous qu'un jour, il aura ce qu'il mérite?
RED: Je le crois.
( épisode 15) 

LIZ : Rise and shine, sleepyhead!
TOWNSEND :
Elizabeth.
(
Liz’s guards grab Townsend and put a plastic bag over his head)
LIZ : 
You wanted proof? I got your proof. Proof that Reddington is N-13. Proof that he’s responsible for what happened to your family. And proof that my mother was innocent.
 (She rips the plastic bag off )
LIZ : 
I can walk you through the details after you catch your breath and after you get it through your thick skull that you do not threaten me! Because while we may be partners in this hunt, I do not work for you!
(épisode 15)

LIZ: Debout là-dedans!
TOWNSEND: Elizabeth.
( Les gardes de Liz attrapent Townsend et lui mettent un sac en plastique sur la tête)
LIZ: Vous vouliez des preuves? J'en ai une. J'ai la preuve que Reddington est N-13, qu'il est responsable de ce qui est arrivé à votre famille. Et que ma mère était innocente.
( Elle arrache le sac en plastique)
LIZ: Je vous expliquerai quand vous aurez repris votre respiration et quand vous aurez fini par intégrer qu'on ne menace pas! Car même si l'on traque cet homme ensemble, je ne travaille pas pour vous!
( épisode 15) 

RED : Thom, this is Donald Ressler. Careful what you say. Black shoes, cheap suit, flat stomach, regulation cut. Don’t get me wrong. He’s bent, just not as bent as we might like.
(épisode 16)

RED: Thom, voici Donald Ressler. Faites attention. Chaussures noires, costard bon marché, raie sur le côté. Il est ouvert d'esprit, mais pas assez à notre goût.
( épisode 16) 

RESSLER : Why must you only associate with crooks?
RED :
Criminals, Donald, not crooks.
RESSLER :
You can call a prostitute an escort. She’s still a hooker.
(épisode 16)

RESSLER: Vous travaillez toujours avec des escrocs?
RED: Des criminels, Donald, pas des escrocs.
RESSLER: Une escort-girl reste une prostituée.
( épisode 16)

ARAM :  How do you downsize a criminal enterprise? What – do people get a golden parachute or a bullet to the head?
(épisode 16)

ARAM: Il a dégraissé la mafia? Avec une prime de départ ou une balle dans la tête?
( épisode 16) 

COOPER (to Liz) :  It will if he’s an enemy of the state. Sit tight, Liz, and let us do our job.
(épisode 16)

COOPER ( à Liz): S'il menace le pays, nous agirons. Faites-nous confaince, Liz.
( épisode 16) 

LIZ : Well, I know the FBI flies into Le Bourget. I know you use G5s. Le Bourget. G5. Et voilà! Shall we?
ARAM :
What? Whoa. You are, uh, not going in there with me.
Liz: 
I did not come all this way just to eat your croissant.
(épisode 16)

LIZ: Je sais que vous atterrissez au Bourget dans un G5. Le Bourget. G5. Et voilà! On y va?
ARAM: Quoi? Whoa. Tu ne viens pas avec moi.
LIZ: Je ne suis pas venue juste pour ton croissant.
( épisode 16)

REMY : Pennies on the dollar.
RED :
Pennies on the dollar?! Dembe, are you listening to this? Pennie– I’ve never paid pennies on the dollar in my life. If I’m known for anything, it’s for overpaying. He’s forever trying to get me to show some restraint. But listen, we can resolve this right now. I can get Edward to take it up to a few thousand feet, circle back around, come in over the 18th hole, and drop you right into the grandstand. We’ve done it before. I’m sure we’ll do it again.
(épisode 16)

REMY: Ce ne sera jamais assez.
RED: Ce ne sera jamais assez?! Tu entends ça, Dembe? Je n'ai jamais sous-payé qui que ce soit de ma vie. Au contraire, ma générosité me perdra. Il essaie constamment de réfréner mes dépenses. Mais on peut régler le problème tout de suite. Edward peut redescendre à une centaine de mètres, faire demi-tour, au-dessus du 18ème trou et vous balancer sur le terrain. On l'a déjà fait, on est capables de recommencer.
( épisode 16)

ARAM : It was a question, not a compliment.
LIZ : It sounded like an acknowledgement. And I don’t get a lot of that nowadays.
(épisode 16) 

ARAM: C'était une question, pas un compliment.
LIZ: Ça ressemblait à des encouragements. Et j'en reçois peu, ces derniers temps.
( épisode 16) 

ARAM : You’re that rich?
LIZ :
Whoever said crime doesn’t pay wasn’t very good at it.
(épisode 16)

 ARAM: T'es pleine aux as?
LIZ: Celui qui a dit " le crime ne paie pas" n'était pas très doué.
( épisode 16)

COOPER : I agree. It’s a terrible idea. But it’s possible that every other idea is worse. 
(épisode 16)

COOPER: Moi aussi. C'est une mauvaise idée. Mais, après tout, nous avons peu d'options.
( épisode 16) 

NIGEL : You packed a lost book from the 14th century with your knickers?
PRIYA :
You want it or not?
(épisode 16)

NIGEL: Vous avez caché un livre du XIVe siècle dans vos culottes?
PRIYA: Vous le voulez ou pas?
( épisode 16)

RED : Oh, God.  Oh, my– Oh, my stars. I’ve dozed off in caves and coffins, even squeezed between the inside and the outside of the hull of a cargo plane, but – my hand to God – I have not slept that soundly since math class.
(épisode 16)

RED: Oh, bonté divine. Oh,ça..Oh, ça alors. Je me suis assoupi dans des cavernes et des cercueils, je me suis même déjà endormi contre la carlingue d'un avion-cargo. Mais, ma parole, je n'ai pas aussi bien dormi depuis mes cours de maths.
( épisode 16) 

PRIYA : Let me guess. I stole something from you. A painting. Jewelry. Your heart?
RED : I want to be your angel.
PRIYA : Not interested.
(épisode 16)

PRIYA: Je sais. Je vous ai volé quelque chose. Un tableau, un bijou? Votre coeur?
RED: Je veux devenir votre investisseur.
PRIYA: Ça ne m'intéresse pas.
( épisode 16)

PARK : Do you think he bought it?
RESSLER : I mean, I bought it.
(épisode 16) 

PARK: Il y a cru?
RESSLER: Même moi, j'y ai cru.
( épisode 16) 

RED  (to Obenrader) : Oh, my gosh! The things you’d find! Square pegs in round holes, misfits and outliers. But you know what? I like it that way. I trust how it feels. The only things I consult are my gut and my friend (Dembe).
(épisode 16)

RED ( à Obenrader): Eh bien, vous en trouveriez, des choses! Des électrons libres, des marginaux et des gens singuliers. Mais, vous savez ? Je les aime ainsi. Je fais confiance à mes émotions. Je ne demande conseil qu'à mon instinct et à mon ami ( Dembe).
( épisode 16)

TOWNSEND (to Stepanov) : [...]  I have a lot of “whys.” Let’s hope you’re prepared to offer some answers.
(épisode 16)

TOWNSEND ( à Stepanov): [...] J'ai beaucoup de questions. J'espère pour vous que vous me donnerez des réponses.
( épisode 16)

DEMBE : This may be a domestic dispute.
 RED :
It’s not.
DEMBE :
It could be an–
RED :
It’s not! We both know who did this.
DEMBE : Elizabeth or Townsend.
(épisode 17) 

DEMBE: C'est peut-être interne.
RED: Non.
DEMBE: C'est peut-être...
RED: Non! Nous savons qui est derrière tout ça.
DEMBE: Elizabeth ou Townsend.
( épisode 17)

COOPER : Nothing? How about a healthy sense of irony?
RED :
You know the irony of irony? It’s a word you understand but can’t possibly define.
COOPER :
I can: You asking me to find a missing Russian spymaster.
RED :
Or perhaps you letting a wildly inaccurate assessment of me get in the way of finding a man who can divulge secrets of one of this country’s principal adversaries.
COOPER :
The ironies abound.
 RED :
They do. The question is, what are we gonna do about them?
(épisode 17)

COOPER: Rien? Vous sentez l'ironie?
RED: L'ironie de l'ironie? C'est que le mot est indéfinissable.
COOPER: Si, il l'est. Vous, me demandant de trouver un espion russe.
RED: Ou bien vous, laissant une fausse opinion de moi vous empêcher de trouver un homme en possession de secrets sur les principaux adversaires du pays.
COOPER: L'ironie est partout.
RED: En effet. La question est, qu'allons-nous faire?
( épisode 17)

ARAM (to the Task-Force) : He’s a facilitator. The concierge of crime. He’s built an empire by not taking sides. Look, I know he’s probably N-13, which means he traffics in stolen intel, but I also know it’s a safe bet that he’s used some of that intel to give us over 150 Blacklisters, most of whom were committing crimes either in this country or against it.
(épisode 17)

ARAM ( à la Task Force): C'est un facilitateur. Le concierge du crime. Il a bâti un empire en restant neutre. Je sais qu'il est probablement N-13, et qu'il vend des renseignements, mais il a aussi utilisé certains des renseignements pour nous livrer plus de 150 criminels, qui agissaient soit sur le territoire, soit contre le pays.
( épisode 17)

TOWNSEND : Miss Laghari, I want you to work for me. I want to pay you an absurd amount of money to work for me. But with that money comes the understanding that we work on my schedule, and not yours. If that’s acceptable, you’re enormously rich as of this moment.
PRIYA : So how rich am I?
(épisode 17)

TOWNSEND: Mademoiselle Laghari, je veux que vous travailliez pour moi. Je vous paierai une somme absurde pour travailler pour moi. Mais cette argent est corrélé à mon emploi du temps, pas au vôtre. Acceptez-le et vous serez riche, dorénavant.
PRIYA: Dites-moi...A combien s'élève ma fortune?
( épisode 17)

RED : Harold, I need you to extract him.
COOPER : What’s really going on?
RED : Please.
COOPER : This is about more than you being N-13, isn’t it? About more than your relationship with the Russians.
RED : He’s my oldest friend.
COOPER : This is about why you came into her life in the first place.
(épisode 17)

RED: Harold, récupérez-le.
COOPER: Que se passe-t-il vraiment?
RED: S'il vous plaît.
COOPER: Cela va plus loin que cette histoire de N-13? Cela va plus loin que vos liens avec les russes.
RED: Il est mon plus vieil ami.
COOPER: Cela concerne votre présence dans la vie d'Elizabeth.
( épisode 17)

PRIYA (to Liz) : He said if Townsend learns the truth, he’ll kill you.
(épisode 17)

PRIYA ( à Liz): Il dit si Townsend apprend la vérité, il vous tuera.
( épisode 17)

TOWNSEND (to Liz) : Watching you suffer is going to positively destroy him.
(épisode 17)

TOWNSEND ( à Liz): Vous voir souffrir devrait l'anéantir totalement.
( épisode 17) 

TOWNSEND : Elizabeth? You in there? I do hope you’re in there, Elizabeth, because I’m gonna need you for this next part, which promises to be rather awful. While you have a moment, I suggest that you and Raymond reflect upon the concept of loss. I know it well. I feel it in every breath I take, every moment that – [ Chuckles ] – that I sleep. Loss became a part of me when I watched my wife and children die before my very eyes! But today, Raymond, I’m gonna give you that burden! I’m gonna show you loss! Today, I’m going to kill Elizabeth while you watch.
(épisode 17)

TOWNSEND: Elizabeth? Vous êtes là? Je l'espère car j'ai besoin de vous pour la suite, qui promet d'être affreuse. Tant que vous en avez le temps, je suggère qu'avec Raymond, vous réfléchissiez au concept de deuil. Je le connais bien. Je le respire en permanence. J'en fais l'expérience [ rires] à chaque fois que je dors. Le deuil est devenu une part de moi quand j'ai vu ma femme et mes enfants mourir sous mes yeux! Et aujourd'hui, Raymond, je vais vous offrir ce fardeau! Je vais vous apprendre le deuil! Aujourd'hui, je vais tuer Elizabeth et je vous forcerai à regarder.
( épisode 17) 

LIZ : He’s not gonna hurt me if you can’t see it.
RED :
He’s insane. You have no idea what he’ll do.
Liz: 
Let’s find out.
(épisode 17)

LIZ: Il ne me fera rien si tu n'es pas là pour le voir.
RED: Il est fou. Tu ne sais pas ce dont il est capable.
LIZ: On verra bien.
( épisode 17)

RED :Priya, I miss you already.
PRIYA :
I know.
(épisode 17)

RED: Priya, vous me manquez déjà.
PRIYA: Je sais.
( épisode 17)

RED (to Stepanov) : If you insist on taking blame, take it for something you’re actually responsible for – me. What I am, I am because of you. You can take the blame for that.
(épisode 17)

RED ( à Stepanov): Si vous voulez assumer quelque chose, assumez ce dont vous êtes vraiment responsable. Moi. Je suis comme je suis à cause de vous. Ça, c'est de votre faute.
( épisode 17)

RED : Agent Park, I look forward to the day when you’re as wise as you are aggressive. Until then, I suggest you protect yourself from further embarrassment by saying nothing.
(épisode 17)

RED: Agent Park, si seulement vous étiez aussi sage que vous n'êtes agressive. En attendant de le devenir, épargnez-vous davantage de honte en vous taisant.
( épisode 17)

RED :I am honest with you, Donald – All of you. I told you I was withholding that information because sharing it would put Elizabeth’s life in danger. I asked you not to pursue that information, but you went behind my back and pursued it anyway, without being honest with me. And the result of your dishonesty? My oldest friend was shot, Elizabeth is on the run, and Neville Townsend is after her.
COOPER :
I make no apologies about tracking down Stepanov. He may be your oldest friend, but he’s also a Russian intelligence agent who we’re about to question. And when he tells us what I think he’s gonna tell us about the damage you’ve done to this country, well, since you insist on honesty, we’re gonna arrest you on the spot.
(épisode 17)

 RED: Je suis honnête avec vous tous, Donald...Je vous ai dit cacher des informations car les partager mettrait Elizabeth en danger. Je vous ai demandé de ne rien en faire, mais vous avez agi dans mon dos et enquêté tout de même, sans être honnêtes avec moi. Le résultat de votre manque d'honnêteté? Mon plus vieil ami a pris une balle, Elzabeth en fuite, et Neville Townsend est à ses trousses.
COOPER: Je ne m'excuserai pas d'avoir cherché Stepanov. C'est peut-être votre ami, mais c'est aussi un agent russe que nous allons interroger. Et quand il nous révélera le mal que vous avez fait au pays...Vous appréciez l'honnêteté, je vous arrêterai sur-le-champ.
( épisode 17)

TOWNSEND : Issue a new directive for Elizabeth Keen, Donald Ressler, and her whole FBI crew.
Laghari, too.
(épisode 17)

TOWNSEND: Publiez une nouvelle directive contre Elizabeth Keen, Donald Ressler, et toute l'unité du FBI. Et Laghari, aussi.
( épisode 17)

RED : Forget Stepanov. He’s a distraction. Focus on Townsend.
COOPER : He’s turned on Elizabeth.
RED : Yes. As well as anyone else I care about. Which believe it or not, includes you, Harold. We’re all in his crosshairs now. And the only way out is to work together. I’m willing to do that. Are you?
(épisode 17)

RED: Oubliez Stepanov. Il n'est pas important. Concentrez-vous sur Townsend.
COOPER: Il en a après Elizabeth.
RED: Oui. Et après tous ceux qui comptent pour moi. Et croyez-le ou non, vous en faites partie, Harold. Nous sommes tous dans son viseur. Et la seule solution, c'est de travailler ensemble. Je suis prêt à le faire. Et vous?
( épisode 17)

PARK : We don’t know that she is.
REDDINGTON :
And you don’t know that she’s not, which means the only thing you know is nothing.
(épisode 18)

PARK: Qu'en savez-vous?
REDDINGTON: Et vous n'en êtes pas sûrs, vous ne savez rien.
( épisode 18)

RED : We don’t have time for approvals.
COOPER :
There’s a system in place.
RED :
There’s a hitman hunting Elizabeth.
COOPER :
I’m aware of that, and I’d like to help you. We all want to find her as badly as you, but to do that, we have to go through proper channels.
RED :
Why?
COOPER :
Because we’re the FBI.
DEMBE :
I told you this was a waste of time.
RED :
We’ll handle it ourselves.
(épisode 18)

RED: Nous n'avons pas le temps.
COOPER: Il y a une procédure.
RED: Il y a un tueur aux trousses d'Elizabeth.
COOPER: Nous voulons la trouver autant que vous. En suivant le protocole.
RED: Pourquoi?
COOPER: Nous sommes le FBI.
DEMBE: C'était une perte de temps.
RED: On se débrouillera seuls.
( épisode 18)

COOPER : He’s trying to help.
LIZ : 
The only one Reddington’s trying to help is himself, which is why I can’t come in until I know what Townsend knows and why he wants me dead. Until then, I’m on my own.
(épisode 18)

COOPER: Il nous aide.
LIZ: Reddington n'aide que lui-même, je ne peux pas revenir tant que je ne sais pas pourquoi Townsend veut me tuer. En attendant, je suis seule.
( épisode 18)

MAX FREY : Hello, Mr. Beaks (a bird)!  Your daddy is home! How are we?
 RED : Very chatty. Let’s hope it runs in the family.
(épisode 18)

MAX FREY: Bonjour, Mr. Beaks ( un oiseau)! Papa est rentré! Comment ça va?
RED: Il est bavard. J'espère que c'est de famille.
( épisode 18)

MAX : I only feed him in the morning.
DEMBE :
A creature of habit. Sounds familiar.
 RED :
My colleague finds my increasing attachment to certain habits to be a distinct liability, since in my line of work, predictability and mortality often go hand in hand. But you might be interested to know that one habit I’m particularly fond of is only asking for something once. After that, I start to become insistent.
(épisode 18)

MAX: Je ne le nourris que le matin.
DEMBE: Il a ses habitudes. Ça me rappelle quelqu'un.
RED: Mon collègue pense que mon amour des habitudes serait un point faible, dans mon métier, la prévisibilité et la mort vont souvent de pair. Vous savez, une de mes habitudes les plus chères est de ne jamais me répéter. Sinon, je deviens...insistant.
( épisode 18)

MAX : I told you I can't give you access to the database.
DEMBE :
You can. You choose not to.
(épisode 18)

MAX: Je ne peux pas vous donner accès à la base de données.
DEMBE: Vous pouvez. Vous ne voulez pas.
( épisode 18)

RED : I need your database. And I need it narrowcast to a white male, 30s, 40s, who entered the country alone in the past 48 hours, likely through an East Coast port of entry with a U.S. passport. Max, this is important. Otherwise, I nuke Mr. Beaks.
MAX :
You wouldn’t.
RED :
I wonder, will he taste like squab or dove?
DEMBE :
I think I saw some mango sauce in the cabinet.
(épisode 18)

RED: Je veux accéder à la base de données. Et je veux les profils d'hommes blancs, la trentaine, la quarantaine qui sont arrivés seuls ces dernières 48 h. Probablement depuis la côte Est, avec un passeport américain. Max, c'est très important. Refusez, et je fais exploser M. Beaks.
MAX: Vous mentez.
RED: Il aura un goût de pigeon ou de colombe?
DEMBE: J'ai vu de la crème de mangue.
( épisode 18)

RED : You completely missed the moral of the story.
Max : It wasn’t that you’d kill Mr. Beaks?
RED :
In a microwave? What do you take me for? Now, if you had a nice white burgundy we could braise him in? No. Come on, Max! The moral of poor Mr. Spencer’s tale of woe is that you should never worry about betraying your workplace, because, given the chance, your workplace will definitely betray you. Loyalty to individuals. Relationships. That’s what makes the world go ’round.
(épisode 18)

RED: Vous n'avez pas compris mon histoire.
MAX: Vous alliez tuer M. Beaks, non?
RED: Dans un micro-ondes? Pour qui me prenez-vous? Vous auriez du vin blanc pour le faire flamber? Non. Je plaisante, Max! La morale de l'histoire du pauvre Spencer, c'est de ne jamais hésiter à trahir son employeur. Car votre employeur vous trahira à la  première occasion. Soyez fidèle aux individus, à vos relations. C'est ce qui fait tourner le monde.
( épisode 18)

CLERK : Are you going for business or pleasure?
PROTEAN : I have a few days to kill.
(épisode 18)

CLERK: Vacances ou travail?
 PROTEAN: J'ai quelques jours à tuer.
( épisode 18) 

RED : There's some urgency here.
PAULA : Then you're lucky it's Bingo night.
(épisode 18)

RED: C'est une affaire urgente.
PAULA: Vous avez de la chance. Ce soir, c'est bingo.
( épisode 18)

PAULA : You’re losing them.
RED : 
Yes.
(épisode 18)

PAULA: Vous les perdez.
RED: Oui.
( épisode 18)

PAULA : Well, okay, then. Whoever finds the dead man wins $1,000, the Good Lord’s blessing, and a year’s worth of my garlic-butter cockle dip!
(All laughing and exclaiming)
RED :
My heavens, Paula. My faith in faith has been restored.

PAULA: Alors, c'est parti ! Celui qui trouve le mort remporte 1000 dollars, la bénédiction du Seigneur et une année de beurre à l'ail gratuit et fait maison.
( Tous riant et s'exclamant)
RED: Chère Paula. J'ai retrouvé foi en la foi.
( épisode 18) 

LIZ : This is not your fault.
JEN : I was your sister.
(épisode 18)

LIZ: Ce n'est pas ta faute.
JEN: C'est parce que je suis ta soeur.
( épisode 18)

PAULA (to Red) : I think you’re a good egg. A bit poached for my taste, but you want to do what’s right, and I am tickled to carry on the family tradition of helping you get it done.
(épisode 18)

PAULA (à Red): Vous êtes un bon bougre. Un peu braconnier à mon goût, mais vous avez de bonnes intentions. Et je suis ravie de perpétuer la tradition familiale en vous aidant.
( épisode 18)

RESSLER : Okay, we’ll send someone right away to pick her up.
LIZ : Uh, I don’t just want you to pick her up. I want you to bury her. Uh, I’ll pay for it. Maybe somewhere with a view.
(épisode 18)

RESSLER: Ok, j'envoie quelqu'un la récupérer.
LIZ: Uh, j'ai un autre service à te demander. Je veux qu'elle soit enterrée. Uh, je paierai tout. Dans un bel endroit.
( épisode 18) 

LIZ (to Protean) : Looking for me?
(épisode 18)

 LIZ ( à Protean): C'est moi que vous cherchez?
( épisode 18)

 RED : Harold, bring her here.
COOPER :
Excuse me?
RED :
You can’t take her in.
COOPER :
That’s exactly what I’m going to do.
It breaks my heart, but Elizabeth is a fugitive and a criminal, and she’s gonna be treated as one. You can’t save her from that.
RED :
I’m the only one who can save her.
COOPER :
Not today.
RED :
Harold, I know you. I know how you think. What you hope in your heart. That the system works. That Elizabeth can be prosecuted, incarcerated, and rehabilitated. It’s a lie.
(épisode 18)

 RED: Harold, faites-la venir.
COOPER: Pardon?
RED: Vous ne pouvez pas l'arrêter.
COOPER: Je vais pourtant le faire. Ça me brise le coeur, mais c'est une criminelle en fuite, et je la traiterai comme telle. Vous n'y pouvez rien.
RED: Je suis le seul à pouvoir la sauver.
COOPER: Pas cette fois.
RED: Harold, je vous connais. Je sais ce que vous pensez. Vous espérez au fond de vous. Que le système est efficace. Qu'Elizabeth sera jugée, incarcérée et réhabilitée. Mais c'est faux.
( épisode 18)

RED : This is the last thing I ever wanted or intended. But you and I both know — Elizabeth Keen is a criminal. She will never be an agent again. She will never be a civilian. Her only hope for survival exists in my world.
COOPER : I hope you’re wrong.
RED : I wish I were.
COOPER : Well, we’ll soon find out.
(épisode 18)

RED: C'est la dernière chose que je voulais ou que j'espérais. Mais nous savons tous les deux...qu'Elizabeth Keen est une criminelle. Elle ne sera plus jamais agent. Elle ne sera plus jamais une civile. Son seul espoir de survie se trouve dans mon monde.
COOPER: Vous vous trompez.
RED: Si seulement.
COOPER: Nous le découvrirons bientôt.
( épisode 18)

VANDYKE (about Townsend) : The man is avenging the death of his wife and children, which means we are the only family he has left. So we will take care of him the way he takes care of us. Now let me do my work and don’t ever disparage the good man again.
(épisode 19)

VANDYKE ( à propos de Townsend): Cet homme veut venger la mort de sa femme et de ses enfants, nous sommes sa seule famille. Nous nous occuperons de lui comme il s'occupe de nous. Maintenant laissez-moi passer et ne critiquez plus jamais ce grand homme.
( épisode 19)

RESSLER : I know what happens if I don’t. Townsend won’t stop. And I won’t bury you, Keen. I won’t stand next to Agnes while she cries at your funeral.
LIZ : You think I'm safer in custody?
(épisode 19)

RESSLER: Je sais ce qui arrivera si on ne le fait pas. Townsend continuera et je refuse de t'enterrer. Je refuse de voir Agnès pleurer à tes funérailles.
LIZ: Je serai en sécurité en détention?
( épisode 19) 

LIZ : The rules are different for Reddington. Look, what I’ve done, I can’t undo. Mary Bremmer’s death? The bomb in Reddington’s hospital room? Everything that happened in Kansas. You’re holding on to a reality that doesn’t exist. Ressler, you have to accept it. Things are never going back to the way they were.
(épisode 19)

LIZ: Les règles sont différentes pour Reddington. Regarde, je ne peux pas revenir sur ce que j'ai fait. La mort de Mary Bremmer? La bombe sur Reddington à l'hôpital? Tout ce qui est arrivé au Kansas. Tu t'accroches à une réalité qui n'a plus cours. Ressler, tu dois l'accepter. Rien ne sera plus comme avant.
( épisode 19) 

 RED : Things have changed. From the day I arrived, my intent has been to keep Elizabeth safe. To do that, I had to keep certain facts about my life hidden.
COOPER :
Well, the truth is out. Whatever you’re hiding, Townsend knows.
(épisode 19)

RED: Les choses ont changé. Depuis le jour de mon arrivée, je n'ai cherché qu'à protéger Elizabeth. Pour ce faire, j'ai dû garder cachés certains aspects de ma vie.
COOPER: La vérité a éclaté. Townsend sait ce que vous cachez.
( épisode 19)

RED (about Townsend) : Not just suffer. To understand. He experienced something too dark to comprehend. To avenge what was done to his family and to him, he wants to feel that I’ve experienced a similar darkness for myself.
(épisode 19)

RED ( à propos de Townsend): Pas uniquement. Il veut que je comprenne. Il a vécu une expérience trop traumatisante pour être comprise. Afin de venger sa famille et lui-même, il veut savoir que j'ai connu quelque chose...d'aussi traumatisant moi-même.
( épisode 19)

LIZ : You know. Reddington can do whatever he wants, and the Task Force just takes it in stride. We don’t even know who he is. Except for that he’s a Russian spy who murdered my adoptive father, my mother, is responsible for the deaths of my husband, my half-sister, my grandfather.
RESSLER : Nobody’s okay with that.
LIZ : 
You accept it! Doesn’t matter what he does. It’s okay. But me? I fight back and I’ve “gone too far.”
(épisode 19)

LIZ: Tu sais très bien! Reddington peut faire tout ce qu'il veut et l'unité fait semblant de ne rien voir. On ignore toujours qui il est. On sait juste que c'est un espion russe qui a tué mon père adoptif, ma mère, qui a causé la mort de mon mari, de ma demi-soeur, de mon grand-père...
RESSLER: Personne ne trouve ça normal.
LIZ: Mais vous l'acceptez! Il peut faire tout ce qu'il veut. Mais si moi, je me défends, alors je vais trop loin.
( épisode 19)

TOWNSEND (to Vandyke) : If possible, bring her to me. If not, kill her and anyone else who stands in your way.
(épisode 19)

TOWNSEND ( à Vandyke): Ramenez-la-moi, si possible. Sinon, tuez-la, ainsi que ceux qui vous en empêcheront.
( épisode 19)

RED (to Cooper) : We're running out of time. You look your way, Harold, I'll look mine.
(épisode 19)

RED ( à Cooper): Nous manquons de temps.Faites comme bon vous semble, Harold, et je ferai de même.
( épisode 19)

BINO (to Red) : First a shootout in the street. Now you show up? Hmm. Can’t be a coincidence.
(épisode 19)

BINO ( à Red): Une fusillade en pleine rue. Et vous débarquez ici? Hmm. C'est pas une coïncidence.
( épisode 19)

LIZ :  Why?
RESSLER :
Because, like it or not, he’s the best chance to get out of here alive.
LIZ (helps Ressler to his feet) : 
If you die, I’m gonna kill you. You know that, right?

(épisode 19)

LIZ: Pourquoi?
RESSLER: Parce que, que ça te plaise ou non, il est notre meilleure chance d'en sortir en vie.
LIZ ( aide Ressler à se relever): Si tu meurs, je te tue. Compris? 
( épisode 19)

RESSLER : Keen, if I don’t make it–
LIZ :
Stop. Almost everyone I love is gone. As it is, I’m barely hanging on. I cannot lose you too.
RESSLER : Oh, so now you love me? And you waited until we’re in the back of a hearse to tell me?
LIZ :
Maybe you shouldn’t speak. Save your strength.
RESSLER :
It’s okay, Liz. I know what you mean.
(épisode 19)

RESSLER: Keen, si je ne m'en sors pas...
LIZ: Arrête. Presque tous ceux que j'aime sont morts. Je suis au bord du gouffre. Je refuse de te perdre aussi.
RESSLER: Oh, tu m'aimes, maintenant? Et tu me dis ça dans un corbillard ?
LIZ: Tu ne devrais pas parler. Economise tes forces.
RESSLER: C'est rien, Liz. J'ai compris.

( épisode 19)

BINO : I don’t believe this. Do you know what Neville Townsend will do to me when he discovers that I’m the one who helped you?
RED :
Hard to say. Probably the same thing I would’ve done to you if you hadn’t helped me.
BINO : T
his isn’t a joke.
RED :
I’m not laughing, Bino. 
(épisode 19)

BINO: J'en reviens pas. Vous savez ce que Neville Townsend me fera quand il saura que je vous ai aidé?
RED: Difficile à dire. Sûrement la même chose que moi si vous m'aviez dit non.
BINO: C'est pas une plaisanterie.
RED: Et je ne ris pas, Bino.
( épisode 19)

BINO : You should’ve told me. Bottom line – I’m more afraid of him than I am of you.
RED :
Don’t do this. If you give them to Townsend, he’ll kill them.
BINO : Better them than me.
(épisode 19)

BINO: Vous auriez dû tout me dire. Il me fait plus peur que vous. 
RED: Ne faites pas ça. Si vous les lui livrez, il les tuera.
BINO: Mieux vaut eux que moi !
( épisode 19)

RED : [...] I love games. In fact, I’m playing one now, with dominos. First, I line them up, then I knock the first one over, and it leads to another and then another and another until the trail takes me where I’m trying to go.
ARTHUR :
I don’t know anything.
 RED :
Well, I should think not. You’re just the first domino. Problem is I can’t reach the end of the trail unless you fall.
DELORES : Leave him alone.
 RED : Look at that, Arthur. The second domino has revealed itself [...] Sometimes the dominos fall without even pushing them.
(épisode 19)

RED: [...] J'adore les jeux. Je suis d'ailleurs en pleine partie de dominos. D'abord, je les aligne, puis je fais tomber le premier qui mène au deuxième, et ainsi de suite, jusqu'à ce que j'arrive à destination.
ARTHUR: Je ne sais rien.
RED: Bien, je m'en doute. Vous n'êtes que le premier domino. Mais je n'atteindrai la fin de ma piste qu'en vous faisant tomber.
DELORES: Laissez-le.
RED: Regardez ça, Arthur. Le deuxième domino vient d'apparaître.[...] Parfois, les dominos tombent sans même qu'on les pousse.
( épisode 19)

LIZ (to Ressler) : I’ve been thinking about what you said. How everything I’ve done, the choices I’ve made are partly your fault. You know that’s crazy, right? Aside from being sort of chauvinistic. You know, Reddington, Tom. For whatever reason, I live in a world where people aren’t who they seem to be. It’s hard to know what or who to believe. But you. You’ve always been there. The real you, telling me the truth. And I love you for that.
(épisode 19)

LIZ ( à Ressler): J'ai réfléchi à ce que tu as dit. A la façon dont tout ce que j'ai fait, dont mes choix sont partiellement ta faute. Tu sais que c'est fou, de dire ça? En plus d'être...un peu chauvin! Avec Reddington, Tom...Je ne sais pas pourquoi, je vis dans un monde où les gens ne sont pas ceux qu'ils semblent être. Il est difficile de savoir qui et quoi croire. Mais toi. Tu as toujours été à mes côtés. Le vrai toi, tu m'as toujours dit la vérité. C'est pour ça que je t'aime.

( épisode 19)

LIZ : I don’t know. What I do know is – If you want to make peace with Townsend, you’re not gonna do it by turning me over to him. You’re gonna do it by killing Reddington.
BINO :
So let me guess. You’d like to help me do that?
LIZ :  Bino, I can’t think of anything I’d like more.
(épisode 19)

LIZ: Je l'ignore. Mais je sais une chose...Si vous voulez faire la paix avec Townsend, vous n'y arriverez pas en me livrant à lui. Vous y arriverez en tuant Reddington.
BINO: Et laissez-moi deviner...Vous vous proposez de m'aider?
LIZ: Bino, il n'y a rien qui me ferait davantage plaisir.
( épisode 19)

RED (to Aram) : [...] Tell Donald to stay in the light. 
(épisode 19)

RED ( à Aram): Dites à Donald de ne pas suivre la lumière.
( épisode 19)

LIZ : You own a chess club. You like the game. I’m the pawn, and you’re serving me up for the slaughter.
BINO :
It’s a gambit. You know that term? It’s when a player sacrifices a piece in order to gain a positional advantage later in the match.A calculated risk.
LIZ : 
And what advantage are you hoping to get exactly?
BINO :
Are you kidding? We’re talking about Neville Townsend, the one man powerful enough to make Raymond Reddington think twice. Look around. I may be small time, but that does not mean that I don’t have big-time aspirations. A man like Neville Townsend snaps his fingers and my life changes.
LIZ : 
Or it ends completely.
(épisode 19)

 LIZ: Vous avez un club d'échecs, vous aimez jouer. Je suis un pion et vous me sacrifiez comme tel.
BINO: C'est comme un gambit. Vous connaissez? C'est lorsqu'un joueur sacrifie une pièce pour obtenir un avantage plus tard dans la partie. Un risque calculé.
LIZ: Et quel avantage espérez-vous obtenir?
BINO: Vous plaisantez? On parle de Neville Townsend, le seul homme assez puissant pour faire hésiter Raymond Reddington. Regardez autour de vous. Je suis peut-être petit, mais ça veut pas dire que j'ai pas de grandes aspirations. Un homme comme Townsend claque des doigts et ma vie change.
LIZ: Ou bien elle se termine complètement.
( épisode 19)

RED :  I have to say, I’m finding it hard to resist a chess pun in this moment. I mean, if you can’t say “checkmate” at a time like this – Checkmate.
(épisode 19)

RED: Je dois dire que j'ai du mal à résister à une analogie avec les échecs en ce moment. Je veux dire, si ce n'est pas le moment de dire " échec et mat"...Echec et mat.
( épisode 19)

RED (to Liz) : Yes, they’re all dead. I tried to tell you that this is what would happen. Everything I’ve been afraid of, everything I came into your life to prevent, it’s happening. Secrets I’ve been keeping because to tell them would mean dangerous people like Townsend would stop at nothing to kill you and your daughter. And now some of those secrets are out, and they are coming. I’m sorry. I’ve tried so hard for so long to protect you from all of this. And I’ve failed.
(épisode 19)

RED ( à Liz): C'est vrai, ils sont tous morts. J'ai essayé de te dire que ça arriverait. Tout ce que je redoutais, tout ce que je voulais t'éviter en entrant dans ta vie...Tout arrive. J'ai gardé ces secrets car les révéler signifiait que des hommes tels que Townsend ne reculeraient devant rien pour vous tuer, ta fille et toi. Et certains de ces secrets ont été révélés, et les conséquences seront terribles. Je suis désolé. J'ai tout fait, pendant tellement longtemps, pour te protéger de tout ça. Et j'ai échoué.
( épisode 19)

DEMBE : They’re coming front and back.
RED :
That doesn’t sound good under any circumstances.
(épisode 19)

DEMBE: Ils arrivent de partout.
RED: Voilà qui n'augure rien de bon.
( épisode 19)

RED : [...]  There must be some sort of hidden passageway.
LIZ : 
Maybe Bino could’ve told us how to find it if you hadn’t killed him.
RED :
Perhaps we can set aside our differences just long enough to get us out of here.
DEMBE :
They’re coming.
LIZ : 
I’m not setting aside our disagreements.
RED
: Then hold them in abeyance. Let them simmer. Do whatever you need. But please let me help you.
LIZ :
 You help me? Who’s helping who?
DEMBE :
Considering the circumstances, how about we help each other?
(épisode 20)

RED: [...] Il y a sûrement un passage secret.
LIZ: Bino aurait pu nous le dire s'il était en vie.
RED: Oublions nos différends le temps de nous échapper.
DEMBE: Ils entrent.
LIZ: Je n'oublierai pas nos différends.
RED: Mets-les en sommeil. Laisse-les couver. Fais tout ce tu as besoin. Mais laisse-moi seulement t'aider.
LIZ: Tu m'aides? C'est pas plutôt l'inverse?
DEMBE: Compte tenu des circonstances, si on s'aidait mutuellement?
( épisode 20)

GODWIN  : What happened with Keen? I heard there was a development.
VANDYKE : There was a development, all right. Which is why I’m gonna find her. And when I do, I’m gonna make sure Reddington gets to watch her die.
(épisode 20)

GODWIN: Que s'est-il passé avec Keen? Il paraît qu'il y a du nouveau.
VANDYKE: C'est le cas de le dire. C'est pourquoi je vais la trouver. Et quand ce sera fait, je ferai en sorte que Reddington la voie mourir.
( épisode 20)

RED : She surrendered?
COOPER :
It was her choice, not mine. She can’t keep running. And she can’t beat Townsend alone.
 RED :
She’s not alone. She’s never been alone.
(épisode 20)

RED: Elle s'est rendue?
COOPER: C'était sa décision, pas la mienne. Elle ne peut ni fuir. Et ni affronter Townsend seule.
RED: Elle n'est pas seule. Elle ne l'a jamais été.
( épisode 20)

RED : Godwin Page. Godwin’s a rather cocky name. A godlike Anglo-Saxon. It gets cockier and cockier.
(épisode 20)

RED: Godwin Page. Godwin est un prénom osé. Comme l'Anglo-saxon qui se prenait pour Dieu. C'est encore plus osé.
( épisode 20)

RED : Can and do, Edna. How’s the rheumatism?
EDNA : 
Oh, it’s great. It’s like losing your virginity to a racehorse. What kind of stupid question is that?
BRIMLEY :
We need to chip-chop. I’m in the La-Z-Boy a month if I don’t get her home in time for Judge Judy.
(épisode 20)

RED: Bien sûr que si, Edna. Comment vont vos rhumatismes?
EDNA: Oh, super. J'ai l'impression de perdre ma virginité avec un cheval. A votre avis?
BRIMLEY: Faisons vite. Je serai puni si on ne rentre pas à temps pour son émission.
( épisode 20)

LIZ (to Aram) : People aren't good or bad, Aram. Whatever I've done, it's all me [...] I’m not ashamed of what I’ve done. Or who I’ve become. I think anyone who’s gone through what I went through would have done the same – Or worse.
(épisode 20)

LIZ ( à Aram): Les gens ne sont pas bons ou mauvais, Aram. Tout ce que j'ai fait, je l'ai fait en étant moi [...] Je n'ai pas honte de ce que j'ai fait. Ou de celle que je suis devenue. N'importe qui ayant vécu ce que j'ai vécu, aurait fait la même chose. Peut-être même pire.
( épisode 20)

PANABAKER  :Harold, you can’t win. I’m sorry. know it breaks your heart. But Keen will be prosecuted.
(épisode 20)

PANABAKER: Harold, vous ne gagnerez pas sur ce coup-là. Désolée. Je sais que ça vous peine. Mais Keen sera traduite en justice.
( épisode 20)

TEDDY (to Red about Edna) : All this time, she can’t walk, I can’t breathe, but I still cherish every day.
(épisode 20)

TEDDY ( à Red à propos d'Edna): On remonte à loin, elle ne marche plus, je respire mal, mais je l'aime toujours autant.
( épisode 20) 

RED (to Liz) : [...] I hope you’ll think of yourself as less of a prisoner and more of a guest.
(épisode 20)

 RED ( à Liz): [...] En attendant, j'aimerais que tu ne te considères pas comme une prisonnière, mais comme une invitée.
( épisode 20)

PANABAKER :  And I believe my ex might someday remove his face from the ample bosom of the 32-year-old he left me for. But that seems about as likely as Neville Townsend blowing the roof off an FBI black site and extracting an 8,000-pound steel box containing a wanted fugitive.
COOPER : Townsend’s the only one with the means, the materiél, the motive.
PANABAKER : You mean other than you and Reddington.
(épisode 20)

PANABAKER: Et j'aimerais que mon ex oublie la midinette de 32 ans pour qui il m'a quittée. Mais c'est aussi peu probable que Neville Townsend explosant une planque du F.B.I pour extraire une boîte de quatre tonnes contenant une fugitive. 
COOPER: Townsend est le seul à avoir les moyens et le mobile.
PANABAKER: Hormis Reddington et vous.
( épisode 20)

Panabaker : He’s our CI. I don’t think there’s any problem with asking him to come in so he can at least pay me the courtesy of lying to my face. You have until this time tomorrow.
(épisode 20)

PANABAKER: C'est notre informateur. J'ai le droit de le convoquer pour qu'il me mente en me regardant dans les yeux. Vous avez jusqu'à demain.
( épisode 20)

GODWIN : You’ll give him Reddington.
LIZ : 
On a silver platter. You either help me give Townsend Reddington’s head, or Reddington comes for yours. What’s it gonna be?
(épisode 20)

GODWIN: Vous lui donnerez Reddington.
LIZ: Sur un plateau. Aidez-moi à lui livrer la tête de Reddington, ou Reddington exigera la vôtre. Que choisissez-vous?
( épisode 20)

RED : What’d you do?
Liz : 
Nothing. Why? Did something happen?
RED :
I don’t understand. Why would you help him?
LIZ : 
I didn’t.
(épisode 20)

RED: Qu'as-tu fait?
LIZ: Rien. Pourquoi? Il y un problème?
RED: Je ne comprends pas. Pourquoi est-ce que tu l'as aidé?
LIZ: J'ai rien fait.
( épisode 20)

RED : Harold, catch your breath. Lie down if you need. This is good news.
COOPER :
You attacked a federal facility!
 RED
: I did.
(épisode 20)

RED: Harold, calmez-vous. Allongez-vous, si besoin. C'est une bonne chose.
COOPER: Vous avez attaqué le F.B.I!
RED: Oui.
( épisode 20)

RED (to Cooper) : Well, if it’ll make her feel any better, tell Cynthia to put the roof on my tab. Or – I have a guy.
(épisode 20)

RED ( à Cooper): Si ça peut la consoler, dites à Cynthia que je paierai les réparations. J'ai mon propre artisan. 
( épisode 20)

RED : I agree. I can’t keep her safe. Not anymore. The only way to do that is to give her the truth.
COOPER :
You’re gonna tell her you’re N-13?
RED :
I’m gonna tell her everything.
(épisode 20)

 

TOWNSEND (to Liz) : Clueless that his beloved Elizabeth just bought her own freedom by sentencing him to death.
(épisde 20)

 

RED (to Liz) :  It’s a wonder how you’re a good mother when yours was so bad.
(épisode 20)

 

RED : I’ve kept things from you for your own good.
LIZ : 
This old song.
RED :
Now your own good requires me to tell you everything.
(épisode 20)

 

VANDYKE : Are you sure about this? This means giving up on Reddington watching Keen die.
TOWNSEND :
That was my dream. This is my reality.
(épisode 20)

 

COOPER : Directive? What directive?
PANABAKER :
The one I came here to tell you about. They just issued a burn notice on Keen. They want her scrubbed.
ARAM :
Scrubbed? What does that even mean? Scrubbed, like killed scrubbed?
PANABAKER :
It means – eliminated. Knowing too much is one thing, but she now demonstrates an obvious liability to the Bureau.
COOPER :
We can bring her in.
PANABAKER :
No, you can’t. As soon as Keen’s will disavow all knowledge of the Task Force, kick Reddington free–
ARAM :
Whoa. They can’t do that.
PANABAKER :
You never existed.
COOPER :
Cynthia. We can bring her in.
PANABAKER :
Harold, someone’s gonna bring our girl in, and when they do, it’s gonna be curtain call on this program.
(épisode 20)

 

RED : A friend once told me that the true measure of a man isn’t what he reveals to the world, but what he hides from it. Perhaps. Keeping secrets is brutal business.
(épisode 20)

 

RED : That – scar is a permanent reminder of – how the choices we made have affected your life forever.
LIZ : The choices who made?
RED : Its shape was so clear in my memory. As if I’d seen it before. And then, one day, there it was on a map, not a perfect match, but eerily close. It became the symbol of the most important aspect of my business, an image representing the danger you faced, and the promise to protect you from it. And this is where it all began. Along the banks of the sea it resembles.
LIZ : What’s in Latvia?
(épisode 20)

 

LIZ : Is that why you were there? Did you work with my mother?
RED :
Elizabeth, I knew your mother better than she knew herself.
(épisode 20)

 

LIZ : You were N-13. You are N-13.
RED :
Yes. But I didn’t steal anything. The Sikorsky Archive was a gift.
(épisode 20)

 

RED (to Liz) : You need to forget what you think you know.
(épisode 20)

 

RED : Elizabeth, listen to me. Katarina Rostova was never framed or killed. The Sikorsky Archive was a seed. The beginning of what would become one of the most sophisticated intelligence networks in existence. A network meticulously crafted with her knowledge and blessing to serve one guiding purpose – To give me the power to keep you safe and your mother hidden. This place is part of the machine that that vision manifested, a machine that is and has been my life’s work for the past three decades.
LIZ :
So – What is this?
RED :
This is The Blacklist.
(épisode 20)

 

LIZ : This? This is where they come up with The Blacklist?
 RED :
It’s not that literal. But this is where intelligence from 17 outposts around the world is gathered, sorted, and analyzed.
(épisode 21)

 

RED : Thirteen packets that were traded, leveraged, sometimes sold in an effort to acquire more. More information. More protection. More authority. The system is a living, breathing apparatus that powers many of the decisions I make.
LIZ :
And it’s all analogue.
RED :
Oh, no. We have gigantic computers elsewhere, but around here, they allow me to believe it’s completely analogue. Digital footprints make me jittery.
(épisode 21)

 

RED : I brought you here because, despite what you and Harold have come to believe, I am not a Russian asset. I’m a criminal. And Ivan Stepanov is not my Russian handler, he’s just an old friend. In fact, I definitely handle him more than he would ever be able to handle me. I’m Raymond Reddington. This is Raymond Reddington. 
(épisode 21)

 

LIZ : The only thing I’m interested in is my mother. You said you didn’t kill her, but I saw you–
RED : You don’t know what you saw.
LIZ : I saw you shoot her. You murdered her.
RED : Elizabeth. Stop. Forget about everything you think you know. Right now, there is only you and me – and the truth.
(épisode 21)

 

RED :The story you need to hear, it’s all connected. N-13. The Fulcrum. You. Me.
KATARINA'S VOICE :
Your mother.
LIZ :
What about my mother?
RED  & KATARINA (Voices intermingled) :
To understand why– To understand why I came into your life– I came into your life you need to hear my story– you need to hear my story.
(épisode 21)

 

Katarina : And so, I did what I do. I lied. I told my husband I was pregnant with his child. And I told my mark I was pregnant with his child.
(épisode 21)

 
   

RED (to Liz) : Elizabeth, stay with the story. Stay with the story.
(épisode 21)

 

 LIZ : You wanted to take your own life. But you didn’t. Why? What changed your mind?
KATARINA : 
You. I made a promise the day you were born – To protect you.
(épisode 21)

 

ILYA : I did go into those banks. I impersonated your father for a few days, long enough to withdraw the $40 million.
KATARINA :
Long enough for me to realize how valuable a new Reddington could be.
LIZ : 
You’re lying.
ILYA:
No, Dom was lying. He misled you into believing I became Reddington. He did that because he couldn’t accept the truth.
LIZ :  
The truth is my mother hated Reddington. She feared him. She didn’t create him. If she had, she would have known Reddington’s true identity, but she didn’t. Or else she would have told me.
(épisode 21)

 

Tatiana : Because I didn’t know. And I didn’t know – Because I’m not your mother.
(épisode 21)

 

LIZ : What kind of operative would chose to impersonate someone who’s being hunted by the most lethal organizations and criminals in the world?
TATIANA :
I never chose to be her. That choice was made for me. I was just an asset. It was my job – Until it became a death sentence handed down to me by your grandfather.
(épisode 21)

 

Tatiana : The world believed I was Katarina Rostova – My identity, my real name, became one of my aliases.
LIZ :
 And the real Katarina Rostova – Stayed hidden.
(épisode 21)

 

ILYA : Years later, when Reddington finally found out what Dom had done to this innocent woman, he was horrified. He was guilt-ridden.
DOM :
He was right to feel guilty. It was his fault that a plan was needed in the first place.
TATIANA :
Reddington was my knight in shining armor. He tracked me down. Financed my life in hiding for years. He protected me, and I was grateful, until I found out that he was also hiding your mother, or knew where she was. So I came for him.
(épisode 21)

 

TATIANA :  But it was you – Your questions, your belief that Katarina might be out there, that woke me up, brought me back to life. I wanted a second chance. To stop running. If Reddington had the truth, if he knew where she was, I had to get close. And nobody was closer to him than you. So I used you – Used your love for your mother to help me discover where she was.
LIZ : That’s why he killed you. Because Dom told you how to find my mother.
(épisode 21)

 

LIZ : Where are you? Why won’t you find me? I know you have to hide, but not from me.
KATARINA : I’ve made so many mistakes. But abandoning you wasn’t one of them. I would never do that.
LIZ : But you’re not here.
KATARINA : No. Long before your grandfather tricked Tatiana – Almost from the moment I knew I couldn’t be with you, I – Created someone who could be.
LIZ : You created someone?
KATARINA : Raymond Reddington.
(épisode 21) 

 

KATARINA : If he was, I could use his story and all that it provided to protect my daughter while watching over her from a distance. So I constructed him. Someone powerful and feared. Someone who traded in the very secrets that could help him monitor the danger around you.
(épisode 21)

 

KATARINA : This story is all about you, Masha. Protecting you. And then protecting your daughter.
LIZ :
Okay. Now we have the why. Now I want the who. Who is he? Who became Reddington?
(épisode 21)

 

RED : She needs a doctor.
TOWNSEND :  You know what she needs even more? A mortician.
(épisode 21)

 

TOWNSEND : [...] The decision to live as Raymond Reddington, to give up your life to live as someone else. I-I can’t imagine loving anyone enough to do that.
RED :
I have other facilities. You can have all of it.
TOWNSEND :
I haven’t slept through the night in 25 years. Tonight, I’ll sleep like a baby.
RED :
I’ll give you whatever you want.
TOWNSEND :
Whatever I want?
 RED :
If you help her, yes. Anything you want.
TOWNSEND :
All I want is for you to watch her die.
(épisode 21)

 

RED : [ To Dembe ] There’s a first aid kit on the cabinet and a bottle of vodka in the freezer. [ To Liz ] We’ll get you properly sloshed before we go poking around in that wound.
(épisode 21)

 

RED :  As a rule, I don’t live with regret. But what happened to your family was a horror. That should never have happened. When I first got the Sikorsky Archive, I was young and careless with some of the materials that would eventually put you and your family in harm’s way. I didn’t kill them, but even inadvertently, you’re right to believe that– I was ultimately responsible for their deaths.
TOWNSEND :
I appreciate that. A deathbed confession is always very moving, but it won’t commute your sentence.
RED :
Oh, you had a bite at that apple. You won’t get another one. I have Elizabeth to thank for that. I guess my years of dedication had some impact after all. So much for irony.
(épisode 21)

 

RED : I should tell you that, uh, the intelligence packets weren’t the only things I acquired from my Eastern friend. As I mentioned, I was young, and whatever the hell “vim” is, I was full of it. My appetite was voracious. And as the Soviet Union fell, I gorged myself. On information. Money. Weapons. Women. Men. Everyone wanted something, and I wanted everything. Including a nest in Latvia. I mean, why not? Riga’s a beautiful city, the Rundāle Palace puts Versailles to shame.
(épisode 21)

 

RED : The country is home to more than 7,000 breeding pairs of storks. And, well, it’s a nest. Built at the height of the Cold War. This facility is capable of withstanding a 20-megaton blast. Well, not the entire facility. Just the– What did you call it? The flimsy hatch in the floor. Where the Ruskies would take cover in order to repel the ugly Americans. And here we are. You’re American. You’re ugly. And I’m about to repel you.
(épisode 21)

 

RED : You see, the thing about buying a Soviet Nest is that it comes fully loaded with herring, vodka, and chlorine trifluoride, which of all the chemical gasses is, of course, the most flammable.
TOWNSEND :
What are you gonna do? Destroy all your intel? The source of your power?
RED (looking at Lis) :
The source of my power is right here. She won’t be destroyed. Certainly not by the likes of you.
Townsend :
Oh F–
(épisode 21)

 

RED : Can you walk?
LIZ : Walk? Townsend's dead. I can fly.
(épisode 22)

 

DEMBE : Did you find another doctor?
RED :
No.
DEMBE :
You’re giving up. Why? You just said there’s another fight to be won.
RED :
There is. But it can’t really be won unless I’m gone. Perhaps I will have that drink after all. Toast to better days. 
(épisode 22)

 

AGNES : It was Pinky’s idea.
LIZ : 
Pinky?
AGNES :
He says his name is Red, but I prefer pink.
(épisode 22)

 

ARAM : Care for a toke? I’d give almost anything to hear you talk like a member of the Lollipop Guild.
(épisode 22)

 

COOPER (to Red) : And here I thought that Aram was the only man-child around here
(épisode 22)

 

COOPER : How magnanimous.
RED :
I’ve heard that one’s true colors emerge at the end. I’d love to think that magnanimity is one of mine.
COOPER :
The end? I knew you were sick, but – exactly how bad is it?
 RED :
Harold, over the years, you’ve served as a wise counselor to Elizabeth. I’d like to know that in my absence that would continue.
COOPER :
Raymond. How sick are you?
RED :
Do I have your word?
COOPER :
Of course. I’ll always do everything I can for Elizabeth.
 RED :
Thank you. You’re a good friend.
(épisode 22)

 

DEMBE : Is this really necessary?
RED :
It’s the best way I can think of to ensure her protection.
DEMBE : Your blood tests are better. The treatment is working. You’re getting better, not worse.
RED :
I’m dying. Whether it’s this year or the next doesn’t matter. What I’ve got doesn’t go away. It just takes a pause, regroups, and comes back stronger, deadlier.
(épisode 22)

 

Liz : What could possibly be left for me to do?
RED :
To take my life.
LIZ : 
What do you mean?
RED :
I mean literally and metaphorically. I’m dying. You’ve known for a while that I’m sick. Before I die – I need to make sure you’re protected.
LIZ : 
A-And how will killing you do that?
RED :
By showing the world that you’re a force to be reckoned with, that you did what no one else could – no law enforcement agency, no criminal rival. You found and executed Raymond Reddington.
(épisode 22)

 

RED : It's quite a story, full of ambition and hope, love and loss.
LIZ : How does it end?
RED : You'll find out.
(épisode 22)

 

COOPER : [...] All of them did business with Townsend, and, according to Reddington, they all want a piece.
ARAM : And Mr. Reddington doesn’t?
PARK : Lemme guess, he wants us to move on the United Nations of Crime so he can take over.
COOPER : Yes, but not for himself. For Elizabeth, so she can take over.
ARAM : That’s not funny.
COOPER : It wasn’t meant to be.
ARAM: But she can’t. I mean– Even if she could, she wouldn’t. Would she?
PARK : Eh, why would he let her? What would he do? Go play golf?
COOPER : Reddington’s sick. He wouldn’t say with what, but it’s clearly terminal.
ARAM : Wait. Mr. Reddington? But– He always– He always seems so invulnerable.
COOPER : He isn’t [...]
(épisode 22)

 

RED : Is it wrong, what– what I’m asking her to do?
DEMBE :
It’s not that simple. Right and wrong have never been simple in your life. You love her, and you want to keep her safe. You’re desperately trying to do that.
RED :
I wonder if it makes any difference.
(épisode 22)

 

RED : We've had some times.
DEMBE :
We have.
(épisode 22)

 

RED : They’ll accept it when I’m dead in the street. They’ll accept it because you’re a criminal.
LIZ :
 Is that what I am? Or is that what I am because of you?
RED :
I’ve considered that question, so many times. How things might have been different if I had never re-entered your life. Would you be safer? Happier? Was it, uh, my presence alone that brought you to this crossroads? Or maybe none of that ever mattered. Maybe you were born to this out of a lie, the daughter of a spy, genetically predisposed to deception and danger. I don’t know. I’ve thought and thought about it. And I just don’t know. What I do know is that – whether it’s chance or karma, DNA or fate, or just bad luck – this is where you are now. This is who you’ve become. A criminal. A fugitive. And taking my life – is a way forward.
(épisode 22)

 

LIZ :  Of all the times I’ve wanted to kill you. I don’t think I can pull the trigger.
RED :
Let’s not worry about that. Not now. Let’s just be.
LIZ : 
That sounds nice.
(épisode 22)

 

LIZ : You said you made a promise to my mother-that you’d dedicate your life to keeping me safe no matter what.
RED : I did.
LIZ : Why? Who was she to you? This photo. There was someone standing behind the lens, holding the camera. Was it you? You were there, weren’t you?
RED : I was there.
LIZ : You knew her well.
RED : Better than anyone.
(épisode 22)

 

LIZ : Fine. I’ll do it.
RED : Okay.
LIZ : But in exchange, I have to ask you a question, and I need you to give me a straight answer.
RED : Okay.
LIZ : You said I can’t see my mother’s letter, that I can’t know who you are until after you’re gone and my future is cast.
RED : Yes.
LIZ : Why? Why can’t I know who you are until after you’re dead?
RED : Because if you knew beforehand, you’d never agree to kill me.
(épisode 22)

 

 RED : And the remains?
DEMBE :
Spread over the Yenisey. Raymond, we’ve been through this.
 RED :
And then you get what’s yours. All of it.
DEMBE :
Yes.
 RED :
No less.
DEMBE :
Yes, I know, Raymond. Are you sure about this?
RED :
Elizabeth is a fugitive. The only way for her to survive this world is to become part of it, to become bigger than it, stay ahead of it.
DEMBE : And you’re prepared to die to make that possible.
RED :
I’m always prepared to die.
(épisode 22)

 

RED : When all this began, I was such a different person. Blinded by passion and inexperience. What we built – it’s been fulfilling in ways that I can’t even begin to describe. It’s been a wonder. Thrilling and challenging. A blessing and a curse. Whatever it’s been – it’s become who I am. But at some point, it became clear to me that I wasn’t really in control of any of this. I thought I was. At times, I-I feel like I am. But I’m not.
(épisode 22)

 

RED : No matter how much I try or care or give of myself – I have no control over how any of this ends. And that is crushing if I think about it too much. So I don’t think about it. I ignore it, deny it, and try to convince myself that I can keep Elizabeth safe, Agnes safe, which is why I-I feel I have to do this. I have to believe that I can help– Because the alternative is ju– It’s just–
DEMBE :
I understand.
 RED :
I know you do.
RED (gives Dembe Katarina’s letter) :
Only when I’m gone. Give it to Elizabeth, but only when I’m gone.
(épisode 22)

 

 RED : You ready?
DEMBE :
No.
 RED :
Me neither. Let’s go.
(épisode 22)

 

PARK : I still can’t reach Reddington, Dembe, or Agent Keen.
RESSLER :
Oh, my God. That’s it. He’s not gonna make it. She’s gonna kill Reddington.
ARAM :
Wait. Who is?
RESSLER
: Keen. She’s gonna kill him. She’s gonna make a statement, demonstrate that she’s no longer an agent.
ARAM :
Kill Mr. Reddington.
RESSLER :
That’s how she’s gonna prove to the world that she’s seizing control of his empire, and she’s gonna do it in public. She’s gonna– She’s gonna kill him.
COOPER :
Reddington was here, talking about his death, talking about taking care of Elizabeth when he’s gone.
PARK :
Wait. Back up. You think Reddington knows this is happening?
RESSLER :
No, I think it’s his idea
COOPER :
The party. At the restaurant. That son of a bitch is gonna sacrifice himself to save her life.
ARAM : 
We have to get to him. Convince him to call it off.
(épisode 22)

 

LIZ : I can’t do it.
RED :
That’s all right.
LIZ : 
I don’t want to.
(épisode 22)

 

DEMBE : Raymond. Raymond, we have to go. Raymond, we must. I’m sorry.
(épisode 22)

 
   
Ecrit par mnoandco 

Bannière de l'animation HypnoAwards 2021

La bataille contre les addictions qui vous a le plus marqué

  1. John Carter
  2. Amelia Shepherd
  3. Bree Van De Kamp

Nouvelle catégorie en vote :
L'animé culte de votre enfance

Ne manque pas...

NanoHypno 2021
NanoHypno 2021 | Ecris avec la citadelle

Un nouveau quartier dédié à la série The Witcher vient d'ouvrir sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | The Witcher

Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne NBC

Blacklist, S09E06 (inédit)
Jeudi 9 décembre à 20:00

Logo de la chaîne NBC

S09E07 (inédit)
Jeudi 6 janvier à 20:00

Logo de la chaîne NBC

S09E08 (inédit)
Jeudi 13 janvier à 20:00

Logo de la chaîne NBC

S09E09 (inédit)
Jeudi 20 janvier à 20:00

Dernières audiences
Logo de la chaîne NBC

The Blacklist, S09E05 (inédit)
Jeudi 18 novembre à 20:00
2.94m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne NBC

The Blacklist, S09E04 (inédit)
Jeudi 11 novembre à 20:00
2.99m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne NBC

The Blacklist, S09E03 (inédit)
Jeudi 4 novembre à 20:00
3.09m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne NBC

The Blacklist, S09E02 (inédit)
Jeudi 28 octobre à 20:00
2.81m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne NBC

The Blacklist, S09E01 (inédit)
Jeudi 21 octobre à 20:00
3.11m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Calendrier de décembre 2021 et janvier 2022

Calendrier de décembre 2021 et janvier 2022
Le quartier Blacklist est heureux de vous proposer un  calendrier commun, et je l'espère festif,...

Anniversaire -Diego Klattenhoff

Anniversaire -Diego Klattenhoff
Aujourd'hui 30 novembre nous souhaitons l'anniversaire de l'acteur canadien Diego Klattenhoff  né ...

Alternative Awards 2021 - Blacklist nominé pour la catégorie

Alternative Awards 2021 - Blacklist nominé pour la catégorie "Meilleur premier épisode d'une série"
Une fois de plus, notre série est mise à l'honneur et pour l'instant se comprorte bien avec deux...

Résultats de la catégorie

Résultats de la catégorie "Le méchant le plus charismatique"- Raymond Reddington sur le podium
Raymond Reddington était en compétition dans la catégorie 21, le méchant le plus...

Alternative Awards - Résultats de la catégorie

Alternative Awards - Résultats de la catégorie "le titre le plus noir".
Notre série était nominée dans la catégorie 15,  "le titre le plus noir".  The Blacklist c'est...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Blacklist Hypno Awards 2021, catégorie N°16 : Quel pays/ville est le plus crédiblement représenté dans la série ?

Total : 12 votes
Tous les sondages

HypnoRooms

mnoandco, Hier à 07:42

Nouveaux sondages sur Cold Case, FBI Portés Disparus et A Discovery of Witches, pas besoin de connaître ces séries. A vos clics. Merci

ShanInXYZ, Hier à 15:09

1/4 de finale pour les 8 aspirants compagnons de Doctor Who, si ce n'est déjà fait, venez soutenir vos personnages préférés

mnoandco, Aujourd'hui à 07:01

Calendriers de fin d'année pour Cold Case, Blacklist, FBI Portés Disparus, A Discovery of Witches, pas besoin de connaître pour commenter

mnoandco, Aujourd'hui à 07:03

Et nouveaux sondages pour ces quartiers (sauf Blacklist), pas besoin de connaître non plus pour cliquer.

SeySey, Aujourd'hui à 10:10

Bonjour ! Jack attends vos suggestions de repas de Noel à proposer dans son bar de Virgin River Venez nombreux ^^

Viens chatter !