VOTE | 220 fans

Les répliques de la saison 5

Répliques VO Répliques VF

RED: Just bumped into a few old friends, just catching up.
LIZ: Are those sirens?
RED : ...Sorry, sweetheart. I need to get off.

(épisode 1)

RED: Je suis tombé sur des vieux copains, on s'est mis à la page.
LIZ: Ce sont des sirènes?
RED: ...Désolé, Trésor. Faut que j'y aille.

(épisode 1) 

LIZ: You’re living here.
RED: I make my bed where I lay my head.
LIZ: At the Terrace Vista Motor Lodge?

(épisode 1)

LIZ: Tu vis ici.
RED: Je vis là où ma tête se repose.
LIZ: Au motel Terrace Vista?

(épisode 1)

LIZ : ...And I need a case.
RED: Then I suppose I’ll need my pants.

(épisode 1) 

LIZ: ...Et j'ai besoin d'une affaire.
RED: Je vais avoir besoin de mon pantalon.

(épisode 1)

RED : And you’re a bail bondsman, which means you’re likely looking for a fugitive. I believe I can help.
LIZ: Are you asking for a job?
RED: Yes. Your biggest case. Who is it?

(épisode 1) 

RED: Et vous garant de cautions judiciaires, vous recherchez donc un fugitif. Je crois pouvoir vous aider.
LIZ: Tu lui demandes un job?
RED: Oui. Votre plus grosse affaire. Qui est-ce?

(épisode 1)

 RED: And as much as it pains me to hunt one of my own, it pains me more to admit I need the cash. So, a name.

(épisode 1)

RED: Bien que ça me blesse de chasser l'un des miens, ça me blesse davantage d'admettre que j'ai besoin d'argent. Alors, un nom.

(épisode 1)

 RED: I couldn’t sleep right if I took a penny over 50%. $40,000, and I’ll have Smokey to court on time. Elizabeth, you’ll need to pack a bag. We’re taking a road trip.
LIZ: “We”?
RED: Yes, please. I don’t have a car.

(épisode 1)

RED: Je dormirais mal si je gagnais plus de 50%. Pour 40000 mille, j'amène Smokey au tribunal à l'heure. Elizabeth, va faire ton sac. On part en voyage.
LIZ: On?
RED: Oui, s'il te plaît. Je n'ai pas de voiture.

(épisode 1)

RED: Perhaps you’re the one in need of some clarification. The Blacklist has value because it is based on the best possible intelligence– information that was not available yesterday and will be obsolete tomorrow. The criminal underworld is not static, Harold.
It consists of constantly shifting alliances and leadership which can only be discerned by a few key players. I was one of those players, and with your help, I intend to be one again. Because, like deep-fried butter, I am unhealthy and yet irresistible.

(épisode 1) 

RED: Il te faut peut-être une précision. La Liste Noire est précieuse car elle est basée sur les meilleurs renseignements possibles. Des informations qui n'étaient pas disponibles hier et seront obsolètes demain. Le milieu criminel n'est pas statique, Harold. C'est un changement constant d'alliances et de direction,uniquement visible pour quelques joueurs-clés. J'étais l'un de ces joueurs et avec ton aide, je prétends en redevenir un. Car, comme les beignets frits, je suis peu sain mais irrésistible.

(épisode 1)

 RED: They’re skinheads? What the hell do you mean, skinheads? Other than the fact that they happen to have skinheads?

(épisode 1)

RED: Les skinheads? Comment ça, les skinheads? Mis à part le fait que ce sont réellement des skinheads?

(épisode 1)

 RED: I feel alive. Zipping off in that car, bullets flying. What a thrill. And the driving. Dembe’s always driving. I should do more driving. I am sorry about your car, however.
LIZ: You can pretend to be loving this all you want, but I know the truth. The truth is you’re scared. Scared because you’ve lost everything and you don’t know how to get it back.

(épisode 1)

RED: Je me sens vivant. Filer dans cette voiture, les balles qui volent, quels frissons. Conduire. C'est toujours Dembe qui conduit. Je devrais conduire davantage. Mais je suis désolé pour ta voiture.
LIZ: Tu peux faire semblant d'aimer ça, mais je sais la vérité. La vérité, c'est que tu as peur. Tu as peur parce que tu as tout perdu et tu ignores comment tout récupérer.

(épisode 1)

 RED : I’m sorry, my dear, were you about to suggest something else?
LIZ : Don’t speak to me like I’m a child.

(épisode 1)

RED: Pardonne-moi, très chère, as-tu autre chose à proposer?
LIZ: Ne me traite pas comme une gosse.

(épisode 1)

RED: Now, that’s a nasty look that takes practice. You must have sisters.

(épisode 1) 

RED: Ce regard demande beaucoup d'entraînement. Vous devez avoir des soeurs.

(épisode 1)

 SMOKEY : To get out. I should’ve known all those years ago, but just like my daddy, I was a gambler. No way to avoid the family curse. It’s nature vs. nurture. And nature wins every time. Our DNA is what it is.

(épisode 1)

SMOKEY: Pour en sortir. J'aurais dû savoir, à ce moment-là, que comme mon père, j'étais accro au jeu. On n'échappe pas à une malédiction familiale. C'est l'inné contre l'acquis. Et l'inné gagne toujours. Notre ADN est immuable.

(épisode 1)

 RED : You weren’t willing to shoot an unarmed man in the back. I think that’s something to admire, not regret.

(épisode 1)

RED: Tu n'étais pas prête à tirer sur un homme désarmé. Ca mérite de l'admiration, pas des regrets.

(épisode1)

LIZ : There’s something you should know. You may be my father, and I am going to help you rebuild your empire, because it will enable us to catch criminals. But I’m not gonna lose sight of who I am in the process.
RED : Please don’t make me return the car. I’ve always secretly wanted a Wagoneer. It smells like Dad’s car. Like peanut shells, gasoline. Elizabeth, if it helps to salve the wound, we did bring a fugitive to justice.
(épisode 1) 

LIZ: Tu dois savoir une chose. Tu es peut-être mon père, et je t'aiderai à reconstruire ton empire, car ça nous permettra d'attraper des criminels. Mais je garderai en tête qui je suis quoi qu'il arrive.
RED: Ne m'oblige pas à rendre la voiture. J'ai toujours voulu une Wagoneer. Ca sent comme la voiture de Papa. Les cacahuètes et l'essence. Elizabeth, si ça te console, on a remis un fugitif à la justice.

(épisode 1)

 HAWKINS : Who are you?
RED: Your Fairy Godmother.

(épisode 1)

HAWKINS: Qui êtes-vous?
RED: Votre bonne fée.

(épisode1)

SMOKEY : Which– Which– Which conglomerate is that?
RED: Mine.
HAWKINS : You live in a motel.

(épisode 1) 

SMOKEY: C'est-C'est-C'est quel conglomérat ça?
RED: Le mien.
HAWKINS: Vous vivez dans un motel.

(épisode1)

LIZ : I was wrong. You’re not at all scared of the future.
RED : Oh, my gosh.
LIZ : You’re actually loving this.

(épisode 1)

LIZ: J'avais tort. L'avenir ne t'effraie pas.
RED: Oh, mon dieu.
LIZ: Tu adores ça.

(épisode 1)

RED : It's my boss. Now, that's a line I never expected to use.
(épisode1) 

RED: C'est mon patron. C'est une phrase que je n'aurais jamais pensé dire.

(épisode 1)

RED : So your brilliant criminal enterprise was founded on the concept that you steal money from the most ruthless, bassakwards group of racists you could possibly find?
SMOKEY : You're dragging me halfway across the country for 40 grand. That's a business plan?
(épisode1)

RED: Votre brillante entreprise criminelle a été fondé sur le concept de voler les groupes de racistes les plus impitoyablesqui font tout à l'envers?
SMOKEY : Vous me trainez dans tout le pays pour 40000. C'est une affaire?

(épisode 1)

RED : You want a Blacklister, I’m giving you one. Or are you here to play ColorKu? An absolutely infuriating game. Although, I do love the way it looks.

(épisode 2)

RED: Tu veux un Blacklister, je t'en donne un. Ou tu es là pour jouer à Colorku? C'est un jeu exaspérant. Même si j'adore son désign.

(épisode 2)

 RED : Who’s arguing? I need a ride, you’ve got a jet.

(épisode 2)

RED: Qui discute? J'ai besoin d'un véhicule, et toi tu as un jet.

(épisode 2)

RESSLER : All right. Look, don’t touch. Or bid.
RED : I know the rules, Donald.
RESSLER : Well, humor us and try to follow them.

(épisode 2) 

RESSLER: Très bien. On regarde avec les yeux. Ou on fait une offre.
RED: Je connais les règles, Donald.
RESSLER: Eh bien, faites-nous plaisir et essayer de les suivre.

(épisode 2)

LIZ : What are you doing?
RED : I can’t resist.
LIZ : Are you insane?
RED : Elizabeth, we’re at an auction. I have to bid on something.
LIZ : You don’t have any money.
RED : Harold does, and it’s important for me to keep up appearances. I can’t go around looking like a party pooper. $2.4 million. Anything under 3 for the bronze Lincoln penny is highway robbery. It’s a steal.

(épisode 2) 

LIZ: Que fais-tu?
RED: Je ne peux pas résister.
LIZ: Tu es malade?
RED: Elizabeth, c'est une vente aux enchères. Je dois le faire.
LIZ: Tu n'as pas d'argent.
RED: Harold en a. Et c'est important que je garde les apparences. Je ne peux pas errer comme un rabat-joie. Deux millions quatre cents. En dessous de trois pour la pièce de bronze de Lincoln serait du vol. C'est du vol.

(épisode 2)

 DEMBE : We should give thanks. All praise is due to Allah, who gave us food and drink, and whose wisdom may guide us toward a resolution of our conflict that doesn’t involve hospitalization.
CHO : This is how you’re gonna get me to tell you where to find Dennison?
DEMBE: I believe one gets more flies with honey than vinegar. I have also studied the Behavioral Change Stairway Model developed by the FBI’s hostage-negotiation unit. If the goal is to get one to tell something they don’t want to tell, empathy and rapport are vital.

(épisode 2)

DEMBE: On devrait dire merci. Tous les bienfaits se doivent à Allah, qui nous donne à manger et à boire et dont la sagesse nous guide vers une résolution de notre conflit qui n'implique pas l'hospitalisation.
CHO: C'est comme ça que vous comptez me faire dire où est Dennison?
DEMBE: On attrape plus de mouches avec du miel qu'avec du vinaigre. J'ai aussi étudié le modèle d'échelle du changement de comporterment développé par le département de négociation d'otages du FBI. Si le but est de pousser quelqu'un à dire quelque chose qu'il ne veut pas dire, l'empathie et le rapport sont vitaux.

(épisode 2)

 RED : If you’re struggling, you’re alive.

(épisode 2)

RED: Si on galère, on est vivant.

(épisode 2)

RED : Because I told Greyson Blaise I was throwing a party. I-I’m sorry, I’m just so confused, Harold. Do you not like parties?
COOPER: I’m trying to figure out why you promised Blaise he could see a painting you don’t own at a party you’re not throwing at a home on Lake Como which you don’t have.
RED : I had to say something.

(épisode 2) 

RED: Parce que j'ai dit à Greyson Blaise que j'organisais une fête. Je suis désolé, je suis vraiment perdu, Harold. Tu n'aimes pas les fêtes?
COOPER: J'essaye de comprendre pourquoi tu as promis à Blaise qu'il pourrait voir un tableau que tu n'as pas à une fête que tu n'organises pas dans une maison sur le lac de Côme que tu n'as pas.
RED: Je devrais dire quelque chose.

(épisode 2)

 RED : I only brought one suit. I had to borrow something from Paolo.
LIZ : What color is that, pumpkin? It looks like a pumpkin.
RED : His wife says it’s Tuscan Sunset.

(épisode 2)

RED: Je n'ai pris qu'un costume. J'ai dû emprunter quelque chose à Paolo.
LIZ: C'est quoi cette couleur, citrouille? Tu es une citrouille.
RED: Sa femme dit que c'est coucher de soleil.

(épisode 2)

 RED : ...If anyone shows up, the alert word is “pumpkin.” You, inside.

(épisode 2)

RED: ...Si quelqu'un débarque, le signal est " citrouille". Vous, dedans.

(épisode 2)

 GREYSON : Raymond. It seems like the rumors of your demise have been exaggerated.
RED : Fake news, curse of our times.

(épisode 2)

GREYSON: Raymond. Il semble que les rumeurs sur votre faillite étaient exagérées.
RED: Les intox, la malédiction de notre époque.

(épisode 2)

 RED : Penny for your thoughts.
LIZ : Why’d you do it?
RED : Why’d you let me? It wasn’t the wine.
LIZ : I’m scared of you. Now more than ever. Of who you are, because you might be who I am, too. I let you do it because it felt like the right thing to do. It wasn’t. But it certainly felt that way because–
RED : Because you’re my daughter?
LIZ : In more ways than I care to admit.

(épisode 2)

RED: Une pièce contre tes pensées.
LIZ: Pourquoi tu as fait ça?
RED: Pourquoi tu m'as laissé faire? Ce n'était pas à cause du vin.
LIZ: J'ai peur de toi. Maintenant plus que jamais. Peur de qui tu es, parce que c'est peut-être qui je suis, moi aussi.Je t'ai laissé faire car j'ai eu le sentiment que c'était le mieux. Ca n'était pas le cas. Mais j'ai vraiment ressenti ça, parce que.
RED: Parce que tu es ma fille?
LIZ: Plus que je ne veux l'admettre.

(épisode 2)

LIZ : It's amazing. How did you convince the owner to let you use it?
RED : I haven't, but I will. Sometimes being notorious has its perks.
(épisode 2)

LIZ: Elle est géniale. Comment as-tu convaincu le propriétaire de te la laisser?
RED: Je ne l'ai pas convaincu, mais je le ferai.
Parfois, être malfamé à ses avantages.

(épisode 2)

RED : I hope Harold is still in the office. Can you call him?
LIZ : And say what?
RED : That we need his checkbook. We're throwing a party.

(épisode 2)

RED: J'espère qu'Harold est encore au bureau. Tu l'appelles?
LIZ: Pour lui dire quoi?
RED: Qu'on a besoin de son carnet de chèque. On organise une fête.

(épisode 2)

HAROLD : The man knows people, criminals. He's plugged into a whole ecosystem of deviants. I have a hard time believing he's suddenly so compromised he can't be of help to us. No, he’s playing grab-ass by the pool between naps and happy hour.
(épisode 2) 

HAROLD: Il connaît des gens. Des criminels. Il est ancré dans tout un écosystème de déviants. J'ai du mal à croire qu'il soit en danger au point de ne pas pouvoir nous aider. Non, il joue à chat dans la piscine entre deux siestes et deux happy hour.

(épisode 2)

TOM : Tom.
PETE : Cool fake name. You a cop?

(épisode 3)

TOM: Tom.
PETE: Sympa,ce faux nom. T'es flic?

(épisode 3)

DEMBE : A shipment of guns? You have no guns.
RED : Or money to buy them.
DEMBE : Or a plane to deliver them in. This is impossible.
RED : No, Dembe – that periodontist from Tarkio? She was impossible. This is simply improbable.

(épisode 3) 

DEMBE: Une cargaison d'armes? Tu n'as aucune arme.
RED: Ni d'argent pour les acheter.
DEMBE: Ni d'avion pour les envoyer. C'est impossible.
RED: Non, Dembe-cette parodontiste de Tarkio? Elle, elle était impossible. Ca c'est simplement improbable.

(épisode 3)

RESSLER : Look, a friend of mine, uh– he did something, and instead of coming clean, he’s just digging himself a deeper hole.
LIZ : And he needs you to dig himself out?
RESSLER: Something like that.

(épisode 3) 

RESSLER: Ecoute, un ami à moi, uh-a fait quelque chose, et au lieu de tout arranger, il se met encore plus pétrin.
LIZ: Et il a besoin que tu l'en sortes?
RESSLER: Quelque chose comme ça.

(épisode 3)

 GLEN: Truth is, you look sort of blue sitting out there all alone in that stew of humanity. Made my heart squeeze.
RED : Your heart?
GLEN : I like pokin’ you in the nose and watching you bristle, but after all you been through – it don’t feel right. The thrill is gone.

(épisode 3)

GLEN: La vérité, c'est que tu avais l'air comme déprimé, là, seul dans ce ragoût d' humanité. Ca m'a brisé le coeur.
RED: Le coeur?
GLEN: J'aime te tapoter le nez et voir tes pools se hérisser, mais après tout ce que tu as vécu-je me sens mal. Ca ne m'emballe plus.

(épisode 3)

 GLEN : Hey! Who loves ya, baby?

(épisode 3)

GLEN: Hey! Qui aime son bébé?

( épisode 3)

SMOKEY : Oh, I got a place.
HEDDIE : Is that fact? Where?
SMOKEY : Why don’t you bend over and I’ll show you?

(épisode 3) 

SMOKEY: Oh, j'ai un endroit.
HEDDIE: C'est un fait? Où?
SMOKEY: Penche-toi, je te montre?

(épisode 3)

 SMOKEY : ... Chip-chop! Chip-chop-chip, folks! Show time in 20!
RED : My land! They don’t make men like that anymore, do they?
HEDDIE : Thank the Lord.

(épisode 3)

SMOKEY:...hop!hop!hop les gars! Le spectacle commence dans 20 minutes!
RED: Ma terre! Ils ne font plus d'hommes comme ça, si ?
HEDDIE: Dieu merci.

(épisode 3)

 RESSLER : Guy I was helping out – it belongs to him.
LIZ : Okay. Why are you driving it?
RESSLER : Turns out he killed a guy, stuck him in the trunk. I’m dumping the body for him.

(épisode 3)

RESSLER: Elle est au type que j'ai aidé.
LIZ: Ok. Pourquoi tu la conduis?
RESSLER: Il s'avère qu'il a tué un mec, il l'a mis dans le coffre. Je me débarasse du cadavre.

(épisode 3)

RESSLER : A Mongolian peasant gets brought into an office, where an important man offers him a million dollars on one condition that he press the red button on his desk. And he tells the poor man that if he presses the button, an old man in Mongolia drops dead. Now, he won’t tell him why, only that his death is good for the people. So he pushes the button, takes the money, and goes home. But he’s haunted by what he did. He can’t spend any of the money, and eventually, he commits suicide. A man recently told me that story. Said we all have a Mongolian peasant in our lives – something we’ve done that we’re ashamed of and that the minute someone finds out what that is, well, he can make you do anything. Say anything. Confess to anything. Either to cover it up or to atone.

(épisode 3) 

RESSLER: Un paysan Mongol est amené dans un bureau, où un homme important lui offre un million de dollars à une condition. Qu'il appuie sur le bouton rouge de son bureau. Il dit au pauvre homme que s'il le fait, un vieil homme de Mongolie mourra d'un coup. Il lui dit uniquement que sa mort est positive pour le peuple. Il appuie sur le bouton, prend l'argent et rentre chez lui. Mais ce qu'il a fait le hante. Il ne peut pas dépenser l'argent et un jour, il se suicide. Un homme m'a raconté cette histoire il y a peu. Il dit qu'on a tous un paysan Mongol dans notre vie, quelque chose qu'on a fait dont on a honte et dès que quelqu'un découvre ce que c'est...il peut vous faire faire n'importe quoi. Dire ou avouer n'importe quoi. Soit pour le couvrir, soit pour se racheter.

(épisode 3)

 TOM : ...And Liz will finally be rid of you.
RED: And here I was thinking she had finally made peace with me.
TOM : She had because she’s kind and decent and she sees the best in people – even when she’s being lied to.
RED : You’re certainly living proof of that.
TOM : I’m an open book compared to you. I know you swear you never lie to her, but I know better.
RED : Do you now?
TOM : Yeah. I do.

(épisode 3)

TOM: ...Et Liz sera enfin débarrassée de vous.
RED: Et moi qui pensais qu'elle avait enfin fait la paix avec moi.
TOM: C'était le cas parce qu'elle est gentille et décente, et elle voit le meilleur des gens. Même si on lui a menti.
RED: Vous en êtes la pauvre vivante, en effet.
TOM: Je suis un livre ouvert comparé à vous. Vous jurez ne jamais lui avoir menti, mais je sais.
RED: Ah oui?
TOM: Oui. Je sais.

(épisode 3)

 RED : Not just guns. A man needs to travel, and when traveling, I like to stretch out a little.

(épisode 3)

RED: Pas seulement des armes. Un homme doit voyager, et quand je voyage, j'aime m'étirer un peu.

(épisode 3)

RED : Tom, if I wanted to get rid of you, I’d put the bullet in your head myself. However, you are important to Elizabeth, so, like it or not, you’re important to me.

(épisode 3) 

RED: Tom, si je voulais me débarrasser de vous, je vous tirerais moi-même une balle dans le crâne. Vous êtes important pour Elizabeth, alors, que ça vous plaise ou non, vous êtes important pour moi.

(épisode 3)

 TOM : Yeah, for him, maybe. I- I was taken hostage, all right? He could’ve gotten me killed. I cannot believe that you are related to him. Because he’s a nutjob.
LIZ : Nutjob or not, he is my father. And I I appreciate you offering to help him.

(épisode 3)

TOM: Oui, peut-être, pour lui. J'ai été pris en otage? Il aurait pu me faire tuer. Je n'arrive pas à croire que vous soyez parents. Il est taré.
LIZ: Taré ou pas, c'est mon père. Et merci de lui avoir proposé ton aide.

(épisode 3)

RED : You know, Donald, before I turned myself in to the FBI, I held people like you in extremely low regard.
RESSLER : Right back at you.
RED : But I’ve found your determination to do the right thing, your genuine commitment to the thin blue line that separates order and innocence from the likes of me to be quite admirable.
RESSLER : Why are you telling me this?
RED : I want you to know you can count on me if you ever find yourself in as difficult position as Officer McGinnis has put himself in.
RESSLER : Never gonna happen.
RED : Nevertheless, my offer stands. For the day I hope will never come.

(épisode 3)

RED: Vous savez, Donald, avant de me rendre au FBI, j'avais très peu d'estime pour les gens comme vous.
RESSLER: Je vous retourne le compliment.
RED: Mais j'ai vu que vous êtes déterminé à faire ce qui est juste et que vous vous engagez sincérement sur la très fine limite qui sépare l'ordre et l'innocence, je vous trouve plutôt admirable à mon goût.
RESSLER: Pourquoi vous me dites ça?
RED: Pour que vous sachiez que vous pouvez compter sur moi. Si vous vous retrouvez un jour dans une situation difficile comme celle dans laquelle l'agent Mc Ginnis s'est mis.
RESSLER: Ca n'arrivera jamais.
RED: Quoi qu'il en soit, ma proposition tient toujours. Pour ce jour qui n'arrivera jamais, je l'espère.

(épisode 3)

DEMBE : She’s a nice plane, Raymond.
RED : No fuel and no pilot, but a plane of our own.
DEMBE : I like it out here. It’s peaceful.

(épisode 3) 

DEMBE: C'est un bel avion, Raymond.
RED: Sans essence et sans pilote, mais un avion à nous tout seuls.
DEMBE: Je me plais bien ici. C'est paisible.

(épisode 3)

RED : By the way, what's with the boots? You guys do a lot of riding?
( épisode 3)

RED: A propos, c'est quoi les bottes? Vous montez à cheval?

(épisode 3)

RESSLER : I know this isn't politically correct right now to say this, but cops don't kill people they protect them.
HAROLD: Most of them do. The ones that let anger and emotion, prejudice and carelessness affect their behavior are every good cop's worst nightmare.

(épisode 3)

RESSLER: Ce n'est peut-être pas politiquement correct, mais les flics ne tuent pas les gens, ils les protègent.
HAROLD: La plupart oui. Ceux qui laissent leur rage, leurs émotions influencer, affecter sans remords leur comportement sont le cauchemar de tout bon flic.

(épisode 3)

RED : ...What matters is that, when it comes to my security, I take extraordinary precautions. Tigger and Pooh violated those precautions at your direction...

(épisode 4)

RED: ...Ce qui importe, c'est qu'en ce qui concerne ma sécurité, je prends des précautions extraordinaires. Winnie l'ourson et Tigrou ont violé les précautions sous vos ordres...

(épisode 4)

HAROLD : I'm watching you Elizabeth.
(épisode 4)

HAROLD: Je garde un oeil sur vous, Elizabeth.

(épisode 4)

LIZ : Now what do you believe?
RED : That a sinner can also be a saint.
(épisode 4)

LIZ: Et maintenant que crois-tu?
RED: Qu'un pêcheur peut aussi être un saint.

(épisode 4)

RED : Is there a force in the universe more powerful than a mother's love for her child?
(épisode 4)

RED: Y a t-il une force dans l'univers plus puissante que l'amour d'une mère pour son enfant?

(épisode 4)

RED : A few thieves have been among the most honorable men I know.
(épisode 4)

RED: Je compte certains voleurs parmi les hommes les plus honorables que j'aie jamais connu.

(épisode 4)

DEMBE : Someone knows you're here.
RED: Goody. I was just starting to feel at home.
(épisode 4)

DEMBE: Quelqu'un sait qu'on est là.
RED: Dommage. Je commençais à peine à me sentir chez moi.

(épisode 4)

RED : When I was 17 and heading off to the Naval Academy, I sent the most extravagant love letter to Sarah Ellen Winstead. She never replied. To this day, I remain convinced that the post office failed to deliver it, and that if your colleagues had simply done their jobs, the entire arc of my life might have been different. I might have been thinner and living in Maine.
TONY : You do realize that harassing a federal employee is a felony, right?
RED : I’ll add it to the list.

(épisode 4)

RED: Quand j'avais 17 ans, j'étais en route vers l'école navale, j'ai envoyé une lettre d'amour extravagante à Sarah Ellen Winstead. Elle n'a jamais répondu. Aujourd'hui, je suis convaincu que le service de poste ne lui a jamais remise, et que si vos collègues avaient tout simplement fait leur boulot, le cours de ma vie entière aurait été différent. Je serais peut-être plus mince et je vivrais dans le Maine.
TONY: Vous avez conscience qu'harceler un fonctionnaire est un crime?
RED: Je l'ajoute à la liste.

(épisode 4)

DR MELISSA LOMEH: Mm. Raymond. How’s your ass?
RED : Tight as a drum, thanks to you. We were camping in the altogether under the most delightful autumn moon in the Forest of Dean when a wild pig  came out of nowhere and gored my left flank, so to speak. And Melissa here not only slew the beast and salved my wound with a honey of–
MELISSA : Yarrow.
RED : –yarrow compress, but also made the most scrumptious pork pie in the monarchy.
(épisode 4)

DR MELISSA LOMEH: Mm. Raymond. Comment va ton cul?
RED: Il est dur comme fer, grâce à toi. On campait complètement nus sous une délicieuse lune d'automne dans la forêt de Dean quand un marcassin est sorti de nulle part et m'a encorné le flanc gauche. Mélissa a non seulement fait pivoter la bête et calmé ma blessure avec du miel et
MELISSA: De la millefeuille.
RED: De la millefeuille, elle a aussi fait la tourte de porc la plus délicieuse de la monarchie.

(épisode 4)

LIZ : We’re sorry for pulling you into this.
NIK : No, you’re not.
LIZ : Okay, no. I’m not. If it means saving Ethan’s life.
NIK : You’re not sorry– you’re in this world... his world.

(épisode 4)

LIZ: On est désolé de t'avoir mêlé à ça.
NIK: C'est faux.
LIZ: Ok, c'est faux. Si ça veut dire qu'on sauve la vie d'Ethan.
NIK: Tu n'es pas désolé-tu fais partie de ce monde...son monde.

(épisode 4)

NIRAH : Strange I always knew a golden blood would have to die to save his life but I just never imagined it would be me.

(épisode 4)

NIRAH: Etrange, j'ai toujours su qu'un sang en or devrait mourir pour le sauver mais je n'avais juste jamais imaginé que ce serait moi.

(épisode 4)

LIZ : Nirah sacrifices herself to save her son, and then what? There has to be an ulterior motive otherwise, why bother?
RED : I had no veiled intent in giving you this case, just a sincere desire to stop a criminal I believed to be truly reprehensible.
LIZ : Now what do you believe?
RED : That a sinner can also be a saint.
LIZ : Are we still talking about Nirah?
RED : Given the same circumstances, I’d like to think I’d be as brave as her. I know I’d want to be.

(épisode 4)

LIZ: Nirah se sacrifie pour sauver son fils, et puis quoi? Elle devait avoir d'autres raisons. Ou pourquoi se donner cette peine?
RED: Je n'avais aucune intention de te donner cette affaire, simplement un désir sincère d'arrêter une criminelle que je croyais réellement répréhensible.
LIZ: Et maintenant que crois-tu?
RED: Qu'un pêcheur peut aussi être un saint.
LIZ: On parle toujours de Nirah?
RED: Dans les mêmes circonstances, j'aime à penser que je serais aussi brave qu'elle. Je sais que je voudrais l'être.

(épisode 4)

 RED : I’m in your debt.
NIK : Can I collect on it now?
RED : Name your price.
NIK : Never call me again – either of you.
LIZ : Nik – you don’t mean that.
NIK : He’s the country’s most-wanted criminal.
LIZ : He’s my father.
NIK : Which excuses nothing.
(épisode 4)

RED: Je vous en dois une.
NIK: Je peux vous le demander maintenant?RED: Dites-moi tout.
NIK: Ne m'appelez plus jamais-Ni l'un ni l'autre.
LIZ: Nik-tu le penses pas.
NIK: C'est le criminel le plus recherché du pays.
LIZ: C'est mon père.
NIK: Ca n'excuse rien.

(épisode 4)

LIZ : A criminal died to save the life of a child. I’m okay with that.
COOPER: Who cares if you’re okay with it? You don’t get to decide who lives and who dies. Neither does Reddington. This was his idea, wasn’t it?
LIZ : Yes, and I agreed with him.

(épisode 4)

LIZ: Une criminelle est morte pour sauver un enfant. Ca me convient.
COOPER: Qu'est-ce que ça peut faire? Ce n'est pas à vous de décider qui vit et qui meurt. Pareil pour Reddington. C'était son idée, non?
LIZ: Oui, et j'étais d'accord.

(épisode 4)

HEDDIE HAWKINS : Did you hear that? I just dropped an egg.

(épisode 5)

HEDDIE HAWKINS: Vous avez entendu? Je viens de lâcher un oeuf.

(épisode 5)

TOM : It’s not a lie just…delayed honesty.

(épisode 5) 

 TOM: Ce n'est pas un mensonge...c'est de l'honnêteté retardée.

(épisode 5)

 RED : Bring the dog, leave the poop.

(épisode 5)

RED: Prenez le chien, laissez la crotte.

(épisode 5)

HEDDIE : A lot of dander, saliva, and urine, all of which I’m allergic to. So maybe if there’s a point here, you might want to make it before I start to wheeze like a chinchilla.

(épisode 5) 

HEDDIE: Beaucoup de pellicules, de salive, et d'urine, et je suis allergique à tout ça. Alors s'il y a un intérêt, vous pourriez m'expliquer avant que je renifle comme un chinchilla.

(épisode 5)

 HEDDIE : I just did. And my hand to God, if I found you a little bit more attractive, I would birth you a litter. I mean, like, seven pups – Boom! Right here on the floor.

(épisode 5)

HEDDIE: Je viens de le faire. Et bon sang, si je vous trouvais un peu plus attirant, je vous ferais une portée. Sept petits, boum, là par terre.

(épisode 5)

RED : Yes, yes, yes, yes. Giving me this evidence is vital and much appreciated.
LOU : Giving?

(épisode 5) 

RED: Oui,oui,oui,oui. Me donner ces preuves est vital et très apprécié.
LOU: Donner?

(épisode 5)

 LIZ : I’m surprised to see you here.
RED : Nik Korpal saved my life, brought Agnes into this world. I came to pay my respects.

(épisode 5)

LIZ: Je suis surprise de vous voir.
RED: Nik Korpal m'a sauvé la vie, il a apporté Agnès à ce monde. Je suis venu rendre hommage.

(épisode 5)

 LIZ : We’ve lost so many friends. I don’t know if I can lose any more without just crawling into a fetal position or becoming a stark, raving vigilante.
TOM : Listen, Reddington’s a vigilante.All right? And I’m pretty sure there’s a one per family rule.

(épisode 5)

LIZ: On a perdu tant d'amis. Je ne sais pas si je supporterais d'en perdre d'autres sans tomber en position foetale ou devenir une justicière sauvage.
TOM: Ecoute, Reddington est un justicier. D'accord? Et je suis sûr qu'il n'en faut qu'un par famille.

(épisode 5)

HEDDIE : Yeah, it’s got to go, and the allergies with it. This, my space, it’s a critter-free zone.
FIONA : It’s a critter cabin.
HEDDIE : Yeah, not in here it’s not.

(épisode 5) 

HEDDIE: Oui, il dégage, et les allergènes aussi. Ca, mon espace, n'a pas de bestiole.
FIONA: C'est pour les animaux.
HEDDIE: Oui, pas ici, non.

( épisode 5)

HEDDIE HAWKINS : Are you African? Because you're a frikkin' babe.

(épisode 5)

 HEDDIE HAWKINS: Vous êtes Africain? Parce que vous êtes canon.

( épisode 5) 

 RED : Can you handle that?
HEDDIE (to Dembe): Ah. I can handle whatever you’ve got.

(épisode 5)

RED: Vous arriverez à le gérer?
HEDDIE( à Dembe): Ah. Je peux tout gérer.

( épisode 5)

RED : Wonder what can of worms we’re opening now.

(épisode 5) 

 RED: Je me demande dans quel pétrin, on se met là.

( épisode 5)

RED : So many people find cemeteries to be a reminder of loss. I find them to be a fervent reminder to seize the day.

(épisode 5) 

 RED: Les cimetières rappellent la perte à tant de gens. Ils me rappellent de profiter de chaque jour.

( épisode 5)

HEDDIE (to Red) : I just did. And my hand to God, if I found you a little bit more attractive, I would birth you a litter. I mean, like, seven pups – Boom! Right here on the floor

(épisode 5) 

HEDDIE (à RED): Je viens de le faire. Et bon sang, si je vous trouvais un peu plus attirant, je vous ferais une portée. Sept petits, boum, là par terre.

(épisode 5)

 
RED : You may be black, Harold, but you carry a badge. Like it or not, that means you're a made man. Your justice system will protect you, just like it protected that cop who killed Isaiah's father.
(épisode 6)

RED: Tu es peut-être noir, Harold, mais tu portes un badge. Que ça te plaise ou non, tu es un homme droit. Ton système judiciaire te protégera tout comme il a protégé le flic qui a assassiné le père d'Isaiah.

( épisode 6)

HAROLD : I told you I didn't need help.
RED : We couldn't resist.
(épisode 6)

HAROLD: Je t'ai dit que je m'en chargeais.
RED: On n'a pas pu résister.

( épisode 6)

TOM : Secrets put people in harm's way.
(épisode 6) 

TOM: Les secrets mettent les gens en danger.

( épisode 6)

 CALVIN : Early is on time, on time is late, and late is unacceptable.
(épisode 6)

CALVIN: Etre à l'heure, c'est être en retard, et le retard est inacceptable.

( épisode 6)

LIZ : And here I thought all old, rich, white men were good at golf.
RED : Maybe it’s my putter. Mitchell Dunning of Dupont Circle is about to be assassinated.

(épisode 6) 

LIZ: Moi qui pensais que les blancs, riches, étaient bons au golf. 
RED: C'est peut-être mon putter. Mitchell Dunning du Dupont Circle est sur le point de se faire tuer.

(épisode 6)

 RED : You asked Nik to identify the bones, and he was killed for his trouble by someone who knows their identity and, therefore, their value. That killer is likely searching for a way to contact me since, knowing their value, he knows they are most valuable to me. I will allow myself to be found, recover the suitcase, eliminate the man for his troubles, and rebury the body in a place where it will be lost to the sands of time, as originally intended.
TOM: Whatever secret you’re hiding from Liz – it’ll come out. Family secrets always do.
(épisode 6)

RED: Vous avez demandé à Nik d'identifier ces os et il a été tué pour ça par quelqu'un qui connaît leur identité et donc leur valeur. Ce tueur cherche sûrement un moyen de me contacter, puisqu'il connaît leur valeur, et sait donc qu'ils me sont chers. Je vais me laisser trouver, récupérer la valise, éliminer l'homme pour me venger et enterrer à nouveau la dépouille quelque part où elle sera perdue dans les sables du temps comme je le souhaitais au départ.
TOM: Quelque soit ce que vous cachez à Liz, ça se saura. En famille, tout se sait.

( épisode 6) 

 RED : Yes. You’re going to need backup.
COOPER : To check some punk?
RED : Sounds like a delightful way to spend an afternoon. We can play “Celebrity” on the way.
COOPER: I appreciate the name. And the offer.
RED : I must warn you – I know all the absurdists. I kill with Camus.
COOPER : Camus is not a celebrity.
RED : He is to me.
COOPER: Thank you for this. But I’ll take it from here.
(épisode 6)

RED: Oui. Il va te falloir des renforts.
COOPER: Pour interroger des punks?
RED: Une agréable façon de passer l'après-midi. On peut jouer "au petit bac" sur la route.
COOPER: Merci pour le nom.Et ta proposition.
RED: Je t'avertis, je suis incollable sur les écrivains. Je gagne toujours avec Camus.
COOPER: Camus n'est pas célèbre.
RED: Il l'est pour moi.
COOPER: Merci. Mais je m'en charge.

( épisode 6)

RED : You just missed the ride of a lifetime.

(épisode 6) 

RED: Vous venez de rater le trip de votre vie.

( épisode 6)

RED : My observation is that you came to this party with an unregistered handgun.
My advice would be – as Isaiah’s father got six bullets, I’d give Zeke Wilson 12, order a rib eye, raise a glass of Château Latour, and toast to a job well done.
COOPER : Sounds like a plan.
RED : Yes – if I were going in there. But I’m not. You’re taking it from here, Harold. And while your system won’t hold you to account for whatever you choose to do, your conscience will. Though, on the off chance that I’ve overestimated your tendency toward self-restraint, Dembe will be there to watch your back.

(épisode 6) 

RED: Mon observation est que tu es venu à cette fête avec une arme à feu non enregistrée. Mon conseil serait 6 balles pour le père d'Isaiah, donnons-en 12 à Zeke Wilson, commandons un faux-filet, levons un verre de Château Latour, et trinquons à un travail bien éxécuté.
COOPER: Ca me paraît super.
RED: Oui-si j'allais entrer là-dedans. Mais je n'irai pas. Tu t'en chargeras seul, Harold. Et ton système judiciaire ne t'en voudra peut-être pas pour quoi que tu choississes de faire, mais ta conscience te torturera. Mais, simplement au cas où je surestime tes capacités de contrôle de toi-même, Dembe t'accompagnera pour te couvrir.

( épisode 6)

 ELEANOR : You’re a mother?
LIZ : Yes.
ELEANOR : Oh, good. Then you’ll understand this.
(épisode 6)

ELEANOR: Vous êtes mère?
LIZ: Oui.
ELEANOR: Bien. Alors vous comprendrez ça.

( épisode 6)

COOPER : A cop who knows what you’re going through. My father marched for Dr. King. He was attacked by police dogs in Birmingham, was beaten on Bloody Sunday. For his troubles, the Bureau opened up a secret file on him, called him a radical, enemy of the state. He was my hero, and the organization I’ve devoted my life to did everything in its power to destroy him. But that’s why I devoted my life to it – to make sure that the Bureau never did to another black man what it did to my old man.

(épisode 6) 

COOPER: Un flic qui sait ce que tu vis. Mon père a marché aux côtés du Dr king. Il s'est fait attaquer par la police à Birmingham, il s'est fait tabasser le jour de Bloody Sunday. Le bureau a ouvert un dossier secret sur lui pour ça. Ils le disaient radical, un ennemi public. C'était mon héros. L'organissation à laquelle j'ai consacré ma vie a tout fait pour le détruire. Mais c'est pour ça que je lui consacre ma vie-pour m'assurer que le bureau ne fait à aucun autre noir ce qu'il a fait à mon père .

( épisode 6)

 RED : I feel like you’re a natural golfer, and I’m just not.
DEMBE
: You’re naturally good at many things.
RED : Like what?... Like what?
DEMBE: ...You’re good company.
RED : Well, that doesn’t count!

DEMBE : I’ll think of something.
RED : You know what? Never mind.

(épisode 6)

RED: Je dirais que le golf est inné, chez toi. Chez moi, non.
DEMBE: Tu es doué pour plein de choses.
RED: Comme quoi?...Comme quoi?
DEMBE:...Tu es de bonne compagnie.
RED: Ca ne compte pas!
DEMBE: Je trouverai quelque chose.
RED: Tu sais quoi? Laisse tomber.

( épisode 6)

JUSTICE OF PEACE: That’s it. I now pronounce you husband and wife.

(épisode 6) 

JUSTICE OF PEACE:  Voilà. Je vous déclare mari et femme.

( épisode 6)

ARAM : We'll stay in touch via this device I can embed in your rear molar. It works like a microphone, allows me to pick-up your voice.
DEMBE : And I can hear you because the same transmitter allows the sound of your voice to travel up the jaw bone and into my inner ear.
ARAM : Yeah, that's right. How'd you know that?
DEMBE : Khan Academy. I took their course in electrical engineering.
ARAM : Don't you also speak like five languages?
DEMBE : Eight.
ARAM : Other than the fact that you sometimes have to kill people for a living, you’re my roll model.

(épisode 7)

ARAM: On sera en contact via cet appareil que j'incruste dans votre molaire. Il marche comme un microphone et me permet d'entendre votre voix.
DEMBE: Et je peux vous entendre puisque le même émetteur permet au son de votre voix de traverser ma mâchoire et mon oreille interne.
ARAM: Oui, c'est ça. Comment le saviez-vous?
DEMBE: Khan Academy. J'y ai suivi des cours d'ingénierie électrique.
ARAM: Et vous parlez 5 langues?
DEMBE: Huit.
ARAM: Mis à part le fait que vous deviez parfois tuer des gens pour vivre, vous êtes comme mon modèle.

( épisode 7)

 DEMBE : People are dying.
RED : Which is why you mustn’t go.
DEMBE : Or why I must. I know what it feels like to be seen as less than human, a thing transported for money. You saved me from that, which is why I know you’ll want me to try and save others.

(épisode 7)

DEMBE: Des gens meurent.
RED: C'est pour ça que tu restes.
DEMBE: C'est pour ça que je dois y aller. Je sais ce que c'est d'être vu comme un moins que rien. Une chose qu'on transporte pour de l'argent. Tu m'as sauvé de ça, alors je sais que tu veux que j'essaye d'en sauver d'autres.

( épisode 7)

 RED : You ever wonder why Dembe stays with me why anyone so decent would spend his days at the side of someone so indecent?
LIZ : You saved him. He owes you his life. He protects you because you protected him.
RED : No, Elizabeth. Dembe didn’t stay with me because he saw me as his savior. He stayed with me because he saw me for the man I really was – a man surrounded by darkness. No friends who could be trusted, no faith that loyalty or love could ever truly exist. I was– Well, I was younger then. Angrier. Dembe connected his life with mine to show me, that day and every day, that the world is not what I fear it to be. He is the light in the darkness. Living proof that there is another way, that life can be good, that people can be kind, that a man like me might one day dream of becoming a man like him. He pledged his life, offered it up as evidence that I was wrong about this world. Dembe guards my life because he’s determined to save my soul.

(épisode 7)

RED: Tu te demandes pourquoi Dembe rest avec moi? Pourquoi quelqu'un de si décent passerait ses jours aux côtés de quelqu'un de si indécent que moi?
LIZ: Tu l'as sauvé. Il te doit la vie. Il te protège parce que tu l'as protégé.
RED: Non Elizabeth. Dembe n'est pas resté parce qu'il me voit comme son sauveur. Il est resté parce qu'il a vu l'homme que j'étais vraiment-un homme entouré d'obscurité. Sans ami à qui faire confiance, sans croyance que la loyauté ou l'amour existent réellement. J'étais...J'étais plus jeune à l'époque. Plus furieux. Dembe a lié sa vie à la mienne pour me montrer, ce jour-là et tous les jours, que le monde n'est pas effrayant. C'est la lumière dans l'obscurité, la preuve vivante qu'il y a un autre moyen de vivre. Que la vie peut-être bonne, que les gens peuvent être gentils, qu'un homme comme moi rêvera un jour de devenir un homme comme lui. Il s'est engagé à donner sa vie, l'a offerte en sacrifice comme preuve que j'avais tort à propos de ce monde. Dembe protège ma vie parce qu'il est déterminé à sauver mon âme.

( épisode 7)

 RED : Tom and I have had our differences, but I believe he wants what’s best for you.. and Agnes. Congratulations, Elizabeth.

(épisode 7)

RED: Tom et moi avons eu nos différends, mais je crois qu'il veut le meilleur pour toi...et pour Agnès. Félicitations, Elizabeth.

( épisode 7)

 DEMBE : If something goes wrong–
RED : It won’t.
DEMBE : If it does–
RED : I’ll look after your family.
DEMBE : I know you will. But my concern is, who will look after you?

(épisode 7)

DEMBE: Si quelque chose tourne mal.
RED: Ca n'arrive pas.
DEMBE: Si ça arrive...
RED: Je prendrais soin de ta famille.
DEMBE: Je sais que tu le feras. Ce qui m'inquiète, c'est qui prendra soin de toi ?

( épisode 7)

 IAN GARVEY : ...When you consider all the people on the planet who would be interested in the contents of that case and you multiply that number by an even greater number of unspeakable things those people would do to get it, how the hell could it end up in the hands of a little pissant like you?TOM : Maybe because I’m not the pissant you think I am.

(épisode 7)

IAN GARVEY: ...Quand on pense à tous les gens de la planète qui seraient intéressés par le contenu de cette valise, si l'on multiplie ce chiffre par le nombre, encore plus grand, des choses atroces que ces gens feraient pour l'obtenir...comment a-t-elle pu terminer dans les mains d'une merde comme toi?
TOM: Peut-être que je ne suis pas la merde que vous pensez.

( épisode 7)

IAN GARVEY : Did I wake you? I’ll make this simple. I have the suitcase. And because I have the suitcase, I need to speak with Raymond Reddington. So here’s my offer. The person who puts me in contact with him first will live. I can’t guarantee the quality of your life, but breathing is part of the package. The other two will die. Thoughts? Questions?

(épisode 7)

IAN GARVEY: Je t'ai réveillé? Je vais faire simple. J'ai la valise. Et parce que j'ai la valise, je dois parler à Raymond Reddington. Alors, voici mon offre. La personne qui me met en contact avec lui en premier restera en vie. Je peux pas vous garantir votre qualité de vie, mais vous pourrez au moins respirer. Les deux autres mourront. Des idées? Des questions?

(épisode 7)

RED : I thought I'd lost you.
DEMBE: Not yet, old friend.
RED : The world can be an unsparingly savage place, one could be forgiven for believing that evil will triumph in the end.
DEMBE: Those who believe so are wrong.
RED : If you’d died today, like that, it would be all the proof I needed that you are the one who is wrong.
DEMBE : And here I am.
RED : And here you are.

(épisode 7)

RED: J'ai cru que je t'avais perdu.
DEMBE: Pas encore, mon vieil ami.
RED: Le monde peut être un endroit si sauvage et peu plaisant qu'on pourrait pardonner à ceux qui croient que le mal l'emportera.
DEMBE: Ceux qui le croient ont tort.
RED: Si tu étais mort aujourd'hui, ça aurait été la preuve que c'est toi qui as tort.
DEMBE: Mais je suis là.
RED: Mais tu es là.

(épisode 7)

RED : Please spare me your regret.
TOM : Ah. I only did it, because you lied.

(épisode 8)

RED: Epargnez-moi vos remords.
TOM: Ah. J'ai fait ça, uniquement parce que vous avez menti.

(épisode 8)

RED : This is a secret, not a lie.
TOM : A secret you’ve been keeping from Liz, like you always do. Like you have from the very beginning.

(épisode 8) 

RED: C'est un secret, pas un mensonge.
TOM: Un secret que vous cachez à Liz, comme toujours. Comme vous le faites depuis le début.

(épisode 8)

 RED : You’ve always seen my relationship with Elizabeth as a zero-sum game. You think what’s good for me is bad for her and what’s good for her is bad for me.

(épisode 8)

RED: Vous avez toujours vu ma relation avec Elizabeth comme un jeu à somme nulle. Vous pensez que ce qui est bon pour moi est mauvais pour elle, et que ce qui est bon pour elle est mauvais pour moi.

(épisode 8)

 TOM : Ah, admit it, ­you’re kind of enjoying this.
RED : It would’ve been so much easier if the bullet had hit you just another foot to the northeast.
(épisode 8)

TOM: Ah, admettez-le, ça vous fait plaisir.
RED: Ca aurait été plus simple si la balle vous avait touché un plus au nord-est.

(épisode 8)

TOM : Yeah, well, I fell in love.
RED : That’s no excuse.
TOM : I wasn’t making one.

(épisode 8) 

TOM: Oui, je suis amoureux.
RED: Ce n'est pas une excuse.
TOM: Je n'en cherchais pas une.

(épisode 8)

 TOM : Wait a minute. You were at our wedding?
RED : She was incandescent. I’d come out of the mountains, blinded by rage, flown 2300 miles, absolutely certain that you must die. And then – I saw Elizabeth. I’m a violent man, a terrible, powerful, violent man. But the way she looked at you, the way she loves you – I’m powerless against that.

(épisode 8)

TOM: Attendez une minute. Vous étiez à notre mariage?
RED: Elle était incandescente. Je suis sorti des montagnes, fou de rage, j'ai fait 3700 km en étant sûr que vous deviez mourir et puis...J'ai vu Elizabeth. Je suis un homme violent, terrible, puissant et violent. Mais la façon dont elle vous regardait, la façon dont elle vous aime-Je ne peux rien contre ça.

(épisode 8)

 RED : You make her happy.
(épisode 8)

RED: Vous la rendez heureuse.

(épisode 8)

 RED : What? You’re always telling me to make peace. I made peace.
DEMBE : You’re still lying to him and to Elizabeth. Until you stop lying, there will be no peace.
(épisode 8)

RED: Quoi? Tu m'as toujours dit de faire la paix. Je l'ai fait.
DEMBE: Tu continues à lui mentir à Elizabeth aussi. Tant que tu mentiras, il n'y aura pas de paix.

(épisode 8)

 TOM: You know I can’t do that.
RED : And why is that?
TOM : Because I know the truth. I know everything. And now Liz is gonna know, too.
(épisode 8)

TOM: Tu sais que je ne peux pas.
RED: Et pourquoi donc?
TOM: Parce que je connais la vérité. Je sais tout, et Liz va le savoir aussi.

(épisode 8)

TOM : This whole father-in-law hates his son-in-law thing is cliche.
(épisode 8)

TOM: Toute cette histoire de beau-père qui déteste son beau-fils, c'est cliché.

(épisode 8)

RED : Put it back.
TOM : You can trust me.
RED : No, I can't.
(épisode 8)

RED: Reposez-le.
TOM: Faites-moi confiance.
RED: Jamais.

(épisode 8)

RED : I warned you about this damn suitcase. Now, look at you.
(épisode 8)

RED: Je vous avais prévenu pour cette foutue valise. Et, voilà.

(épisode 8)

 DEMBE : You haven’t asked my opinion.
RED : No, I haven’t.
DEMBE : Why can’t you be honest with her?
RED : I don’t know... I don’t know.
DEMBE : Even after everything that’s happened? All that’s been lost?
RED : How far until the damn house?
(épisode 8)

DEMBE: Tu ne veux pas avoir mon avis.
RED: Non.
DEMBE: Pourquoi ne pas être honnête envers elle?
RED: Je ne sais pas...Je ne sais pas.
DEMBE: Même après tout ce qui est arrivé? Tout ce que tu as perdu?
RED: Elle est encore loin cette maison?

(épisode 8)

 TOM : Hey. You are so beautiful. You’re the most beautiful.
(épisode 8)

TOM: Hey. Tu es si belle. Tu es la plus belle.

(épisode 8)

 LIZ : Promise me.Promise ... tell Agnes about me.
TOM : I don’t have to. Look at me... Liz, stay with me, babe, please...Liz? Please, you have to make it. I can’t live without you... Liz?.. Please, God, stay.
(épisode 8)

LIZ: Promets-moi. Promets...Parle de moi à Agnès.
TOM: Je n'aurai pas à le faire. Regarde-moi...Liz, reste avec moi, chérie, je t'en prie...Liz? Je t'en prie,redis-le. S'il te plaît... reste avec moi...Liz?...Je t'en prie.

(épisode 8)

RED : Elizabeth. It’s been nearly a year. Ten months.

(épisode 8)

RED: Elizabeth. Ca fait presque un an. Dix mois.

(épisode 8)

RED : Tom is dead.

(épisode 8)

RED: Tom est mort.

(épisode 8)

RED : I think you're running away from your problems when you should be facing them.I’m sure it feels like you’re staring into an abyss, but until you mourn, you won’t be able to cross it.
LIZ: What’s so great about crossing it? What’s on the other side? Peace? Tranquility?
RED : Some.
LIZ : I prefer revenge.
RED: That’s what I’m afraid of.
LIZ : Really? ‘Cause imagining what I’m gonna do to Tom’s killers it’s the only thing that gets me out of bed in the morning.
RED: Don’t just go off and hide in the dark. Wherever you go, look for some light.

(épisode 9)

 RED: Je pense que tu fuis tes problèmes quand tu devrais les affronter. Je suis sûr que c'est comme si vous regardez au fond d'un abysse, mais sans faire votre deuil, vous ne pourrez pas le franchir.
LIZ: Qu'y a-t-il de si bien à le franchir? Qu'y a-t-il de l'autre côté? La paix? La tranquillité?RED: Un peu.
LIZ: Je préfère la vengeance.
RED: C'est ce que je crains.
LIZ: Vraiment? Car imagine ce que je vais faire aux assassins de Tom...C'est la seule chose qui me fait sortir du lit le matin.
RED: Ne partez pas vous cachez dans le noir. Où que vous alliez, cherchez la lumière.

(épisode 9)

RED: I think we’ve done enough.
LIZ : What you’ve done ... What you’ve made it possible for the Task Force to do .You know, I’ve never thanked you for that. Why you do it, what you get out of it at the end of the day, it doesn’t matter. But I need you to promise me you’re gonna keep doing it.
RED: I promise.

(épisode 9)

RED: Je pense qu'on en a assez fait.
LIZ: Ce que vous avez fait...Ce que vous avez rendu possible à l'équipe de faire. Vous savez, je ne vous en ai jamais remercié. Pourquoi vous le faites, ce que vous en retirez...à la fin du jour, ça ne compte pas. Mais j'ai besoin que vous me promettiez de continuer à faire ça.
RED: Je promets.

(épisode 9)

RED : Don’t just go off and hide in the dark. Wherever you go, look for some light

(épisode 9) 


RED:Ne partez pas vous cachez dans le noir. Où que vous alliez, cherchez la lumière.

(épisode 9)

LIZ : What’s that, Billy? Billy, you okay? That’s a stupid question. You’re not okay because my name’s not Grace. It’s Elizabeth. You wanted to know about my past? I was an FBI agent. A profiler. And I smelled you out the minute you walked in my door.

(épisode 9) 

LIZ: C'est quoi ça, Billy? Billy, ça va? C'est une question stupide. Ca ne va pas parce que mon nom n'est pas Grace. C'est Elizabeth. Vous voulez connaître mon passé? J'étais un agent du FBI. Un profiler. Et je vous ai flairé à la minute où vous avez franchi ma porte.

(épisode 9)

 LIZ : That’s why I froze broken glass into those ice cubes you love to chew. So now every time you breathe, you’re inhaling those little shards deeper into your throat and lungs.

(épisode 9)

 LIZ: C'est pourquoi j'ai congelé du verre brisé en ces glaçons que vous aimez mastiquer. Ainsi à chaque fois que vous respirez, vous inhalez ces petits tessons plus profondément dans votre gorge et vos poumons.

(épisode 9)

LIZ : No, Bill. For the first time, I’m feeling pretty alive. So if you want to come for me, you better come ready for a fight, because you know what the four of you against me in the woods is gonna be? Practice.

(épisode 9) 

LIZ: Non, Bill. Pour la première fois, je me sens plutôt vivante. Donc si vous venez me chercher, vous devriez vous préparer à vous battre, car vous savez ce que vous quatre contre moi dans les bois sera? Un entraînement.

(épisode 9)

LIZ : Who’s running? I told you I’m here to fight.

(épisode 9) 

 LIZ: Qui s'enfuit? Je vous ai dit que j'étais là pour me battre.

(épisode 9)

 EARLY : A ghost. Life’s full of ’em.

(épisode 9)

EARLY: Un fantôme. La vie en est pleine.

(épisode 9)

RED: You look strong.
LIZ : I’m healed. I want to thank you.
RED : What for?
LIZ : For honoring your promise. I know it wasn't easy for you.
RED : It was what you wanted.
LIZ : I also want to apologize.
RED : Why?
LIZ : I couldn't honor mine.
RED : I know.

(épisode 9)

RED: Vous avez l'air...forte.
LIZ: Je suis guérie.
RED: Pourquoi?
LIZ: Pour avoir honoré votre promesse. Je sais que ce n'était pas facile pour vous.
RED: C'est ce que vous vouliez.
LIZ: Je veux aussi m'excuser.
RED: Pourquoi?
LIZ: Je ne peux pas honorer la mienne.
RED: Je connais.

(épisode 9)

LIZ : Can you forgive me ?
RED : Yes...Will you able to forgive yourself ?

(épisode 9)

LIZ: Pouvez-vous me pardonner?
RED: Oui...Pourrez-vous vous pardonner vous-même?

(épisode 9)

LIZ : It’s good to be seen. How are you? How’s Aram? How are you and Aram?
SAMAR : Boring. Blissful. Domestic

(épisode 10)

LIZ: Moi aussi. Comment vas-tu? Comment  va Aram? Et vous deux?
SAMAR: Bonheur. Domestique. Ennuyeux.

(épisode 9)

 RED : Oh, my God! I’ve missed your tightly wound officiousness all clenched and pink and puckered. Perhaps this will loosen your stool. It’s true I had a setback. But I’m flush now, and my assets are seeking shelter from the storm.

(épisode 10)

RED: Oh, mon Dieu! Votre obséquiosité et votre étroitesse m'ont manqué. Voilà qui va vous relâcher. C'est vrai, j'ai eu des revers. Mais maintenant je suis à flots et mes biens cherchent refuge.

(épisode 10) 

RESSLER : I never thanked you for what you did after Audrey died.
RED : You were preoccupied
RESSLER : I was crazed, and convinced I should kill the man who shot her. Do you remember what you told me to do?
RED : I told you to go home. You didn’t.
RESSLER : You said, ‘Once you cross over there are things in the darkness that can keep your heart from ever feeling the light again.’ I didn’t go home, but I never crossed over.

(épisode 10) 

RESSLER: Je ne vous ai pas remercié après la mort d'Audrey.
RED: Vous étiez préoccupé.
RESSLER: J'étais malade, sûr de vouloir tuer celui qui l'a tuée. Vous vous souvenez de ce que vous m'avez dit?
RED: De rentrer chez vous. Vous ne l'avez pas fait.
RESSLER: Non, vous avez dit," Quand tu franchis la ligne, il y a des choses obscures qui peuvent l'empêcher de jamais revoir la lumière". Je ne suis pas rentré, mais je n'ai pas franchi la ligne.

(épisode 10)

 RED: As a test. See how far down the rabbit hole you’d fallen. Good news is, you passed. Prescott asked you to look the other way, and you didn’t.
RESSLER : Because of that, he’s going to destroy me. Thanks for nothing.

(épisode 10)

RED: C'est un test. Voir jusqu'où vous allez tomber. Bonne nouvelle, vous avez passé le test. Vous n'avez pas abandonné, comme il le voulait.
RESSLER: Il va me détruire pour ça. Merci quand même.

(épisode 10)

 RESSLER : How did you know about Prescott?
RED : I made it my business to know.

(épisode 10)

RESSLER: Comment saviez-vous pour Prescott?
RED: C'est mon job de savoir.

(épisode 10)

COOPER : None of us are the people we were before this task force started. Before Reddington.
(épisode 10)

COOPER: On a tous changé depuis le début de cette Task Force. Avant Reddington.

(épisode 10)

 JUDGE FISHER : Were you honest once?
RED : I’m almost always honest.
JUDGE FISHER: Decent, then? Moral? I was all of those things once.
(épisode 10)

JUDGE FISHER: Avez-vous déjà été honnête?
RED: Je le suis presque toujours.
JUDGE FISHER: Disons décent? Moral? J'ai été tout ça, avant.

(épisode 10)

RED: I know a man who gets people to talk in the most ingenious ways, utilizing the most unlikely tools for his trade – animals, insects, a well-placed cork. Unfortunately, times being what they are, my associate has taken a job working on an ostrich farm outside of Texarkana. But to get the truth out of a judge, I’m sure he’d come out of retirement.

(épisode 10)

RED: Je connais un type qui sait faire parler les gens, en utilisant les outils le plus innattendus. Animaux, insectes, un bouchon bien placé. Malheureusement, par les temps qui courent, cet associé a accepté un job dans un élevage d'autruches à Texarkana. Mais pour faire parler une juge, il sortira de sa retraite.

(épisode 10)

 RED : I hope you don’t take this the wrong way, Donald, but we’ve been seeing an awful lot of each other.
(épisode 10)

 RED: Ne le prends pas mal, Donald, mais on se voit si souvent.

(épisode 10)

RED : Forgiveness doesn't mean accepting what you've done, Donald. It means understanding that the line between good and evil cuts through the hearts of all of us.

(épisode 10)

 RED: Le pardon ne signifie pas accepter ce qu'on a fait, Donald. Ca signifie comprendre que la frontière entre le bien et le mal traverse le coeur de chacun.

(épisode 10)

 RED : As long you play dirty cop, we'll be fine. Under the circumstances, I think you can manage that, can't you?

(épisode 10)

RED: Tant que vous jouez les pourris, ça ira. Vous pouvez le faire, vu la situation?

(épisode 10)

RED : Elizabeth is back.
COOPER : So I hear. How is she?
RED : Determined to find Tom's killers.
COOPER : Understandable.
RED : I'm the devil on one shoulder, you're the angel on her other. She's in troubled waters, Harold. Please help her to navigate them.

(épisode 10)

 RED: Elizabeth est là.
COOPER: Je sais. Comment va t-elle?
RED: Déterminé à trouver l'assassin de Tom.
COOPER: C'est compréhensible.
RED: Je suis le démon pour elle, toi tu es l'ange. Elle nage en eaux troubles, Harold. Aide-la à naviguer.

(épisode 10)

RED (to Ressler): Sins should be buried like the dead. Not that they may be forgotten, but that we may remember them and find our way forward nonetheless. I hope this will help you do just that. Besides, after today, I’d have no reason to think you’d respond to threats, and blackmail is such a nasty business, particularly among friends, don’t you think?

(épisode 10)

 RED (à Ressler): On devrait enterrer les péchés, comme les morts. Pas pour les oublier, mais pour continuer d'avancer malgré eux. Je veux que ça vous aide pour ça. Et puis, après aujourd'hui, je sais qu'on ne peut pas vous faire chanter. C'est un sale métier, surtout entre amis. Vous ne croyez pas?

(épisode 10)

 

LIZ : Your my father, you need my help. It's not like you're going to ask me to hide a body or anything like that.
(épisode 11)

 LIZ: Quand mon père a besoin de moi. Tu ne vas pas me demander de faire disparaître un corps.

(épisode 11)

RED : I haven't felt this good since Herbie Hunt and I pooled our box tops and sent away for that Dakota ring and periscope. What is that? What is this feeling?
DEMBE : You love treasures, Raymond.
(épisode 11)
 

RED: Je n'ai jamais été aussi content depuis que Herbie Hunt et moi avons découvert le décodeur et le périscope. Pourquoi? Pourquoi je me sens si bien?
DEMBE: Vous aimez les trésors, Raymond.

(épisode 11)

RED : I'll show you mine if you show me yours.
(épisode 11) 

RED: Je vous montre le mien, voyons les vôtres.

(épisode 11)

 COOPER : You were robbed? You?
RED: I’m glad my misfortune amuses you.
COOPER : It’s just the, uh – irony caught me by surprise. Okay. So –
(épisode 11)

 COOPER: On vous a volé? Vous?
RED: Content que mes déboires vous amusent.
COOPER: Je trouve ça ironique, c'est tout. Bon, alors.

(épisode 11)

LIZ (to Aram): I’m here. Not back.
(épisode 11) 

LIZ ( à Aram): Je ne suis pas de retour.

(épisode 11)

 RED : I’ve cautioned you that in your pursuit of Tom’s killer, you need to restrain your darker impulses.
LIZ : Which I’ve done, mostly – more or less.
(épisode 11)

RED: Je t'ai prévenue que dans la poursuite du tueur de Tom, tu dois freiner tes pulsions sombres.
LIZ: C'est ce j'ai fait. Plus ou moins.

( épisode 11)

 RED : It is an absolute mystery to me how these gadgets work – the Dick Tracey phones, these blueteeth connections. Quite frankly, I miss the rotary phone. Except for that zero. Watching that zero crawl back. Oh, my God. It was painful.
(épisode 11)

RED: C'est un mystère absolu pour moi. Le téléphone de Dick Tracy, le bluetooth. Franchement, je préfère le bon vieux téléphone. Sauf pour le zéro. Voir le zéro revenir...Mon dieu, c'était douloureux.

(épisode 11)

 GLEN : Tell you the truth, I’m sort of looking forward to getting out of the house. I need some time away from Mom. That hospital’s gonna be like a five-star resort – three squares and a remote, juice with a bendy straw. Between you, me, and the vending machine, I’ve also had a fantasy about a nurse handling my …
(épisode 11)

GLEN: A dire vrai, j'ai hâte de sortir de cette baraque, de passer du temps sans Maman. Cet hôpital sera comme un hôtel 5 étoiles. Une télécommande, un jus et une paille. Entre vous, moi et la machine, j'ai toujours fantasmé sur un infirmière tenant mon...

(épisode 11)

 RED : Fine. Sentiment. This is your inheritance. I wouldn’t dream of taking more than 50%.
STERN : You have one penny. I have three. 75%/25%.
RED : Sentiment only goes so far.
STERN : So, how do you know about my father?
RED : Do we have a deal or not?
(épisode 11)

 RED: Bien. Le sentiment. C'est votre héritage. Je ne rêverai pas de plus de 50%.
STERN: Vous avez un penny. J'en ai trois. 75-25.
RED:Le sentiment ne va pas plus loin.
STERN: Que savez-vous sur mon père?
RED: On est d'accord ou pas?

(épisode 11)

 STERN : I’ve lied, I’ve cheated. I’ve killed in pursuit of it. I believe my father was a criminal, and I assume he left me the pennies so I wouldn’t become one.
RED : And yet, here you are.
STERN : The apple never falls very far. Does it?
(épisode 11)

STERN: J'ai menti, j'ai triché, j'ai tué pour les trouver. Je crois que mon père était un criminel. Il m'a laissé les pièces pour que je n'en devienne pas un.
RED: Et pourtant vous voilà.
STERN: Le fruit ne tombe jamais loin de l'arbre, n'est-ce pas?

(épisode 11)

GUARD : Not on the list.
RED : Run the badge. We’re on the list.
STERN : He thinks we’re here to rob the place.
[ both chuckle ]
STERN : Hey, you got us. We’re here to rob you. That’s why we’re bringing 8 million bucks into the Mint.
(épisode 11) 

GUARD:Pas sur la liste.
RED: Passez le badge. On est sur la liste.
STERN: Il croit qu'on va braquer la banque.[doux rire]
STERN: Vous nous avez eu, on voulait braquer la banque. C'est pour ça qu'on amène 8 millions avec nous.

(épisode 11)

 RED : Name your price, Harold.
COOPER : It’s too high for you.
RED : Try me.
COOPER : The truth.
RED : Abraham Stern’s father committed the crime of the 20th century. I just committed the crime of the 21st. Except it isn’t a crime. Hundreds of millions in Federal Reserve Notes payable on demand, which the Treasury says don’t exist.
COOPER : The Mint said nothing was stolen.
RED : And so the treasure myth lives on.
(épisode 11)

RED: Quel est votre prix, Harold.
COOPER: Trop élevé pour vous.
RED:Essayez.
COOPER: La vérité.
RED:Le père d'Abraham Stern a fait le casse du 20 ème siècle. J'ai fait celui du 21 ème. Ce n'est pas un crime. Des centaines de millions de billets payables à la demande, dont le trésor nie l'existence.
COOPER: Le dépôt dit qu'on a rien volé.
RED: Le mythe du trésor continue.

(épisode 11)

 COOPER : I appreciate you telling me that truth but it isn’t the one I was looking for. The evidence locker.
RED : What about it?
COOPER : What you took, aside from the penny.
RED : I didn’t take anything else.
COOPER : Evidence was logged in material to the disappearance of Robert Navarro a person of interest in the death of Tom Keen. You didn’t take it?
RED : No, I did not.
(épisode 11)

COOPER: Merci de me dire cette vérité. Mais ce n'est pas celle que je veux. Le casier des preuves.
RED: Quoi donc?
COOPER: Ce que vous avez pris, en plus du penny.
RED: Je n'ai rien pris d'autre.
COOPER: Il y avait des preuves sur la disparition de Robert Navarro, dans l'affaire de la mort de Tom Keen. Vous n'avez rien pris?
RED: Non, rien.

(épisode 11)

 HOSPITAL AIDE : This one says, [ reading ] “Dear Glen, Glad you’re okay and recovering well. Thank you for all you do. R.R.”
GLEN : Secret admirer. One of many.
AIDE : [ reading ] “P.S. To whom it may concern, Glen is a licentious cur.”
GLEN : What? I don’t know what licentious means... but I’m pretty sure he meant it as a compliment.
(épisode 11)

HOSPITAL AIDE: Celle-là dit, [elle lit]" Cher Glen, contente que tu ailles mieux. Merci de tout ce que vous faites. R.R"
GLEN:Une admiratrice secrète. Parmi d'autres.
AIDE:[elle lit] "P.S Glen est un petit cochon."
GLEN: Quoi? Je ne sais pas ce que ça veut dire...C'est sûrement un compliment.

(épisode11)

 RED : You’re to be congratulated. I may be old, but I’m not an old fool, and you completely hoodwinked me and Harold. He thinks I stole a bloody rag from evidence.
LIZ : Right. About that–
RED : You were the anonymous tip. You told the MPD that the penny was about to be stolen. You knew if they stopped the robbery in progress, they’d book the penny into evidence. And you didn’t call me to help me steal the penny or to distract you from your obsession with Tom’s killer. You called me to help me help you retrieve a rag covered in your blood evidence that might have convicted you of murdering Robert Navarro.
(épisode 11)

RED: Je dois te féliciter. Je suis vieux, mais pas idiot, tu m'as complètement berné. Et Harold. Il croit que j'ai volé un chiffon plein de sang du coffre des preuves.
LIZ: D'accord. A ce propos...
RED: C'était toi le tuyau anonyme. Tu as dit à la police qu'on allait voler le penny. Tu savais que s'ils arrêtaient le vol, ils mettraient le penny avec les preuves. Tu ne m'as pas appelé pour m'aider à voler le penny, ou te distraire de ton obsession de trouver l'assassin de Tom. Mais pour que je t'aide à récupérer ce chiffon plein de ton sang. Preuve qui t'impliquait dans le meurtre de Navarro.

(épisode 11)

LIZ : ... I’m sorry I tricked you. I had no idea what else to do, but now I do, and I need your help to do it. Will you help me?
RED : Of course I’ll help you.
(épisode 11) 

LIZ:...Pardon de t'avoir trompé. Je ne savais pas quoi faire. Maintenant je sais et j'ai besoin de ton aide. Tu vas m'aider?
RED: Bien sûr je vais t'aider.

(épisode 11)

 BERNARD : You look ... incomplete.
RED : I just can’t believe that’s it.
BERNARD : Found in a trunk gathering dust in Surrey.
RED : Hidden treasure, indeed.
BERNARD : Authentication papers are inside.
RED : Ah. [ hands Bernard the penny ] As promised.
LIZ : Wait, wait, wait, wait, wait. You’re gonna use your penny to buy that?
RED : A bargain at twice the price.
LIZ : That penny’s worth $3 million.
BERNARD : And this is Winston Churchill’s hat.
RED : The Homburg he wore during The Blitz. Under its brim, he beat back Hitler with style and grace and unwavering confidence. I’m an eager, if unworthy, heir.
[ Red puts on the hat ]
RED : What do you think? Be brutal.
LIZ : It’s kind of amazing.
RED: I’ll take amazing.
(épisode 11)

BERNARD: Vous semblez...incomplet.
RED: Je ne peux pas y croire.
BERNARD: Trouvé dans un coffre poussiéreux dans le Surrey.
RED: Trésor caché certainement.
BERNARD: Les documents d'authentification y sont.
RED:Ah.[ donne le penny à Bernard] Comme promis.
LIZ: Attends, tu échanges ton penny contre çà?
RED: A deux fois le prix.
LIZ: Ce penny vaut 3 millions de dollars !
BERNARD: C'est le chapeau de Winston Churchill.
RED:Le Hornburg qu'il portait pendant le Blitz. Sous ses rebords , il a battu Hitler avec classe, et grâce, et...Une confiance inébranlable. Je suis un héritier zélé, bien qu'indigne. [ Red met le chapeau]
RED: Qu'en penses-tu? Sois franche.
LIZ: C'est...surprenant.
RED: Je vais prendre surprenant.

(épisode 11)

 

RED : Tom was a man of many truths. Which of those he was going to divulge, I can’t say.
(épisode 12) 

RED: Tom avait plusieurs vérités. Laquelle il voulait divulguer, je ne sais pas.

(épisode 12)

 SAMAR : He made me an egg dish I can’t even pronounce. It was divine. As is your suite, which is why in the future, I think we should meet elsewhere.
RED : And why is that?
SAMAR : Because being here gives me the impression that crime pays.
(épisode 12)

SAMAR: Il m'a fait un plat, imprononçable. C'était délicieux. Comme votre suite, c'est pourquoi on ferait mieux de se rencontrer ailleurs.
RED: Et pourquoi?
SAMAR: Etre ici me donne l'impression que le crime paie.

(épisode 12)

 LIZ : I need to speak with you for a minute. [ whispering ] He’s a child.
RED : Who turned down Harvard a year ago, and a job at Face– whatever.
LIZ : Face-whatever? Really?
RED : Look, I’m a technological moron. I just don’t get it, which is why I surround myself with people who do. Tadashi gets it!
Tadashi: What is thy bidding, my Master?
LIZ : [ sighs] Apparently, he also gets “Star Wars.”
(épisode 12)

LIZ: Il faut que je te parle une minute. [chuchotement] C'est un gamin.
RED: Qui a refusé Harvard. Et un job à Face-quelque chose.
LIZ: Face quelque-chose? Sérieusement?RED: Je suis nul en technologie. Je n'y comprends rien. C'est pour ça que je demande aux autres. Tadashi comprend.
Tadashi: Quelle est votre demande, maître?LIZ:[soupirs] Il comprend aussi " Star Wars".

(épisode 12)

RED : I sometimes feel as if I should pay more attention to pop culture. Then I see this “Star Wars,” featuring this giant in a bear costume piloting an aircraft and a little green guy swordfighting. And I say a silent prayer of thanks for Tolstoy’s moral crisis.
LIZ : Oh, if he can’t figure this out–
RED : This green fellow is considerably too short to be effective in a swordfight.
(épisode 12)

RED: Je devrais m'intéresser à la culture pop. Je vois ça, "Star Wars", avec ce géant en costume d'ours qui pilote un avion et un petit mec vert qui manie l'épée et je dis une prière en silence à Tolstoï.
LIZ: S'il n'y arrive pas...
RED: Ce mec vert est bien trop petit pour un combat d'épée.

(épisode 12)

LIZ : Do you not know, or you can’t say? – The truth Tom discovered. I asked if you knew about it, and you said, “I can’t say.” Does that mean you don’t know, or is “can’t say” some clever turn of phrase that makes it possible for you to be honest and secretive?
(épisode 12)

LIZ: Tu ne sais pas ou ne veux pas? La vérité que Tom a trouvée. Tu m'as répondu:"Je ne peux pas dire". Donc tu ne sais pas? Ou c'est une manière de dire la vérité en douce?

(épisode 12)

LIZ  : ...Thank you.
RED : For what?
LIZ : For not pulling some Jedi mind trick.
RED : I don’t know what that is.
LIZ : And yet, you’ve mastered it.
(épisode 12)

LIZ:...Merci.
RED:De quoi?
LIZ:Pour ne pas faire un tour de Jedi.
RED: Je ne sais pas ce que c'est.
LIZ: Mais tu le maîtrise.

(épisode 12)

RED : [ To Tadashi ] She terrifies me.
TADASHI : She has that effect on people.
(épisode 12)

RED:[à Tadashi]: Elle me terrifie.
TADASHI: Elle a cet effet sur les gens.

(épisode 12)

SAMAR (to Aram) : You’re so cute. Isn’t he so cute?
COOPER : Adorable. Now get to Baltimore and let’s put an end to this thing.
(épisode 12)

SAMAR( à Aram): Tu es mignon, trop mignon?
COOPER: Adorable. Allez à Baltimore et finissons-en.

(épisode 12)

DEMBE: This means everything to her.
RED : And to me.
DEMBE : For a different reason. She doesn’t know what, but she knows. “Clever turn of phrase” is a polite way of saying you’re being dishonest.
(épisode 12)

DEMBE: Ca représente tout pour elle.
RED: Et pour moi.
DEMBE: Pour une autre raison. Elle ne la connaît pas, mais sait." Une tournure de phrase futée", pour dire poliment que tu es malhonnête.

(épisode 12)

RED : I do know, by the way.
LIZ : We ran, and now we have nothing.
RED : What Tom figured out. The truth he uncovered has to do with me.
LIZ : I knew it. I knew you were lying.
RED : I told Tom not to pursue it.
LIZ : What? Pursue what? What is it?
RED : An item Mr. Kaplan unearthed that I wish to keep hidden.
LIZ : An item? What item?
RED : I can’t say.
(épisode 12)

RED: Merci, je sais.
LIZ: On a fui, maintenant on a rien.
RED:Ce qu'a compris Tom. La vérité qu'il a découverte. Ca me concerne.
LIZ: Je savais que tu mentais.
RED: J'ai dit à Tom de ne pas courir après.
LIZ: Après quoi?
RED: Un objet déniché par M.Kaplan, que je veux garder secret.
LIZ: Un objet? Lequel?
RED: Je ne peux rien dire.

(épisode 12)

RED : But I am being honest. I do know, but I can’t say. I’m not trying to be clever. It’s not an ambiguity. It’s the truth. I have a secret, and I need to keep it even from you.
(épisode 12)

RED: Mais je le suis. Je sais, mais je ne peux rien dire. J'essaie pas de faire le malin, c'est pas une ambiguïté, mais la vérité. J'ai un secret et dois le cacher, même à toi.

(épisode 12)

RED : And Fagen?
SAMAR : He’s having his parole hearing later today. Why is that woman staring at you?
RED : Apparently the number four is bad luck in Japan. Who knew?
(épisode 12)

RED: Et Fagen?
SAMAR: Son audience de libération conditionnelle est aujourd'hui. Pourquoi cette femme vous observe?
RED: Il paraît que le chiffre quatre porte malheur au Japon. Qui l'aurait cru?

(épisode 12)

MASSEUSE: You called for a spa treatment?
RED : Ah, yes! Please, do come in. I ordered an avocado/cucumber scrub. [ To Mrs Ito ] I guarantee you’ll feel like a new woman.
[ Mrs Ito’s scowl softens slightly ]
RED : Or not.
TADASHI: May the force be with you.
RED : I have no idea what you’re talking about.
(épisode 12)

MASSEUSE: La séance de spa, c'est ici?
RED: Oui,entrez, je vous prie. Un soin avocat-concombre. [à Mrs Ito] Vous serez une nouvelle femme.[Le regard noir de Mme Ito se ramollit légèrement]
RED: Ou pas?
TADASHI: Que la force soit avec vous.
RED: J'ignore de quoi vous parlez.

(épisode 12)

TADASHI: Wandtech, Wandtech, Wandtech. Yikes.
LIZ : Yikes? Why yikes?
TADASHI: They make GPS devices. [ beeping ] Oh, crap. Uh, guys?! Mr. Reddington? I think we have a situation. This thing’s transmitting.
RED : What is it transmitting?
TADASHI : Our location!
(épisode 12)

TADASHI: Wandtech, encore et encore...Argh.
LIZ: Argh? Pourquoi argh?
TADASHI: Ils font des GPS.[ bip] Oh, mince. Uh, les gars? Mr. Reddington? Je crois qu'on a un cas. Cette chose transmet.
RED: Quoi donc?
TADASHI: Notre emplacement!

(épisode 12)

RESSLER : I-I used to think in terms of black and white. You were either a bad guy or you weren’t. I’m not sure about that anymore. Under the right circumstances, I’ve come to believe that even the best of us are capable of – almost anything. I only mention that because, well, I figure everyone deserves a second chance.
(épisode 12)

RESSLER: Vous savez pour moi, c'était noir ou blanc. Les gens sont mauvais, ou pas. Je n'en suis plus sûr. Dans les bonnes circonstances, je crois que même les meilleurs d'entre nous sont capables...De presque tout. Et je dis ceci maintenant car je pense qu'on a tous droit à une deuxième chance.

(épisode 12)

RED : You owe me your freedom. It doesn’t matter how I obtained it. What matters is that I did.
FAGEN: Look, if this is about that fire at Fritzles, I had no idea you were–
RED : I expect two things in return. First, you won’t so much as light a match. Second, when you do, it’ll be at my instruction.
FAGEN : You want me to set a fire?
RED : I’ll be in touch.
(épisode 12)

RED: Vous me devez votre liberté. Peu importe comment je l'ai obtenue, mais le fait que j'ai réussi.
FAGEN: Ecoutez, si c'est pour ce feu à Fritzles, j'ignorais que vous étiez...
RED: J'attends deux choses en retour. Vous ne craquez plus d'allumette. Si vous le faites, ce sera sur mes ordres.
FAGEN: Vous voulez que je mette le feu?
RED: Je vous recontacterai.

(épisode 12)

RED : You won’t miss a day more with her than is absolutely necessary. You have my word.
LIZ : And you have mine. That I’m gonna honor Tom’s dying wish.
RED : Which was?
LIZ : For me to know your truth.
(épisode 12)

RED: Tu ne passeras pas un jour de plus sans elle qui ne soit inutile. Tu as ma parole.
LIZ: Et vous, la mienne. Je vais honorer le dernier voeu de Tom.
RED: Qui était?
LIZ: Que je sache ta vérité.

(épisode 12)

 RED : Yes, but morally reprehensible in the eyes of The Hand. “Eyes of The Hand.” What an odd turn of phrase.
(épisode 13)

RED: Oui, mais son activité était répréhensible moralement pour la Main."Les yeux de la Main". Quelle expression étrange.

(épisode 13)

 RED : Emergency. Dembe said. In my experience, everyone has their own definition of an emergency.
TONY : Somebody’s trying to kill me.
RED : That fits my definition.
(épisode 13)

RED:Une urgence, disait Dembe. Par expérience, chacun a sa propre définition d'une urgence.
TONY: Quelqu'un essaie de me tuer.
RED: En effet, c'est une urgence.

(épisode 13)

 RED : Imagine the confidence a man has to have in his own genitals to take on a nickname like “Big Willie.”
(épisode 13)

RED: Imagine la confiance du mec en ses bijoux de famille pour se faire appeler "Big Willie".

 (épisode 13)

RED : Relax. In a matter like this, honesty is always the best policy. Probably.
(épisode 13)

RED: Détends-toi. Dans ces cas-là, dire la vérité, c'est le mieux. Probablement.

(épisode 13)

RESSLER (to Samar speaking of Aram) : Ah, I know. I know. Isn’t he adorable?
(épisode 13)

RESSLER (à Samar parlant d'Aram): Ah, je sais. Il est adorable, non?

(épisode 13)

LIZ : Did you know Reddington?
DOM : I don’t want to talk about Reddington.
LIZ : Why not?
DOM : I just don’t.
(épisode 13)

 LIZ: Vous connaissiez Reddington?
DOM: Je ne veux pas parler de lui.
LIZ:Pourquoi?
DOM: Je ne veux pas.

(épisode 13)

DOM : I never heard from Katarina after she left for America. What really happened to her I think there are some people who want to keep that information a secret. And I think they will do whatever is necessary even now to keep it that way.
(épisode 13)

DOM: Je n'ai plus eu de nouvelles d'elle après son départ d'Amérique. Ce qui lui est vraiment arrivé, je crois que certaines personnes veulent le garder secret. Et ils feront tout ce qu'il faut, même maintenant, pour s'en assurer.

(épisode 13)

RED : The Nash Syndicate. I want to go after the Nash Syndicate.
BIG WILLIE: Nash? Come on, man. You want to go up against those guys? You’re a big enough fish? Why risk that?
RED : I’m not a big fish, William. I’m Moby Dick.
BIG WILLIE: Even so, those Nash guys are untouchable. I got 10 guys in lockup right now for every one Nash soldier inside. And when was the last time a shipment of theirs got seized coming in at the port, hmm? Doesn’t happen.
RED : Why not?
BIG WILLIE:: Who knows? But what they say? It’s ’cause the Nash Syndicate is protected by the cops.
(épisode 13)

RED: Je veux m'en prendre au Nash Syndicate.
BIG WILLIE: Nash? Allons. Tu veux t'en prendre à eux? Tu es déjà assez gros. Pourquoi risquer ça?
RED: Je ne suis pas un gros poisson. Je suis Moby Dick.
BIG WILLIE: Même. Ces types de Nash sont intouchables. J'ai 10 mecs en taule pour chaque mec de Nash en taule. Et quand est-ce qu'une de leurs cargaisons a été saisie en arrivant au port, hmm? Ca n'arrive pas.
RED: Pourquoi?
BIG WILLIE: Qui sait? Mais y'a une rumeur. Le Nash Syndicate est protégé par les flics.

(épisode 13)

DOM : Relax. She doesn’t know Oleander’s me. I certainly didn’t tell her. And since I know ­all you care about is yourself, you can stop worrying. I didn’t say a word about you. My own granddaughter three feet away after almost 30 years, I couldn’t say a damn thing to her...You should tell her. Enough secrets. She deserves to know.
(épisode 13)

DOM: Du calme. Elle ne sait pas que je suis Oleander. Et je ne vais pas lui dire. Et puisque tu ne te soucies que de toi, tu peux arrêter de t'inquiéter. Je n'ai pas parlé de toi. Ma propre petite-fille,à 1 mètre de moi après 30 ans et je n'ai rien pu lui dire...Tu devrais lui dire. Assez de secrets. Elle mérite de savoir.

(épisode 13)

BANDICOTT : I don’t know who that is, sweetheart
[ Liz takes the soldering gun and threatens Bandicott with it ]
LIZ : Call me “Sweetheart” again.
(épisode 13)

BANDICOTT: Je ne sais pas qui c'est, chérie. [Liz prend le pistolet à souder et en menace Bandicott]
LIZ: Ne m'appelez pas "chérie".

(épisode 13)

TONY : [ Reads writing on balloon ] “Get ready to party”?
RED : Best I could do. They were fresh out of “Sorry I Shot You” balloons.
(épisode 13)

 TONY:[ Lit ce qui est écrit sur le ballon] "Prêts à faire la fête"?
RED: Ils n'avaient plus de ballons "désolé de t'avoir tiré dessus."

(épisode 13)

LIZ : My profile? Widow. Mom. Cop. That's all there is.
(épisode 14)

LIZ: Mon profil? Veuve. Mère.Flic. C'est tout.

(épisode 14)

RALEIGH SINCLAIR : Whoever you are, confronting it with violence, is no path to resolution.
(épisode 14)

RALEIGH SINCLAIR: Qui que vous soyez, je peux assurer que la violence ne résout rien.

(épisode 14)

LIZ : I have my fitness-for-duty evaluation tomorrow.
RED : 50 minutes of pure reflection and self-evaluation.
LIZ : You’ve been to therapy?
RED : God, yes. Therapy helped me become... an entirely different person.
(épisode 14)

LIZ: Je passe l'évaluation d'aptitude au travail demain.
RED: 50 minutes de pure réflexion et d'auto-évaluation.
LIZ:Vous avez suivi une thérapie?
RED: Oui. Ca m'a aidé à devenir une toute autre personne.

(épisode 14)

RED : People think memory works like a video recorder. The mind records events and then, on cue, plays back an exact replica. In truth, memories are reconstructed more like putting together an ever-changing jigsaw puzzle than replaying a video.
(épisode 14)

RED: Les gens croient que la mémoire fonctionne comme un magnétoscope. L'esprit enregistre les événements, puis, sur demande rejoue une copie exacte. En vérité, la mémoire se reconstruit , tel l'assemblage d'un puzzle en perpétuel changement, plutôt que la reproduction d'une vidéo.

(épisode 14)

RED : Remind me. Was “the apple doesn’t fall far from the tree” a psychological theory first pioneered by Piaget or Lucy in “Peanuts”?
(épisode 14)

RED: J'ai oublié. C'est Piaget ou Lucy dans Peanuts qui dit en premier la théorie psychologique: tel père, telle fille?

(épisode 14)

DELORES : You have a honest face.
RED : I’m an honest man.
(épisode 14)

DELORES: Vous semblez honnête.
RED: Je le suis.

(épisode 14)

Red: [ laughing] Yes, of course. “The Double.” I love a good doppelgänger story. What about Ursula Le Guin?
(épisode 14)

RED:[en riant] Ou, bien sûr, "Le Double". J'adore les bonnes histoires de sosies. Et Ursula Le Guin?

(épisode 14)

LIZ : There is one way. But to do it, I’d have to trust you. And if you betray my trust, I assure you, Raymond Reddington will kill you.
(épisode 14)

LIZ: Il y a un moyen. Mais pour ça, je devrais vous faire confiance. Et si vous trahissez ma confiance, je vous assure que Raymond Reddington vous tuera.

(épisode 14) 

RED : Not quite. I want something from you.
COOPER : And what’s that?
RED : To give me one of the doubles when you unearth him – Kahil Shula. I want to give him a proper burial.
(épisode 14)

 RED:Pas tout à fait. J'ai besoin d'une chose.
COOPER: Laquelle?
RED: Que vous me donniez l'un des doubles quand vous le déterrerez. Kahil Shula. Je veux l'enterrer dignement.

(épisode 14)

COOPER: He was never reported missing. And no inquiry’s been made with MPDC or the medical examiner’s office. Some people are truly alone in this world.
RED : Yeah.
(épisode 14)

COOPER: Il n'a jamais été signalé disparu, et aucune enquête n'a eu lieu avec le MPDC ou le bureau du médecin légiste. Certains sont réellement seuls en ce monde.
RED: Oui.

(épisode 14)

SINGLETON : Reddington’s your CI and on your Most Wanted List?
SAMAR : And if anyone knew he worked with us, his intel would dry up. He’d be of no use to us at all.
SINGLETON : No. But he’d be in jail.
SAMAR : And all these criminals would be on the street.
(épisode 14)

 SINGLETON: Reddington est votre CI et l'homme le plus recherché?
SAMAR: Si quelqu'un apprend qu'il a travaillé avec nous, on n'aura plus de renseignements. Il ne nous serait d'aucune utilité.
SINGLETON: Non, mais il serait en prison.
SAMAR: Et tous ces criminels,dehors.

(épisode 14)

LIZ : I know you do. Which brings me to fear. You think I’m afraid to acknowledge the weight of having Raymond Reddington as a father.
DR FULTON : It’s an understandable point of view.
LIZ : And one that I shared. "He’s evil. He’s my father. I must be evil, too.''
DR FULTON : But you’re not.
LIZ : See, that’s our problem. Your preconception. You see him as, um – what did you call him? – a “glorified serial killer”? He “disgusts” you.
DR FULTON : You see him differently.
LIZ : When I was little, I loved ballet. Whenever I performed, I felt a presence. At graduations, too. And my wedding. I don’t know. I just always felt I always knew someone was watching over me. Protecting me. Guiding me. [sighs] Some of what he’s done is unimaginably bad. But some of what he’s done for me ...is unimaginably good. So, if you want to push me. Provoke me. Find a way past my anger and grief and see who I really am.
DR FULTON: A widow. A mom. A cop.
LIZ : And one more thing.
DR FULTON : What’s that?
LIZ : A daughter.
(épisode 14)

LIZ: Je sais. Ce qui m'amène à la peur. Vous pensez que j'ai peur de reconnaître le fardeau d'avoir Raymond Reddington pour père.
DR FULTON: C'est un point de vue compréhensible.
LIZ: Que j'ai partagé. Il est malfaisant. C'est mon père. Je dois l'être aussi.
DR FULTON: Mais ce n'est pas le cas.
LIZ: C'est ça, notre problème. Vos idées préconçues. Vous le voyez comme...Vous l'avez traité de tueur en série glorifié. Il vous dégoûte.
DR FULTON: Vous le voyez différemment.
LIZ:Petite, j'adorais la danse classique. Quand je dansais, je sentais une présence. A ma remise de diplôme aussi. Et à mon mariage. Je sais pas, je sentais...J'ai toujours su quelqu'un veillait sur moi. Me protégeait. Me guidait. Certains de ses actes sont ignobles. Mais il a été d'une extrême bonté envers moi. Alors, vous voulez me pousser à bout, me provoquer,percer ma colère et ma peine pour voir qui je suis vraiment?
DR FULTON: Une veuve. Une mère. Une flic.
LIZ: Encore une chose.
DR FULTON: Quoi donc?
LIZ: Une fille.

(épisode 14) 

RED (to Singleton) : I took the liberty. Is this latex or memory foam?
(épisode 15) 

RED (à Singleton): Je me suis permis. C'est du latex ou de la mousse à mémoire de forme?

(épisode 15)

 COOPER : Reddington has a flair for the dramatic.
SINGLETON : He threatened to kill me.
COOPER: If you divulge his relationship with the FBI. So... don’t.
(épisode 15)

COOPER: Reddington adore les entrées fracassantes.
SINGLETON: Il a menacé de me tuer.
COOPER: Si vous divulguez son lien avec le FBI. Alors ne dites rien.

(épisode 15)

 COOPER: … Agent Keen, reach out to Reddington. Please implore him that, moving forward, he should stay off the detective’s mattress.
(épisode 15)

COOPER:...Agent Keen, contactez Reddington. Implorez-le d'éviter, à l'avenir, de s'asseoir sur le matelas de l'inspecteur.

(épisode 15)

FAGEN : No. Then I’m in. I mean, then I’m back in. You’re waving coke in front of an addict.
RED : Then take a snort. This isn’t a negotiation. It’s an assignment. I have a business that’s become a liability. I need you to burn it down.
[ Fagan walks away ]
RED : [ Calls out ] Critter Cabin. We’re in the book.
(épisode 15)

FAGEN:Non, au contraire, j'aurai raccroché. j'aurai replongé. Vous agitez la coke sous le nez d'un junkie.
RED: Prends un petit rail. Ce n'est pas négociable, c'est obligatoire. J'ai un commerce qui est devenu gênant, il faut l'incendier.
[ Fagen s'en va]
RED:[crie] "Critter Cabin". On est dans le bottin.

(épisode 15)

LIZ : And I have a request – Take it easy on Singleton. He’s on our side.
RED : For now. Because he’s afraid not to be. I find a good bedside chat to be effective and exhilarating.
(épisode 15)

 LIZ: Et moi, une requête. Allez-y mollo avec Singleton, il est de notre côté.
RED: Pour l'instant, parce qu'il a peur de ne pas l'être. Une bonne parlotte au bord du lit, c'est efficace et stimulant.

(épisode 15)

RED : I want you to go to our vet and find out how he disposes of the animals he puts down. We’re gonna need about half a dozen.
SMOKEY : Half a dozen what?
RED : Skeletons. To make it look authentic. Couple of dogs. Cats. I think we shampoo the occasional marmot.
(épisode 15)

 RED:Va voir notre véto, demande-lui ce qu'il fait des corps des animaux qu'il pique. On va avoir besoin d'une demi-douzaine.
SMOKEY: Une demi-douzaine de quoi?
RED: De squelettes. Pour faire vrai. Deux ou trois chiens et chats. Je crois qu'on toilette des marmottes de temps en temps.

(épisode 15)

RED : Earl, you have a gift. Others create, you destroy.
(épisode 15)

 RED: Earl, tu as un don. Les autres créent, toi, tu détruis.

(épisode 15)

ARAM : I have to pee. Kidding. I’m totally kidding. Just come on, I’m trying to lighten the mood here. It’s– Oh. Okay.
(épisode 15)

ARAM: J'ai besoin de pisser. Je rigole. C'est une blague. Allez, j'essaie de détendre l'atmosphère. C'est...D'accord.

(épisode 15)

RED (to Fagen) : I do see the fire in your eyes. And it’s terrifying.
(épisode 15)

 RED(à Fagen): Je vois le feu dans tes yeux. Et c'est terrifiant.

(épisode 15)

SMOKEY : I- I should’ve known sooner or later, you’d throw Heddie and me under the bus.
RED : Smokey, shut your mouth and look and learn.
(épisode 15)

 SMOKEY: J'aurais dû me douter que, tôt ou tard, tu nous jetterais en pâture, Heddie et moi.
RED: Smokey, tais-toi, regarde et prends-en de la graine.

(épisode 15)

HOTCHKISS : We did. But we found no evidence of it. All we do know is that the fire started inside the smoke alarm.
RED : Hah! How ironic.
(épisode 15) 

HOTCHKISS: On le pensait, mais rien ne le prouve. L'incendie s'est déclenché dans le détecteur de fumée.
RED: Hah! Ironie du sort.

(épisode 15)

FAGEN : He’s a motivational speaker.
RED : Who motivated me to quit smoking and shoot from the neck down.
FAGEN : You think he can motivate me not to burn those trees.
(épisode 15)

FAGEN: C'est un motivateur.
RED: Il m'a persuadé d'arrêter le tabac et de ne pas tirer dans la tête.
FAGEN: Vous pensez qu'il peut me persuader de ne pas brûler ses arbres?

(épisode 15)

LIZ (to Cooper) : That’s him. The bald man. Damascus. That’s the man who killed Tom.
(épisode 15)

LIZ (à Cooper): C'est lui. Le chauve. Damascus. C'est l'homme qui a tué Tom.

(épisode 15)

LIZ : I’m only interested in the man who murdered Tom and finding out the secret that got him killed.
RED: I’m going to help with the former and prevent the latter. 50-50 split. Like a good divorce.
(épisode 16)

LIZ: Seul l'assassin de Tom m'intéresse, et découvrir pourquoi Tom s'est fait tuer.
RED: Je vais retrouver l'assassin, mais empêcher le secret d'être révélé. 50-50. Comme un divorce équitable.

(épisode 16)

 RED : My word is my bond. My currency.
(épisode 16)

RED: Ma parole me lie. C'est ma devise

(épisode 16)

RED: And I am but a humble killer with a gun pointed at the withered prune that passes for your heart. The next time an associate of the Nash Syndicate shows up, I want a phone call, a room number, and a key.
(épisode 16)

RED: Et je ne suis qu'un modeste tueur dont l'arme est pointée sur le pruneau flétri qui vous sert de coeur. La prochaine fois qu'un associé du syndicat Nash se pointe, vous m'appelez, me donnez un numéro de chambre et la clé.

(épisode 16)

 GARVEY : Okay, then. How about we go outside, and I kick your scrawny, brown ass, and then take my witness?
ARAM : First of all, it’s, uh, more of a golden brown. It’s a topaz. Topaz, really. And, um, secondly, uh, pardon my French, but you can back the hell off. Please, bring out my witness.
(épisode 16)

 GARVEY: Très bien. Si on sortait, que je botte votre petit cul bronzé avant de prendre mon témoin?
ARAM: D'abord, il est plutôt marron doré. Il est topaze. Oui, c'est ça. Et deuxièmement, pardonnez mon langage, mais reculez vos miches. Amenez-moi mon témoin, je vous prie.

(épisode 16)

 GARVEY: Kill the bodyguard. Wound Reddington. I need him alive.
(épisode 16)

GARVEY: Tue le garde du corps. Blesse Reddington, je le veux vivant.

(épisode 16)

 RED: You have the bones. You already know the truth.
GARVEY: A truth. I want the whole truth.
RED: The whole truth is that we are all clinging to a lovely blue ball floating in a sea of blackness. Everything else, including and most especially, the truth you’re looking for, is “a tale told by an idiot, full of sound and fury, signifying nothing.”
(épisode 16)

RED: Tu as les os, tu connais déjà la vérité.
GARVEY: Une vérité. Je veux toute la vérité.
RED: Toute la vérité, c'est qu'on s'accroche tous à une jolie petite boule bleue qui flotte dans une mer de noirceur. Tout le reste, y compris, et surtout, la vérité que tu recherches," est une histoire comptée par un idiot pleine de bruit et de fureur, ne signifiant rien."

(épisode 16)

LIZ : Her shoes were missing. Little pink hightops with rainbow laces. Why would a 4-year-old put them on or let him put them on for her? She did it because she trusted him. And I could never figure out why. What he did – what they all do – sickens me. But how they do it, how their minds work … honestly, it’s ...
DR FULTON : Exhilarating.
(épisode 16) 

LIZ: Elle avait mis ses chaussures. Des baskets montantes roses à lacets arc-en-ciel. Pourquoi une fillette de 4 ans les mettrait? Ou lui laisserait les-lui mettre? Elle lui faisait confiance, et je n'ai jamais compris pourquoi. Ce qu'il a fait. Ce qu'ils font tous. Ca m'écoeure. Mais leur méthode, leur façon de penser, honnêtement, c'est...
DR FULTON: Euphorisant.

(épisode 16)

 DR FULTON : You’re angry. That’s good. Anger can be so exhilarating.
LIZ : Don’t.
DR FULTON : Fixating on unsolved cases, how unfair they are.
LIZ : Do not twist my word–
DR FULTON : “I know it sounds corny, but I am obsessed with painting outside the lines.”
LIZ : I am not like you.
DR FULTON : Not yet.
LIZ : Never.
DR FULTON : I kill serial killers. I brought you here to recruit you...
(épisode 16)

DR FULTON: Vous êtes en colère. C'est bien. La colère peut être si euphorisante.
LIZ: Arrêtez.
DR FULTON: L'obsession des affaires irrésolues et leur injustice.
LIZ: Ne déformez pas mes mots.
DR FULTON: "Je vais passer pour mièvre, mais mon obsession, c'est de pas rentrer dans le moule."
LIZ: Je ne suis pas comme vous.
DR FULTON: Pas encore.
LIZ: Jamais.
DR FULTON: Je tue des tueurs en série. Je vous ai amenée ici pour vous recruter...

(épisode 16)

 DR FULTON: I can’t believe I read you wrong.
LIZ : Maybe you didn’t.
(épisode 16)

DR FULTON: J'arrive pas à croire que je vous ai mal cernée.
LIZ: Peut-être pas.

(épisode 16)

 DR FULTON : I didn’t reinstate you because you let me go, but you did let me go, and I want to thank you for that.
LIZ : My father has people he can turn to for help. Doctors. Lawyers. Finders. Freaks. People with special skills. You have a special skill, and I’d like to know that, someday, I can turn to you.
DR FULTON : Reddington said you were nothing like him.
LIZ : And you knew he was wrong.
(épisode 16)

DR FULTON: Je ne vous ai pas réintégrée parce que vous m'avez laissée partir. Mais je veux vous remercier pour ça.
LIZ: Mon père connaît des gens pour l'aider. Des médecins, des avocats, des chercheurs, des monstres. Des gens aux compétences spéciales. Vous en avez une, et j'aimerais me dire qu'un jour, je pourrai compter sur vous.
DR FULTON: Reddington disait que vous n'étiez pas comme lui.
LIZ: Et vous saviez qu'il avait tort.

(épisode 16)

 

 GARVEY: I told you to bring him to me.
RED: Yes. A thuggish order I immediately disregarded because I don’t take orders from you. The witness and his grandmother are safe and secure. And as long as I’m alive, he will not testify against you.
(épisode 16)

GARVEY: Je t'avais dit de me le ramener.
RED: Oui. Un ordre brutal que j'ai tout de suite ignoré, car je ne reçois aucun ordre de toi. Le témoin et sa grand-mère sont sains et saufs. Et tant que je vivrai, il ne témoignera pas contre toi.

( épisode 16)

 GARVEY: What about Keen? She’s a witness. You gonna put her outta my reach, too?
RED: I don’t have to because, where she is concerned, you have no leverage. Secret or no secret, if you reach out to her, I’ll cut off your hands. If you look in her direction, I’ll cut out your eyes. And if you ever utter her name again in my presence, I’ll cut out your tongue.
(épisode 16)

GARVEY: Et Keen? C'est un témoin. Tu vas l'éloigner elle aussi ?
RED:Non, parce que la concernant, tu ne peux pas me faire chanter. Secret, pas secret, si tu la contactes, je te coupe les deux mains. Si tu la surveilles, je t'arracherai les yeux. Et si tu prononces encore son nom en ma présence, je te couperai la langue.

(épisode 16)

 RED: Mr. Garvey, might I suggest you enjoy what little time you have left ...crab cakes, scalp massages, perhaps a double feature of “The 400 Blows” and “Jules and Jim” ... whatever floats your boat. Do it now, because I will find those bones, and when I do, I’m gonna kill you.
(épisode 16)

RED:Mr Garvey, profite du peu de temps qu'il te reste. Mange du pâté de crabe, fais-toi masser le cuir chevelu, regarde deux films, "Les 400 coups " et " Jules et Jim". Tout ce qui te plaira, mais vite, car je retrouverai ces os. Et ceci fait, je te tuerai.

(épisode 16) 

LIZ : The bag. The secret. You won’t let them get in the way?
RED: I’ve already told you.
LIZ : Tell me again. I need to hear it.
RED : I promise Ian Garvey will not get away from me.
(épisode 16)

 LIZ: Le sac. Le secret. Tu ne laisseras pas tomber?
RED: Je te l'ai déjà dit.
LIZ: Redis-le-moi, j'ai besoin de l'entendre.
RED: Je te promets que Ian Garvey ne m'échappera pas.

(épisode 16)

RED : I’m not here hiding from American law enforcement. I could dodge those raindrops and never get wet.
(épisode 17)

 RED: Je ne me cache pas des forces de police américaines, je sais passer entre les gouttes sans me mouiller.

(épisode 17)

 LIZ : All Reddington said was that we should use every conventional method at our disposal to find Jawal’s killer.
ARAM : And Mr. Reddington?
LIZ : I think the methods he has in mind are a little less conventional.
(épisode 17)

LIZ: Il a dit qu'il fallait user de toutes les méthodes conventionnelles pour retrouver l'assassin de Jewal.
ARAM: Et M. Reddington?
LIZ: Les méthodes qu'il a en tête sont un peu moins conventionnelles.

(épisode 17)

 RED: I’ve missed you, Teddy. It’s good to have you back on the job. May we join you for lunch?
BRIMLEY : Does an opossum have 13 nipples?
RED: I have no idea. I would think it was an even number.
BRIMLEY : I’ll give Dembe the address for lunch. Walk with me.
(épisode 17)

RED:Tu m'as manqué, Teddy. C'est bon de t'avoir de nouveau au boulot. On déjeune ensemble?
BRIMLEY: Un opossum a 13 tétons?
RED: Aucune idée. J'aurais plutôt pensé à un chiffre rond.
BRIMLEY: Je donnerai l'adresse à Dembe pour le déjeuner. Viens avec moi.

(épisode 17)

 RED: Elizabeth, hold on.
LIZ : No. I will not let you avoid a direct question to try and confuse me or leave me in the dark.
RED: Well, now I’m confused.
[ Liz grabs Red by the lapels and pushes him against a bookcase ]
LIZ : Answer me! Give me a direct answer to my simple question.
(épisode 17)

 RED: Elizabeth, attends.
LIZ: Non, je ne te laisserai pas esquiver une question directe pour essayer de m'embrouiller ou de me laisser dans l'ignorance.
RED: Je suis un peu perdu.
[Liz attrape Red par les revers de sa veste et le pousse contre une bibliothèque]
LIZ: Réponds-moi! Donne-moi une réponse directe à une question simple.

(épisode 17)

 LIZ : Is Tony Mejia dead? Did you kill him?
RED: You know the answer to that.
(épisode 17)

LIZ: Tony Mejia est mort? Tu l'as tué?
RED: Tu connais la réponse à cette question.

(épisode 17)

 LIZ : Why didn’t you pull me off of him before? I know you could have.
DEMBE : I found it mildly therapeutic.
(épisode 17)

LIZ: Pourquoi tu ne m'as pas délivrée de lui plus tôt? Je sais que tu aurais pu le faire.
DEMBE: J'ai trouvé ça légèrement thérapeutique.

(épisode 17)

RED: I’m not apologizing for that. I’m apologizing for telling Garvey that I would kill him if he ever came after you.
LIZ : And why would you apologize for that?
RED: Think like a criminal, Lizzy.
LIZ : Because by threatening him, you told him how important I am to you.
RED: Yes.
(épisode 17) 

RED: Je ne m'excuse pas pour ça. Je m'excuse d'avoir dit à Garvey que je le tuerais s'il s'en prenait à toi.
LIZ: Pourquoi t'excuser pour ça?
RED: Pense en criminelle, Lizzy.
LIZ: Parce qu'en le menaçant, tu lui as montré que je comptais pour toi.
RED: Oui.

(épisode 17)

 ANNA-GRACIA : 21? How? W-Why would they do this for me?
SAMAR : Because for the first time in a long time, someone is going to treat you like what you are … a child.
(épisode 17)

ANNA-GRACIA: 21 ans? Pourquoi feraient-ils ça pour moi?
SAMAR: Parce que pour la première fois depuis longtemps, on va te traiter pour ce que tu es, une enfant.

(épisode 17)

 RED: Your witness presented a legal threat. Unfortunately, Mr. Garvey isn’t afraid of legal threats.
LIZ : Or of you or the police or the cartels.
RED: No. But he is afraid of losing his power, which is exactly what I intend to take from him when we find this damn ledger.
(épisode 17)

RED: Ton témoin présentait une menace juridique. Malheureusement, M. Garvey n'a pas peur des menaces juridiques.
LIZ: Ni de toi ni de la police ni des cartels.
RED: Non, mais il a peur de perdre son pouvoir. Et c'est justement ce que j'entends lui enlever dès que j'aurai trouvé ce fichu registre.

(épisode 17)

 RED: You tried. You failed.
GARVEY: Well, you know what they say. If at first you don’t succeed ...
RED: You’ve had your turn. Now it’s mine.
GARVEY: Well, don’t get too eager. I’ve still got what you’re looking for.
RED: Mm-hmm. But now I’m not the only one who’s missing something of value.
GARVEY : What are you talking about?
RED: I’ll be in touch.
(épisode 17)

RED: Tu as tenté le coup, tu as échoué.
GARVEY: Tu sais ce qu'on dit, si on rate le premier coup...
RED: Tu as eu ton tour, maintenant c'est à moi.
GARVEY:Ne t'enflamme pas trop, j'ai toujours ce que tu cherches.
RED:Mm-hmm. Mais maintenant, tu n'es plus le seul à avoir un objet de valeur.
GARVEY: De quoi tu parles?
RED: Je te recontacterai.

(épisode 17)

LIZ : How does it feel being a walking anachronism?
RED : Righteous.
(épisode 18)

LIZ: Cela fait quoi d'être un anachronisme ambulant?
RED: Justifié.

(épisode 18)

RED: Garvey is a drug lord masquerading as a cop. If we get leverage over his supplier, we get leverage over him. Once we have that, you’ll have your revenge.
LIZ : After you get the duffel bag.
RED: Must be nice.
LIZ : What?
RED: Not having anything precious you want to keep to yourself.
(épisode 18)

RED: Garvey est un parrain de la drogue déguisé en flic. Si nous mettons la pression sur son fournisseur, nous mettons la pression sur lui. Quand on aura ça, tu auras ta vengeance.
LIZ: Après que tu aies pris le sac.
RED: Ce doit être bon
LIZ: Quoi?
RED: De ne rien avoir de précieux à vouloir garder pour soi-même.

(épisode 18)

LIZ (to Aram) : Okay, if it’s any consolation, if he doesn’t have the file, and he is texting and driving, and you do die, I will be very sorry. Now, how long will it take to copy this file?
(épisode 18)

LIZ( à Aram): Okay, si ça peut te consoler, s'il n'a pas le dossier, qu'il conduit en envoyant des sms, et que tu meurs, je serais vraiment désolée. Combien de temps ça prend pour copier ce fichier?

(épisode 18)

RED: Oh, come on. Where’s your sense of adventure? Your esprit de corps?
RESSLER : So, you’re telling me that you got a way that you can get this lowlife out of his bunker without getting us all killed?
RED: The elevator.
RESSLER : Oh, the elevator?
RED: Oh, my God! You had the same idea!
(épisode 18)

RED: Oh, allons. Où est votre goût de l'aventure? Votre esprit de corps?
RESSLER: Vous me dites que vous avez un moyen de sortir ce voyou de son bunker sans nous faire tous tuer?
RED: L'ascenseur.
RESSLER: L'ascenseur?
RED: Oh, mon dieu! Vous avez eu la même idée!

(épisode 18)

RED: Yes, but one thing at a time. Isn’t it funny how things work out? Five years later, and here you are with me in Paris, preparing to steal a wanted man off the elevator. It’s almost as if you didn’t try to kill me in Belgrade all those years ago.
RESSLER: No, it’s not.
RED: Well, either way, if we pull this off, you’ll have something to tell the grandkids. With a nick-nack, paddy-whack, give a dog a bone, this old man came rolling home.
(épisode 18)

 RED: Oui, mais chaque chose en son temps. N'est-ce pas drôle de voir comment les choses évoluent? Cinq ans plus tard, et vous êtes ici avec moi à Paris, préparant l'enlèvement d'un homme par un ascenseur. C'est presque comme si vous n'aviez pas essayé de me tuer à Belgrade , il y a si longtemps.
RESSLER: Non, pas du tout.
RED: Qu'importe, si nous réussissons cela, vous aurez quelque chose à raconter aux petits-enfants. Vas-y nick-nack, paddy-whack, vas-y mon gars, un tambour à tête de bois.

(épisode 18)

RED: Excellent. I’ll be at the Louvre. When you’re done dotting your I’s and crossing your t’s, you can find me gazing in erotic wonder at the beauty and power of the Winged Victory of Samothrace.
(épisode 18)

RED: Excellent. Je serai au Louvre. Après avoir mis les points sur les I et les barres sur les T, vous pourrez me trouver fixant dans un érotique questionnement la beauté et le pouvoir de la Victoire de Samothrace.

(épisode 18)

COOPER : Zarak Mosadek.
PANABAKER : Do you want my non-denial now, or should we play footsie first?
(épisode 18)

COOPER: Zarak Mosadek.
PANABAKER: Vous voulez mon non-démenti maintenant, ou nous nous faisons du pied d'abord?

(épisode 18)

PANABAKER : Harold, do you recall my rather explicit directions to avoid involvement in the Mosadek affair?
COOPER : Do you want my non-denial denial, or should we play footsie first?
(épisode 18)

PANABAKER: Harold, vous vous souvenez mes directives plutôt explicites d'éviter l'implication dans l'affaire Mosadek?
COOPER: Vous voulez mon non-démenti, ou devrions-nous nous faire du pied d'abord?

(épisode 18)

SAMAR: You have got to stop asking for relationship advice from people who have only had terrible relationships.
(épisode 18)

SAMAR: Tu dois cesser de demander des conseils relationnels à des gens qui ont seulement eu de calamiteuses relations.

(épisode 18)

SAMAR : No, I would’ve assumed it was an engagement ring if you’d asked me to get engaged. Should I assume you didn’t because you don’t?
ARAM : Should I assume you don’t because you didn’t?
(épisode 18)

SAMAR: Non, je l'aurais compris si tu me l'avais demandé. Devrais-je supposer que tu ne l'as pas fait car tu ne le fais pas ?
ARAM: Devrais-je supposer que tu ne l'as pas fait car tu ne le fais pas ?

(épisode 18) 

 LIZ : Your real father?
LILLY : Perhaps you’ve heard of him. His name’s Raymond Reddington. He’s been on the FBI’s Most Wanted List for 20 years.
LIZ : You’re Raymond Reddington’s daughter?
LILLY : Why do you look so surprised?
LIZ : Because I am, too.
(épisode 18)

LIZ: Votre vrai père?
LILLY: Vous le connaissez peut-être. Son nom est Raymond Reddington. Il est recherché par le FBI depuis 20 ans.
LIZ: Vous êtes la fille de Raymond Reddington?
LILLY: Pourquoi avez-vous l'air si surprise?LIZ: Car moi aussi, je le suis.

(épisode 18)

RED : Unhappiness motivates whimpering. Action is motivated by fear.
(épisode 19)

RED: Le chagrin incite à geindre. L'action est incitée par la peur.

(épisode 19)

RED: After more than two decades on your Most Wanted List, I’ve become something of an FBI buff. I know all about your Wacos, your Ruby Ridges, COINTELPRO, going all the way back to John Dillinger, Al Capone, all those communists, the incorruptible G-Man, a colorless if admirably professional lot.
LIZ : Is there a case hidden in that backhanded compliment?
(épisode 19)

 RED: Après plus de vingt ans sur votre liste, je suis devenu fan du FBI. Je sais tout de vos Waco, Ruby Ridge, Cointelpro, en remontant jusqu'à John Dillinger, Al Capone, tous ces communistes, l'incorruptible G-Man, un fade bien qu'admirable sort professionnel.
LIZ: Y a-t-il un dossier caché derrière ces compliments ambigus?

(épisode 19)

LIZ : Hoover believed knowledge is power. He used his to hurt a lot of good people. You’re using yours to hurt me.
RED: That is ridiculous.
LIZ : Tom died for a reason. You know why, and you won’t tell me!
RED: I won’t tell you something that’s none of your business. It was none of Tom’s business. You may feel entitled to know what it is because he died trying to figure out what it was, but you’re not. A fact which I have patiently tried to get you to understand. Be hurt. Blame me. Howl at the moon for all I care. But this is my problem, not yours.
(épisode 19)

LIZ: Pour Hoover, le savoir était le pouvoir. Il s'en servit pour blesser beaucoup de gens biens. Tu te sers du tien pour me blesser.
RED: C'est ridicule.
LIZ: Tom est mort pour une raison. Tu sais pourquoi, et tu ne me dis rien!
RED: Je ne te dirai rien de ce qui ne te regarde pas. Cela ne regardait pas Tom. Tu penses avoir le droit de savoir parce qu'il est mort en essayant de comprendre ce que c'était, mais ce n'est pas le cas. J'ai essayé patiemment de te faire comprendre ça. Sois blessée. Blâme moi. Hurle à la lune pour tout. Mais ceci est mon problème, pas le tien.

(épisode 19)

RED: I don’t need an alibi. I simply need a double.
SINCLAIR : And I need a year!
RED: You have 16 hours.
Sinclair: Oh.
(épisode 19)

RED: Je n'ai pas besoin d'un alibi. Je veux simplement un double.
SINCLAIR: Et je veux un an!
RED: Vous avez 16 heures.
SINCLAIR: Oh.

(épisode 19)

RED: I’m sorry, Donald. I missed that. I was still basking in the glow of Harold’s concern for my well-being.
(épisode 19)

 RED: Pardon, Donald. J'ai loupé ça. Je savourais encore l'éclat de l'intérêt d'Harold pour mon bien-être.

(épisode 19)

RED: I feel confident.
LIZ : And why is that?
RED: God doesn’t want me, and the devil isn’t finished. The meeting is scheduled for 10:00 a.m. tomorrow. Do get a good night’s sleep. I’ll need you bright-eyed and bushy-tailed at the ass-crack of dawn.
(épisode 19)

RED: Je me sens confiant.
LIZ: Et pourquoi donc?
RED: Dieu ne veut pas de moi, et le diable n'en a pas encore fini. La rencontre est prévue à 10 h demain. Prenez une bonne nuit de sommeil. J'aurai besoin de vos yeux vifs et de vos queues frétillantes aux morsures de l'aube.

(épisode 19)

SINCLAIR : I am the first to admit that a carefully planned job, uh, gives me great comfort. But this sort of winging it, it has, uh, an exciting flair to it!
RED: That’s the spirit. Let’s have a little fun. But, please, do your very best to make sure Tony’s not killed in the process.
(épisode 19)

SINCLAIR: Je suis le premier à admettre qu'un boulot soigneusement planifié me donne un grand réconfort. Mais ce genre d'improvisation, ça a un style excitant!
RED: C'est l'esprit. Allons nous amuser. Mais, merci de faire de votre mieux pour vous assurer que Tony ne soit pas tué dans la procédure.

(épisode 19)

TONY : Oh, my God! I murdered a drug lord! I’m having palpitations.
SINCLAIR : Tony. Quite a performance. You did it! My finest hour.
TONY : I-I need some air. Garvey’s mug hurts my face
(épisode 19)

 TONY: Oh, mon dieu! J'ai tué un baron de la drogue! J'ai des palpitations.
SINCLAIR: Tony. Sacrée prestation. Vous l'avez fait! Mon heure de gloire.
TONY: J'ai besoin d'air. La tronche de Garvey a blessé mon visage.

(épisode 19)

RED [to Garvey]: It feels good to be wanted, doesn’t it?
(épisode 19)

RED (à Garvey): C'est bon de se sentir désiré, non?

(épisode 19)

RED: What’s that smell? Is that lavender? [ sniffing] And mint. Is that your head? What kind of products do you use? I’m dying of curiosity.
GARVEY : Wouldn’t that be nice.
RED: You smell that?
DEMBE : Yes. It’s lovely.
RED: I’ll say. [ inhales deeply] Absolutely lovely. Whatever it is, you and I need to get some.
(épisode 19)

RED: Quelle est cette odeur? Lavande? [reniflement] Et menthe. C'est votre tête? Quelle sorte de produits utilisez-vous? Je meurs de curiosité.
GARVEY: Ce serait bien.
RED: Tu sens ça?
DEMBE: Oui, c'est agréable.
RED: Je dirais.[ sniffant] Vraiment agréable. Quoi que ce soit, toi et moi devons en trouver.

(épisode 19) 

GARVEY [to Lilly] : Everything you believed for the last 30 years has been a lie. You’ve spent a lifetime hiding for no reason.
(épisode 19)

GARVEY[à Lilly]: Tout ce que tu as cru pendant ces 30 dernières années était un mensonge. Tu as passé ta vie à te cacher sans raison.

(épisode 19)

LILLY: She’s acting like a criminal because she is the daughter of one.
GARVEY:Reddington’s her father.

LILLY:Yeah, and I’m her sister, who I wish I could’ve gotten to know.
LIZ : I think we both know it’s too late for that.
(épisode 19)

LILLY: Elle agit comme une criminelle car elle est la fille d'un criminel.
GARVEY: Reddington est son père.
LILLY:Yeah, et je suis sa soeur, que j'aurais aimé pouvoir connaître.
LIZ: Je crois que nous savons qu'il est trop tard pour ça.

(épisode 19)

RED: Because you killed him before he could. And if you try and tell it now, I’ll do the same to you. Utter one word. One article “A”-“An”-“The” – and I’ll shoot you.
(épisode 19)

 RED: Parce que vous l'avez tué avant qu'il ne puisse. Et si vous essayez de le dire, je vous tuerai de même. Prononcez un mot. Un article..."Un"..."Une"..."Le"...et je vous tue.

(épisode 19)

LIZ : No, he won’t. [ She points her gun at Red ] Because if he does, I’ll shoot him. You’re right. I am unwilling to accept that I am not entitled to know why my husband died. I am hurt. I do blame you. And pulling this trigger, something I desperately do not want to do, is me howling at the moon! Which is definitely your problem, not mine. [ To Garvey] Tell the story. Tell it!
(épisode 19)

LIZ: Non, il ne le fera pas.[ elle pointe son arme vers Red] Parce que sinon, je le tuerai aussi. Tu as raison. Je ne veux pas accepter de ne pas avoir le droit de savoir pourquoi mon mari est mort. Je suis blessée. Je t'en veux. Et appuyer sur cette détente, ce que je ne veux éperdument pas faire,c'est moi hurlant sous la lune! Ce qui est définitivement ton problème, pas le mien.[ à Garvey] Raconte l'histoire. Raconte!

(épisode 19)

 LILLY [ To Red ] : Look at me. Anything? I’m your daughter. The one you abandoned 28 years ago on Christmas Eve.
(épisode 19)

 LILLY[ à Red]: Regardez-moi. Rien? Je suis votre fille. Celle que vous avez abandonnée il y a 28 ans le soir de Noël.

(épisode 19)

RED : As Alexander Fleming should have said but never did – good intel is the best antibiotic.
(épisode 20)

RED: Comme Alexander Fleming aurait dû dire mais ne l'a jamais fait. Les bons renseignements font les meilleurs remèdes.

(épisode 20)

RED : Oh, I know quite a bit about you, Officer Glanton. I confess, my first thought was to kidnap your wife, but word on the street is you may love that vehicle of yours even more than the wife.
(épisode 20)

RED: Oh, j'en sais pas mal sur vous, Officier Glanton. J'avoue, mon plan était de kidnapper votre femme, mais tout le monde dit vous pourriez préférer votre voiture plus que votre femme.

(épisode 20)

RED: [ Over earphone ] Mr Judson, good to see you up and about. For a moment there, I thought you might’ve suffered the same fate as your employer.
(épisode 20)

RED:[ sur écouteur] Mr Judson, content de vous voir sain et sauf. Un instant, j'ai cru que vous aviez fini comme votre employeur.

(épisode 20)

LILLY: How does you getting targeted by a scary group of people who think they rule the world explain why you abandoned us?
RED: You weren’t abandoned. You were protected.
(épisode 20)

LILLY: Comment se fait-il qu'être la cible d'un terrifiant groupe de gens qui pensent diriger le monde explique que tu nous aies abandonnées?
RED: Vous n'avez pas été abandonnées. Vous avez été protégées.

(épisode 20)

LILLY:: After you left, we went into Witness Protection.
RED: Put where the Cabal wouldn’t find you.
LILLY : Or my father.
RED : An effective, albeit excruciatingly painful solution.
LILLY : Effective?
RED : You survived, as did your mother, to whom I hope you are now willing to take me.
(épisode 20)

LILLY: Après ton départ, nous avons intégré le programme de protection des témoins.
RED: Mises là où la Cabale ne vous trouverait pas.
LILLY: Ou mon père.
RED: Une solution efficace bien que douloureuse et insoutenable.
LILLY: Efficace?
RED: Tu as survécu, et ta mère aussi, vers qui j'espère tu veux bien me mener désormais.

(épisode 20)

LILLY: You didn’t abandon us to protect us. You just abandoned us. And you know how I know that? ‘Cause I know what it’s like to have somebody love me so much they would rather cut ties than see me hurt. My mom did that. And not by slinking out in the middle of the night, by sitting me down when I was in college and patiently explaining how terrified she was of you, that one day you’d want back in my life, that you’d force her to tell you where I was.
(épisode 20)

LILLY: Tu ne nous as pas abandonnées pour nous protéger. Tu nous a juste abandonnées. Et tu sais comment je le sais? Car je sais ce que c'est d'avoir quelqu'un qui nous aime tellement au point de couper tout lien avec nous plutôt que de nous voir blessés. Ma mère fit ça. Et pas en se sauvant au milieu de la nuit, en s'asseyant près de moi quand j'étais à l'école et m'expliquant patiemment à quel point elle avait peur de toi, que tu veuilles revenir un jour dans ma vie, que tu la forces à te dire où j'étais.

(épisode 20)

LILLY: An honest answer, at last. And I hope you give me one more to my final question. Will you please never contact me again?
RED : Yes.
LILLY: I’m gonna go, leave you to a long overdue apology.
(épisode 20)

LILLY: Une réponse honnête, au moins. Et j'en espère encore une à mon ultime question. Pourrais-tu ne plus jamais me contacter?
RED: Oui.
LILLY: Je vais partir, te laisser à tes excuses tardives.

(épisode 20)

RED : I said those are the doctor’s orders. I never said that I would follow them.
LIZ : And I never thought you would, but you knew that, didn’t you? Which is why you played that little game with the newspaper article – the one about mysterious girl? You knew I’d clock it, follow up on the case, and go on a wild goose chase while you went after the duffel bag.
RED : Ah. Best laid plans. Now, if you’d excuse us, we’re wheels up in about 10.
Liz: I will not excuse you, and you’re not going anywhere.
(épisode 20)

 RED: Je parlais des ordres du médecin. Je n'ai jamais prétendu les suivre.
LIZ: Et je n'ai jamais cru que tu le ferais, mais tu le savais, n'est-ce pas? Ce qui explique ton petit numéro avec l'article de journal...celui avec la mystérieuse petite fille? Tu savais que j'allais suivre l'affaire et me lancer dans une course folle pendant que tu rechercherais le sac.
RED:Ah. Les bons plans. Donc, si tu veux bien nous excuser, nous décollons dans 10 minutes.
LIZ: Je ne t'excuserai pas, et tu n'iras nulle part.

(épisode 20)

 RED : In my experience, conventional torture doesn’t yield much truth. Which is why I employ a man with a more holistic approach to enhanced interrogation. If his oxygen tank is full, he can be here in an hour.
(épisode 21)

RED: De par mon expérience, la torture conventionnelle produit peu de vérité. C'est pourquoi j'emploie un homme avec une approche plus holistique pour mener un interrogatoire. Si sa bouteille d'oxygène est pleine, il peut être là dans une heure.

(épisode 21)

 

LIZ : I brought you here to help find Samar, not hunt for the duffel bag.
RED : I offered Harold my assistance. Now I’m just juggling.
(épisode 21)

 LIZ: Je t'ai fait venir ici pour aider à retrouver Samar, pas pour courir après le sac.
RED: J'ai offert mon assistance à Harold. Là je vais juste...jongler.

(épisode 21)

RED : You are absolutely right, Harold. It is not a weasel. It’s a badger.
BRIMLEY : She’s a digger. She’ll go after insects and grubs, but she really goes nuts for ground-nesting birds.
COOPER : Our prisoner is not a ground-nesting bird.
BRIMLEY: He is to Bernice.
RED : Harold, understand, Bernice is a seasoned professional. Recently retired after years in the film and television industries, where she had a prolific career playing a long list of heavies. She’s worked with Eli Wallach, Faye Dunaway. I think she did two pictures with George Kennedy–
BRIMLEY: She did.
RED : But don’t be fooled by her off-screen persona. She is an absolute devil who has never missed her mark and will perform whatever the scene calls for. Believe me – 10 minutes with Bernice and Brimley, and your prisoner will give us the name of Samar’s abductor.
(épisode 21)

RED: Vous avez raison, Harold. Ce n'est pas une belette. C'est un blaireau.
BRIMLEY: C'est une excavatrice. Elle chasse les insectes et les larves, mais elle a un faible pour les oiseaux nicheurs.
COOPER: Notre prisonnier n'en est pas un.
BRIMLEY: Il l'est,pour Bernice.
RED: Harold, comprenez, Bernice est une professionnelle saisonnière. Elle a pris sa retraite après des années dans l'industrie cinématographique, où elle a eu une carrière florissante en ayant joué dans les plus grands films. Elle a travaillé avec Eli Wallach, Faye Dunaway. Je pense qu'elle a pris 2 photos avec George Kennedy...
BRIMLEY: C'est le cas.
RED: Ne vous faites pas avoir par son apparence. C'est un diable qui n'a jamais manqué son coup et se produira sur n'importe quelle scène. Croyez-moi...10 minutes avec Bernice et Brimley, et votre prisonnier nous donnera le nom de l'agresseur de Samar.

(épisode 21)

RED : I’m on my way.
LIZ :: I’m going with you in case you plan on juggling.
(épisode 21)

RED: J'y vais.
LIZ: Je viens avec toi au cas où tu voudrais jongler.

(épisode 21)

RED : I’d sooner take a knife to the “Mona Lisa,” but Feltmeyer has an associate of mine, and I’d like her back. Preferably before she needs her lips sewn shut.
(épisode 21)

RED: Je préférerais trancher "Mona Lisa", Feltmeyer a une de mes associées et j'aimerais la récupérer. Avant que ses lèvres ne soient cousues.

(épisode 21)

RED : I’ve heard steroids make your penis shrink. Have you found that to be the case?
(épisode 21)

RED: J'ai entendu dire que les stéroïdes raccourcissaient votre pénis. L'avez-vous constaté?

(épisode 21)

RED : He does know I’m Number One on the Wanted List, right?
GUARD : He does. He told me to tell you the last Number One is his driver.
RED : Oh, I mean, obviously, he’s joking.
(épisode 21)

RED: Il sait que je suis l'ennemi public numéro un, non?
GUARD: Oui. Il m'a dit de vous dire que le dernier numéro un, c'est son chauffeur.
RED: Oh, évidemment qu'il rigole.

(épisode 21)

DEMBE : The sale of illegal artifacts is a major source of funding for terrorism in the Middle East. But for Muslims, this is our history. A link to our past. What they are doing is like committing cultural genocide.
(épisode 21)

DEMBE: La vente d'artéfacts illégaux est une source essentielle de fonds pour le terrorisme au Moyen-Orient. Mais pour les Musulmans, c'est notre histoire. Un lien à notre passé. Ce qu'ils font est comme commettre un génocide culturel.

(épisode 21)

RED : I genuinely don’t want this to become unpleasant.
GUARD : Mr Gonzalez said “No.”
RED : Hmm. You know, it’s awful, but people do tend to associate a thick neck with a low IQ. How about shattering that cliché by reasonably persuading him to change his mind?
GUARD : That’s not gonna happen.
(épisode 21)

 RED: Je ne veux vraiment pas que cela devienne désagréable.
GUARD: Mr Gonzalez a dit, "non".
RED: Hmm. C'est gênant, mais les gens ont tendance à associer une large nuque à un QI bas. Que diriez-vous de briser ce cliché en le persuadant de changer d'avis?
GUARD: Ca n'arrivera pas.

(épisode 21)

 

RED : You disappoint me. And yet, somehow, at the same time, you impress me. You persevere.
LIZ : Runs in the family, I guess.
(épisode 21)

RED: Tu me déçois. Et pourtant, en même temps, tu m'impressionnes. Tu persévères.
LIZ: Qualité de famille, je présume.

(épisode 21)

RED : What would you say to flying back with me on my jet, enjoying a few hours of peace and quiet before we repair to our neutral corners?
LIZ : I’d say that’s a very generous offer.
RED : Yes, it would be, if I was to offer that...Which I’m not. Goodbye, Elizabeth. I’ll be waiting at the finish line.
(épisode 21)

RED: Que dirais-tu de revenir avec moi dans mon jet, apprécier quelques heures de paix et de calme avant de revenir à nos moutons?LIZ: Je dirais que c'est une offre généreuse.
RED: Ca aurait pu l'être, si je te l'offrais...Ce qui n'est pas le cas. Au revoir, Elizabeth. Je t'attendrai à la ligne de fin.

(épisode 21)

NURSE [to Aram]: Lovely. Looks like someone’s been reading up on Wikipedia.
(épisode 22)

NURSE[à Aram]: Super. On dirait que quelqu'un a potassé Wikipédia.

(épisode 22)

 RED : Hm. No matter how powerful you think Sutton Ross might be, if you don’t help me ...
JOHN WATERS : Oh, my God. That’s it! You’re the guy! The one with the name. I-It’s not a palindrome or or a rhyme. It’s that lovely last name with the alliteration.
[Red laughs]
JOHN WATERS : It’s– No, no. Don’t say it. Don’t say it out loud. It’s P- Paddington. Uh, Raddington. Or Rafael. Rayburn. Or Rufus- Rufus- Reddington.
LUNDGREN : You’re Raymond Reddington?
JOHN WATERS : Yes! Raymond Reddington! I told you not to say it. Raymond Reddington. Wow. What a name. What a man. And people think I’m weird.
(épisode 22)

RED: Hm. Peu importe à quel point vous pensez Sutton Ross puissant, si vous ne m'aidez pas...
JOHN WATERS: Oh, mon Dieu. C'est ça! Vous êtes ce type! Celui avec le nom. Ce n'est pas un palindrome ou ou une rime. C'est ce nom charmant avec l'allitération.[ Red rigole]
JOHN WATERS: C'est...Ne le dites pas. Ne le dites pas tout haut. C'est...P-Paddington. Uh, Raddington. Ou Rafael. Rayburn. Ou Rufus...Rufus Reddington.
LUNDGREN: Vous êtes Raymond Reddington?
JOHN WATERS: Yes! Raymond Reddington! Je vous avais dit de ne pas le dire. Raymond Reddington. Wow. Quel nom. Quel homme. Et les gens pensent que je suis bizarre.

(épisode 22)

 

 LIZ [on phone ] : What?!
RED : You need to leave Ross to me.
LIZ : Is that a threat?
RED : Advice.
LIZ : As soon as I get the duffel bag, he’s all yours.
RED : You need to pull over.
LIZ : You’re a fugitive. I’m a cop. You get in my way, I swear to God, I’ll arrest you.
(épisode 22)

LIZ[ par téléphone]: Quoi?
RED: Tu dois me laisser Ross.
LIZ: C'est une menace?
RED: Un conseil.
LIZ: Dès que j'aurai le sac, il sera à toi.
RED: Tu dois cesser.
LIZ: Tu es un fugitif. Je suis flic. Tu te mets sur ma route, je jure que je t'arrête.

(épisode 22)

 LIZ : I’ll get you for this.
RED : You’ll try, but there’s a fine line between fishing and standing on the shore, looking like an idiot.
(épisode 22)

LIZ: Je t'attraperai pour ça.
RED: Tu essaieras, mais il y a une petite différence entre pêcher et rester sur le rivage, comme un idiot.

(épisode 22)

RESSLER [ on phone ] : You arrested Reddington?
LIZ : I was too dazed to actually arrest him. And he let Ross go to make sure I was okay.
RESSLER : Hit me, hug me. Reddington’s moral code in a nutshell.
(épisode 22) 

RESSLER [ par téléphone]: Tu as arrêté Reddington?
LIZ: J'étais trop dans le gaz pour l'arrêter. Il a laissé Ross s'en aller pour s'assurer que j'allais bien.
RESSLER: Bats-moi, câline-moi. Le code moral de Reddington, en résumé.

(épisode 22)

DEMBE : The truth always comes out.
RED : It better, or we’re not gonna find Sutton Ross.
DEMBE: I’m talking about your truth. It was bound to surface. Ross wants blood. He thinks you ruined his life.
RED : I didn’t give Sutton Ross bogus plans for the Grayscape Seventeen.
DEMBE: But he thinks you did, and because of that, he wants the world to know what’s inside the duffel.
[ Brimley emerges wearing some kind of a metallic gas mask ]
BRIMLEY : This guy’s lips are sealed tighter than a bull’s ass in fly season. I’m gonna need another couple of bags of hickory briquettes and a squirt gun.
(épisode 22)

DEMBE: La vérité ressort toujours.
RED: Ca vaudrait mieux, sans quoi nous ne trouverons pas Sutton Ross.
DEMBE: Je parlais de ta vérité. Elle devra refaire surface. Ross veut faire couler le sang. Il croit que tu as ruiné sa vie.
RED: Je n'ai pas donné de faux plans à Ross pour le Grayscape 17.
DEMBE: Mais il pense que tu l'as fait, et à cause de ça, il veut plus que tout savoir ce que contient le sac.
[Brimley sort en portant un masque à gaz métallique]
BRIMLEY: Les lèvres de ce gars sont scellées, plus serrées que le cul d'un taureau à la saison des mouches. J'ai besoin de deux sacs de plus de briques de noyer et d'un pistolet à eau.

(épisode 22)

 RED : Yes, clearly. So allow me to put a fine point on the cost of that decision. The duffel bag is mine. Its contents are personal. I want my privacy respected. You and Agent Keen are not honoring that, so I see no reason to honor our agreement.
COOPER : What agreement is that?
RED : Mine with the Task Force. It’s a simple ultimatum. I get Ross or the Blacklist ends.
COOPER : You really want to force my hand this way?
RED : I told you what I want.
COOPER : And I told you that you can’t have him – ultimatum or no ultimatum.
(épisode 22)

RED: Oui, ça se voit. Aussi accordez-moi d'ajouter un point précis au montant de votre décision. Ce sac m'appartient. Son contenu est personnel. Je veux que ma vie privée soit respectée. Vous et l'Agent Keen n'honorez pas ça, et je ne vois aucune raison d'honorer notre accord.
COOPER: Quel accord au juste?
RED: Le mien avec cette équipe. C'est un simple ultimatum. J'ai Ross...ou la Blacklist s'arrête.
COOPER: Vous voulez vraiment me forcer la main comme ça?
RED: Je vous ai dit ce que je voulais.
COOPER: Et je vous ai dit que vous ne pouviez l'avoir...ultimatum ou pas.

(épisode 22)

SUTTON ROSS [on phone]: Your life for hers.
RED : Done.
(épisode 22) 

SUTTON ROSS[par téléphone]: Votre vie contre la sienne.
RED: D'accord.

(épisode 22)

 RESSLER : Ross had it all gamed out. Reddington wasn’t much help. He all but surrendered himself.
(épisode 22)

RESSLER: Ross avait tout mis en scène. Reddington ne nous a pas aidés. Il s'est presque livré.

(épisode 22)

 RED [to Liz] : You have nothing to apologize for. Not to me, ever.
[ Sutton Ross enters ]
RED : My life for hers. That was the agreement. Let her go.
ROSS : Take her in the back.
(épisode 22)

RED[ à Liz]: Tu n'as rien à te faire pardonner. Pas à moi. Jamais.
[ Sutton Ross entre]
RED: Ma vie contre la sienne. C'était notre accord. Laissez-la partir.
ROSS: Mettez-la à l'arrière.

(épisode 22)

 ROSS: So, the DNA report ... tell me what it means.
(épisode 22)

ROSS: Donc, le test ADN...dites-moi ce que cela signifie.

(épiosde 22)

ROSS : The only guarantee you have is that, if you don’t tell me, she will die. Of course, perhaps you don’t care about that. Perhaps her life isn’t worth your revealing your precious secret for. After all, what is she to you, really?
[ Liz screams ]
RED : Enough.
ROSS : Tell me the truth.
[ Liz screams ]
RED : The truth? The truth is that I am not...[explosion/gunshots]
(épisode 22)

ROSS: La seule que vous ayez est que, si vous ne me le dites pas, elle mourra. Peut-être que ça ne vous dérange pas. Peut-être que sa vie ne vaut pas la révélation de votre précieux secret. Après tout, qui est-elle pour vous?
[Liz crie]
RED:Assez.
ROSS: Dites-moi la vérité.
[Liz crie]
RED: La vérité? La vérité est que je ne suis pas...[ explosion/tirs]

(épisode 22)

ROSS : You can play all the magic tricks you like. I know the truth...[Red shoots him ]
(épisode 22)

ROSS: Vous pouvez faire ce que vous voulez. Je connais la vérité...[ Red le tue]

(épisode 22)

LIZ : Except it’s not a secret. Not to me. Because this time, I have a secret, too. I learned that from you, how to prey on the emotions of those that love you most.
TOM : And it worked?
LIZ : Like a charm.
TOM : How’d you do it?
LIZ : I told a few lies.
(épisode 22)

LIZ: Sauf que ce n'est pas un secret. Pas pour moi. Car cette fois, j'ai un secret aussi. J'ai appris ça de toi, comment se servir des émotions de ceux qui nous aiment le plus.
TOM: Et ça a marché?
LIZ: Comme un charme.
TOM: Comment as-tu fait?
LIZ: J'ai un peu menti.

(épisode 22)

TOM : You knew Reddington would come for you ...anything for you.
(épisode 22)

TOM: Tu savais que Reddington viendrait pour toi...il ferait tout pour toi.

(épisode 22)

LIZ : Instead, he got to do what he always does ...try and save me ...and bury his secret.
(épisode 22)

 LIZ: Au lieu de ça, il eut à faire ce qu'il fait toujours...essayer de me sauver...et enterrer son secret.

(épisode 22)

 DOM : She may not know your secret, but she knows you’ve got one. She’s never gonna let it go.
(épisode 22)

DOM: Elle ne sait peut-être pas ton secret mais elle sait que tu en as un. Elle n'abandonnera jamais.

(épisode 22)

LIZ : I know now that those bones in that bag are Raymond Reddington’s – the real Raymond Reddington. My father.
[ Red puts the skull from the duffel bag into the fire ]
LIZ : I know that this man is an impostor. Why he came into my life, why he took your life, why he spent the last 30 years pretending to be Raymond Reddington.
[ Red puts the other bones into the fire as Dom looks on ]
LIZ : I’m gonna figure all that out, and then I’m going to destroy him.
TOM : Be careful, Liz. This man – whoever he is – he’s dangerous.
LIZ : I know he is. But I’m not alone. I have help.
(épisode 22)

LIZ: Je sais désormais que les os dans ce sac sont ceux de Raymond Reddington...le vrai Raymond Reddington. Mon père.
Red met le crâne du sac de voyage dans le feu]
LIZ: Je sais que cet homme est un imposteur. Pourquoi il est entré dans ma vie, pourquoi il a pris la tienne, pourquoi il a passé les 30 dernières années prétendant être Raymond Reddington...

[Le rouge met les autres os dans le feu sous le regard de Dom]
LIZ: Je vais tout découvrir, et ensuite je vais le détruire.
TOM: Fais gaffe, Liz. Cet homme...qui qu'il soit...il est dangereux.
LIZ: Je sais qu'il l'est. Mais je ne suis pas seule. J'ai de l'aide.

(épisode 22)

 

Ecrit par minot76 
Activité récente
Actualités
Interviews de Megan Boone en cascade (11/12/18) + extrait s6

Interviews de Megan Boone en cascade (11/12/18) + extrait s6
Hier, Megan a accordé de nombreuses interviews en duplex . La première parue dans la news d'hier...

Interview de Megan Boone

Interview de Megan Boone
A quelques semaines de la reprises de Blacklist, Megan Boone fait la promotion de la série pour son...

Scoops sur les épisodes 601 et 602 [spoilers]

Scoops sur les épisodes 601 et 602 [spoilers]
Screenspy a visionné en exclusivité grâce à la NBC les deux épisodes d'ouverture de la saison 6 de...

 Reddington emprisonné ! [spoilers saison 6]

Reddington emprisonné ! [spoilers saison 6]
Entertainment Weekly nous offre en exclusivité les premières photos de Red alors qu'il est...

601 & 602 : enfin les titres et résumés!

601 & 602 : enfin les titres et résumés!
A quelques semaines seulement de la reprise de la série, la NBC sort de son silence et nous dévoile,...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

grims, Aujourd'hui à 07:24

Coucou à tous ! un seul inscrit pour le concours wallpapers séries historiques sur le quartier The Tudors !

grims, Aujourd'hui à 07:26

Qui rejoindras choup37 ? venez vous inscrire sur le quartier The Tudors ! vous pourrez choisir votre série historique préférée

Steed91, Aujourd'hui à 09:13

Nouveau sondage sur Modern Family, quelle musique correspondrait le mieux à la série ?

Steed91, Aujourd'hui à 09:13

Venez nombreux

SeySey, Aujourd'hui à 09:40

Bonjour à vous! Nouveau duel sur le quartier Manifest! Qui mérite une place à bord du vol 828? 2 consultants de la police en compétition

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site